Se connecter
S'inscrire





Le fil des News
Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Index des Forums -> Les News du Poker
Surveiller les réponses de ce sujet Précédente  1, 2, 3, ... 320, 321, 322  Suivante
Aller à la page :
Auteur Message
BenjoDiMeo
Reporter Winamax
Reporter Winamax


Inscrit le: 06 Juil 2007
Messages: 33928

MessagePosté le: 09/01/2018 16:25   Sujet du message: PCA Bahamas 2018 : infos, gagnants, analyses, et rumeurs Répondre en citant Signaler un Abus

PCA 2018 Bahamas : infos, gagnants, analyses, et rumeurs



Au moment de dresser le bilan de 2017, peu avant les douze coups de minuit, les équipes de PokerStars se sont permis un constat en forme d’aveu : l’opérateur venait de vivre une année de transition, faite d’explorations et d’expérimentations. On aura pu le remarquer, certaines d’entre elles n’avaient pas été pas couronnées de succès, notamment en ce qui concerne le terrain du poker en live. Pour PokerStars, le début de l’année 2018 est donc l’occasion de tirer les leçons des douze mois précédents.

Les manifestations concrètes de cette remise en question sont visibles dès le premier gros évènement live de l’année de l’opérateur – comme chaque année, c’est aux Bahamas que ça se passe - avec plusieurs changements notables :

- Le festival organisé chaque mois de janvier sur Paradise Island – un complexe hôtelier aussi kitsch que luxueux à un jet de pierre de Nassau, la capitale des Bahamas - retrouve son appellation originelle (elle date de 2004) de « PokerStars Carribean Adventure » (PCA). Au revoir le PokerStars Championship, qui n’a convaincu personne au cours de ses douze brefs mois d’existence. On le sait depuis décembre, l’European Poker Tour est lui aussi appelé à revenir d’entre les morts, avec une résurrection programmée en mars à Sotchi (Russie).

- Le buy-in du Main Event revient à 10 000$ après avoir été bradé à 5000$ en 2016 et 2017. Les organisateurs avaient constaté à leur grand regret que ces soldes n’avaient pas entrainé d’augmentation de la participation, le field chutant même drastiquement de 928 à 738 joueurs au cours des deux dernières éditions en date. Il faut dire que pour le joueur, les frais fixes d’un déplacement sur Paradise Island sont très élevés, notamment en ce qui concerne l’hôtellerie et la restauration : diviser le prix du tournoi principal par deux ne suffit pas à rendre les coûts du voyage modiques pour qui n’appartient pas au cercle fermé des « High Rollers ».

- La programmation voit sa voilure réduite à 31 tournois, contre 92 l’an passé, l’inflation du nombre d’épreuves n’ayant pas provoqué d’augmentation correspondante des fields.

Un petit 2018 en attendant un 2019 explosif ?



Ce dernier changement est particulièrement apprécié de nous autres « couvreurs », qui gagnons en lisibilité au moment de prendre des nouvelles de ce qui se passe actuellement aux Bahamas. C’est à distance que nous suivons le premier gros festival de l’année, l’actualité étant quelque peu chargée en ce moment du côté de Winamax (vous l’aurez peut-être remarqué), entre le retour des Winamax Series, la dernière ligne droite du concours Top Shark, et le lancement de notre Web TV (rendez-vous ce mardi soir à 20 heures !)

Notre dernier reportage sur place remonte déjà à loin (2010 !) mais nous retrouverons peut-être le soleil, les plages, les aquariums à requins et les toboggans de Paradise Island l’an prochain : l’annonce par PS d’un énorme Highroller à 25K$ (le « PokerStars Players No Limit Hold’em Championship ») pour l'édition 2019 avec 9 millions de dollars garantis (dont 1M$ d’overlay assuré rien que pour le vainqueur !) va sûrement motiver l'ensemble de la planète poker à retrouver un festival boudé depuis longtemps, dont pas mal de joueurs du Team Winamax et de francophones.

A ce sujet, il était à craindre qu’une annonce aussi phénoménale, faite avec 13 mois d’avance, ne pousse pas mal de joueurs à faire l'impasse sur l’édition 2018, dont le cachet pâlit forcément en comparaison, pour concentrer leurs efforts et leur bankroll sur une édition 2019 qui sera quoi qu’il arrive massive. Est-ce le cas ? Comme on va le constater ci-dessous, on dirait bien que oui.

Super High Roller 100 000 $ : USA, USA !

Avec 48 entrées (re-entry inclus), le premier tournoi de la PCA 2018 (et accessoirement le plus cher) affiche une légère baisse d’affluence par rapport à l’an passé (54 inscriptions en 2017). On n’y retrouve pas, par exemple, trois pros ayant récemment annoncé leur départ du Team PokerStars Pro : les emblèmes maison Jason Mercier et Vanessa Selbst (USA), ainsi que l’infatigable Felipe Ramos (Brésil).


Photo : Neil Stoddart - PokerStars

Les Bahamas restent plus que jamais la chasse gardée des pros du continent Américain : Cary Katz succède à Jason Koon (et remporte son plus gros gain – presque 1,5M$ - depuis sa 5e place sur One Drop à 1M€ l’entrée à Monte Carlo il y a 18 mois) après s’être défait en finale d’un casting forcément cinq étoiles : Justin Bonomo, Bryn Kenney, Daniel Negreanu, l’Argentin Ivan Luca, Isaac Haxton et Sam Greenwood. Parmi les trois représentants du Team Winamax partis au Bahamas, Mustapha Kanit manque de peu son premier coup d’éclat de 2018, avec une 9e place en forme de place du con : il n’y avait que 7 ITM !

PCA National 1 650$ : Chris Moorman est en finale

Malgré un prix d’entrée réduit par rapport à l’an passé (moins 25%), l’affluence de ce PCA National dégringole, passant de 421 à 230 joueurs, une chute de presque 50% ! Seul Français ITM, Sylvain Loosli a décroché son premier ITM du festival (38e pour 2900$), et l’on connaîtra dans la nuit le vainqueur, à qui est promis un prix de 84 600$, en plus d’un « Platinum Pass » valant 30,000$ pour le PSPNLHEC cité plus haut.



Parmi les prétendants au titre, le récidiviste Anglais Chris Moorman (photo - 14M$ de gains en ligne, 5,2M$ en live), l’écrivain russo-américaine Maria Konnikova (actuellement en train d’écrire un livre avec Erik Seidel, on l’a déjà croisée à Prague en décembre), le vainqueur de la PCA 2010 Harrison Gimbel et le joueur d’échecs Néerlandais Loek van Wely.

High Roller 50 000 $ : Thorel et Pollak en finale

Autre finale jouée ce soir : celle du High Roller à 50K$ l’entrée (en tout, on compte au programme quatre tournois avec un buy-in de 25K$ ou plus). 31 joueurs ont participé, pour un total de 46 inscrits en comptant les re-entry.



Ils ne sont plus que six encore en course, dont les excellents Byron Kaverman, Erik Seidel et Steve O’Dwyer, ainsi que deux Français aux profils radicalement opposés : le professionnel Benjamin Pollak, dont la 3e place sur le Main Event des WSOP l’an dernier l’a révélé aux yeux du monde entier, et Jean-Noël Thorel (photo), riche industriel pharmaceutique passant le plus clair de son temps libre à jouer les tournois les plus chers du monde. L’amateur, autant réputé pour ses stratégies hors-normes que son irréprochable fair-play à table, entamera la finale en tant que chip-leader. Il y a plus de 750,000$ à aller chercher au bout : une paille pour celui qui figure chaque année dans le classement des plus grandes fortunes de France.

A l’image de Mustapha Kanit dans le SHR à 100K$, Adrian Mateos Diaz écope d’une des places les plus frustrantes : huitième, pour un gain de zéro.

Le Main Event a débuté (doucement)



178 joueurs ont participé au Day 1A du Main Event à 10 000$ : il va falloir un gros Day 1B pour espérer atteindre les 738 inscrits de l’édition 2017 (ne parlons même pas des 1560 joueurs de l’édition 2011 : ce record pré-Black Friday est résolument hors d’atteinte)

Parmi les 101 joueurs déjà qualifiés pour le Day 2, on peut citer le Brésilien Affif Prado (chip-leader avec 137,500), Barry Greenstein (31e), Mike Leah (36e), Liv Boeree (54e), Ryan Riess (61e), ou encore Leo Margets (lanterne rouge avec 5400 unités).

Sans surprise, peu de joueurs Français ont fait le – couteux – voyage vers les Bahamas : un seul joueur Français a participé au Day 1A (sans parvenir à passer la journée) : il s’agit d’Arnaud Enselme.

Le Day 1B débutera ce mardi à midi, heure locale (18h en France). La finale se tiendra le dimanche 14 janvier, le même jour que l’anniversaire de Jul, mais aussi de Jordy qui, à 29 ans, toise le rappeur marseillais de deux années d’ancienneté.

Winamax et le PCA : un peu de nostalgie



La PCA 2018 marque le dixième anniversaire de la victoire d’ElkY. Un titre qui a marqué un tournant dans la carrière de celui qui était à l’époque au creux de la vague, à la table comme en dehors.



En 2009, les vainqueurs du KING5 (qui en était encore à sa deuxième édition) étaient partis en freeroll, non pas à Vegas, mais aux Bahamas : les Nancéens Gautier, Pierre, Lionel, Raphael et Nicolas du « Satanic Bet Crew » avaient disputé le Main Event de la PCA en short et chemises à fleur en compagnie du Team Winamax.




Partie de "plus près du mur" en salle de presse entre couvreurs et joueurs



2010 : la grande époque où l'on pouvait croiser Phil Ivey et Nicolas Levi autour des tables bahamiennes



Guillaume de la Gorce et Arnaud Mattern, en plein deep run durant l'édition 2010
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Flegmatic_
Reporter Winamax
Reporter Winamax


Inscrit le: 15 Avr 2015
Messages: 875

MessagePosté le: 09/01/2018 14:48   Sujet du message: Répondre en citant Signaler un Abus

Winamax Series XX, Jour 2 : BOTTOM REG s'offre le Highroller PLO

Le premier tournoi sur deux jours du festival a permis à ses deux derniers survivants de signer un deal lucratif. Retour sur une soirée qui a livré 12 nouveaux vainqueurs et plus de 750 000 €.

Au lendemain d'un lancement particulièrement chargé, les Winamax Series XX ont poursuivi sur leur lancée lundi soir, avec une nouvelle fournée de tournois entre 5 et 300 € qui a distribué plus de 750 000 € et vu douze joueurs ajouter leur pseudo au palmarès.

Le PLO : une affaire de REG

Lancé dimanche soir en même temps que cette vingtième édition des Series, le Highroller PLO s'est conclu lundi après un peu plus de quatre de combat à quatre cartes. Juste après minuit, BOTTOM REG a fini par vaincre HashemMelech pour faire grossir sa bankroll de 26 317 €. Une somme acquise grâce à un deal avec son ultime advresaire, qui encaisse de son côté la somme toute aussi enviable de 23 557 €. Évincé peu avant le duel final, 5050charity va pouvoir reverser la moitié des 13 948 € de sa troisième place à une association humanitaire.

En parallèle se disputait l'un des tournois les plus prestigieux de chacun de nos festivals : le Heads-up Championship à 300 €. Exactement cinq heures ont été nécessaires à HashemMelech pour défaire un à un les prétendants au titre, et s'emparer des 12 432 € à la gagne. Le tout, sans même signer d'arrangement financier avec CapitoN31 (comme cela se fait très souvent), runner-up pour 7 459 €.

EVENT 10 HIGHROLLER PLO 1 000 € - 112 inscriptions (27 re-entries) - Prizepool 106 400 €
Vainqueur - BOTTOM REG (26 317 €, après deal)

EVENT 15 Heasd-up CHAMPIONSHIP 300 € - 148 inscriptions - Prizepool 41 440 €
Vainqueur - HashemMelech (12 432 €)

Charognard67 joue les oiseaux de proie

Hier soir, aucun joueur n'a plus mal porté son pseudo que Charognard67. Sur un Event 23 Knockout en 6-max qui a enregistré près de 4 000 entrées, ce dernier est allé lui-même régler le sort de ses adversaires pour engranger 7 628 € en bounties, qui s'ajoutent aux 15 724 € de la première place. Comme quoi, il y a parfois du bon à faire le travail soi-même.

À côté de cela, d'autres beaux gagnants à vous signaler, comme Monseur, qui s'est montré le plus endurant pour remporter le Monster Stack du jour et se mettre 14 236 € dans la poche, ainsi que EasyCallAK, qui n'a pas hésité à payer avec son As-Roi (ou une autre main, on n'en sait rien en fait) pour venir à bout de 1Skill99Luck après deal (2e, 9 610 €), et repartir avec 11 389 €.

Ce n'est pas mal non plus pour momo5644, qui a mené sa barque en toute décontraction dans la Zone 30 de l'Event 21 (8 790 €), sortant pour finir un GTO_WC (2e, 5 975 €) qui ne joue visiblement de manière optimale que sur le trône. Saluons également Angelo_2a, titré sur un autre Knockout 6-max pour un total de 7 355 € ainsi que Machineee, qui s'est donc montrée plus forte que l'Homme pour rafler le premier tournoi en PLO5 de ces Series et 5 530 €.

EVENT 18 Monster Stack 20 € - 4 518 inscriptions (1 003 re-entries) - Prizepool 81 324 €
Vainqueur - Monseur (14 236 €)

EVENT 19 6-max Knockout 10 € - 7 847 inscriptions (2 163 re-entries) - Prizepool 70 623 €
Vainqueur - Angelo_2a (5 786 € + 1 569 de bounties)

EVENT 21 NLHE 6-max Zone 30 10 € - 5 276 inscriptions (1 525 re-entries) - Prizepool 50 000 €
Vainqueur - momo5644 (8 790 €)

EVENT 22 PLO5 50 € - 561 inscriptions (149 re-entries) - Prizepool 25 245 €
Vainqueur - Machineee (5 530 €)

EVENT 23 6-max Knockout 50 € - 3 953 inscriptions (871 re-entries) - Prizepool 177 885 €
Vainqueur - Charognard67 (15 724 € + 7 628 € de bounties)

EVENT 24 NLHE Mix Max 20 € - 3 762 inscriptions (777 re-entries) - Prizepool 70 000 €
Vainqueur - EasyCallAK (11 389 €, après deal)

Ils vont vite, très vite

Nul besoin de passer toute une journée à une table pour s'en mettre plein les poches, et ce ne sont pas les vainqueurs de nos tournois Turbo et Semi-Turbo qui diront le contraire. Prenez M a r i u s par exemple : le bougre a fendu le coeur de ses adversaires pour s'offrir la victoire et les 10 487 € à la gagne sur l'Event 27.

Avant cela, C0r0nA XtrA a pu célébrer son titre avec une bière mexicaine bien fraîche une fois les 5 535 € de la victoire acquis, tandis que DavQuiTaille faisait honneur au Génie du Team Winamax, en montrant à tout le monde qui était le patron en 8-Game (1 910 €, après deal). Enfin, ce fut très rapide pour maskachanel, qui n'a même pas eu besoin de deux heures pour remporter le premier des tournois Heads-up Deglingos et faire main basse sur les 5 573 € de la première place.

EVENT 26 8-Game 6-Max Semi-Turbo 30 € - 400 inscriptions (41 re-entries) - Prizepool 10 800 €
Vainqueur - DavQuiTaille (1 910 €, après deal)

EVENT 27 6-Max Rebuys Semi-Turbo 5 € - 4 705 inscriptions - Prizepool 60 282 €
Vainqueur - M a r i u s (10 487 €)

EVENT 28 Knockout Turbo 10 € - 5 051 inscriptions 839 re-entries) - Prizepool 45 459 €
Vainqueur - C0r0nA XtrA (3 863 € + 1 461 € de bounties)

EVENT 29 Heads-Up Deglingos 20 € - 1 548 inscriptions - Prizepool 27 864 €
Vainqueur - maskachanel (5 573 €)

Le classement général

Le duo RYVER.MAX labaronne59 continue de mener la danse tout en haut du classement honorifique de ces Winamax Series. Invité en freeroll sur l'ensemble du festival après sa victoire sur le Sunday Surprise, le premier cité n'a pas signé de nouveau coup d'éclat, même s'il est tout de même entré dans l'argent sur l'Event 24. Derrière, Charognard67 fait son apparition en sixième place, devançant notamment un joueur qui a bien bossé son pseudo, Yves ATROVIT.


Leaderboard complet des Winamax Series XX

Le programme du mardi 9 janvier

Coeur High Five (5 €, 250 000 € garantis), Colossus (30 €, 500 000 €), Mini Event (15 €, 150 000 €) et Monster Million (300 €, 1 000 000 €) : tous les tournois flights seront de retour entre 16 et 20 heures. Attention, pour ces deux derniers, il s'agira des dernières journées à la structure classique, avant de passer en mode Turbo pour les Day 1E de demain.

Pique Commencez à vous y habituer : 18 heures sera l'heure du Monster Stack (10 €, 50 000 €) et du Knockout 6-max (20 €, 50 000 €).

Pique À 20 heures, ribambelle d'épreuves avec un nouveau Monster Stack réservé aux grosses bankrolls (100 €, 150 000 €), un Hold'em sur deux jours (50 €, 90 000 €), du 6-max Rebuys (10 €, 100 000 €), du Win the Button (20 €, 70 000 €), du PLO8 (10 €, 10 000 €) et un magnfique PLO Championship (300 €, 70 000 €).

Pique Derniers tours de pistes entre 22 et 23 heures avec les traditionnels tournois Semi-Turbo - Hold'em Knockout (20 €, 70 000 €) et PLO (10 €, 15 000 €) - et Turbo - Heads-up Deglingos (30 €, 20 000 €) et Knockout 6-max (50 €, 60 000 €).

Bonne chance à tous !

Consultez l'offre tournois complète des Winamax Series XX

La liste complète des gagnants des Winamax Series XX

Le bonus de dépôt WSERIES20 est valable jusqu'au 18 janvier. Profitez-en !

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
PonceP.
Reporter Winamax
Reporter Winamax


Inscrit le: 27 Avr 2017
Messages: 275

MessagePosté le: 08/01/2018 14:32   Sujet du message: Répondre en citant Signaler un Abus

Winamax Series XX Jour 1 : l'armée des 12 sharks

Pour la première soirée des Winamax Series XX, 1,27 million d'euros a déjà été distribué sur douze tournois. Certains ont déjà pris un départ canon : découvrez tous les résultats.

WSERIESXX

Vous le savez, les Series s'apparentent à une course de fond : rien ne sert de courir, il faut partir à point. Certains d'entre vous ont pris l'adage à la lettre et ont brillé sur nos tables, raflant au passage d'étourdissants gains à cinq chiffres. Retour sur une première soirée qui a fait des heureux.

Event Surprise : festival en roue libre pour RYVER.MAX

RYVER.MAX a fait des jaloux hier en remportant le premier Event Surprise. Il s'offre 16 036 € (dont 4 284 € de bounties) et sera donc en freeroll pour tous les Winamax Series. Il sera invité sur l'ensemble des épreuves du festival, pour une enveloppe totale de plus de 10 000 € de buy-ins. Il ne lui a fallu "que" six heures pour venir à bout de ses nombreux adversaires : en tout, 18 845 inscriptions ont été comptabilisées pour un prizepool mirobolant de 169 605 €, soit le plus gros Event Surprise de l'histoire des Series... C'est dire si la perf' est de taille, d'autant qu'elle arrive moins d'un an après que RYVER.MAX ait remporté le... même tournoi un dimanche de février! Le héros de la soirée va pouvoir se concentrer sereinement sur les quelques 130 épreuves qui restent au programme. On ne peut que lui souhaiter d'avoir autant de réussite pour la suite du festival, après cette véritable démonstration de force qui mériterait bien un tweet de célébration.

TwittRYVER.MAX

Bravo aussi aux finalistes qui n'ont pas démérité, parmi lesquels Maxpayne67 (2e, 8 923 € + 1 021 €) et v7d7n7 (6 973 € + 370 €) qui se hissent sur le podium.

EVENT SURPRISE #1 10 € - 18 845 inscriptions (6 283 re-entries) - Prizepool 169 605 €
Vainqueur - RYVER.MAX : 11 752 € + 4 284 €  (bounties)

Démarrage en trombe pour Burger Fish et TchicKKen

burgerfish

Vous savez comment on appelle l'officiel en charge du coup de feu synonyme de départ d'une course d'athlétisme ? Un starter. C'est plutôt à propos, vous en conviendrez, car c'est également l'intitulé des deux épreuves de lancement de cette vingtième édition des Winamax Series, avec 100 000 € de dotation minimum garantie pour chacune.

Il a fallu un peu plus de neuf heures pour faire le tri parmi les 3 036 inscriptions du Monster Start 50 €. Après avoir remporté le Monster Stack 10 € fin novembre, Burger Fish a de nouveau brillé en renversant pantamera en heads-up et s'offrir 24 596 €. Le runner-up se consolera aisément des 16 500 € de la deuxième place, tandis que curevor empoche 12 231 € pour sa médaille de bronze.

Le "petit frère" des Monster Start au buy-in de 10 € a pris des allures de course de fond : 12 578 entrées ont été recensées et le tournoi a duré onze heures. Les trois derniers compétiteurs ont d'ailleurs préféré calmer le jeu en négociant un arrangement lucratif pour tout le monde. TchicKKen a pris le meilleur de l'accord en remportant le tournoi dans la foulée : il repart avec 15 247 €. FishMoaLeKan et Yayounette49 se sont contentés d'un joli podium assorti respectivement de 12 896 et 11 916 €.

EVENT 1 MONSTER START 50 € - 3 036 inscriptions (610 re-entries) - Prizepool 136 620 €
Vainqueur - Burger Fish : 24 596 €

chicken

EVENT 2 MONSTER START 10 € - 12 578 inscriptions (3 383 re-entries) - Prizepool 113 202 €
Vainqueur - TchicKKen : 15 247 € (après deal)

Pas d'erreur pour no_data

nodata

Il y avait du très beau monde sur l'Event 7, sans doute attiré par les 170 000 € de dotation minimum. En témoigne le niveau relevé de la table finale, dont no_data est parvenu à s'extirper pour s'octroyer les 33 127 € de la première place. Le régulier de nos tables (vainqueur du Magnum et du Dernier Round, finaliste Xtrem, Sunday Surprise, Cocktail, Top 50) signe a priori sa plus belle performance. Pourtant la concurrence était de sortie : monteeez (2e, 21 865 €) et BalticMouse (3e, 15 915 €) grimpent sur le podium et ajoutent une jolie ligne à leur palmarès déjà garni.

Du côté de l'Event 8, c'est le coquin 3betLevrette qui a décroché le titre après un arrangement à quatre joueurs. Avec 12 989 € de gains, il ne repart pas pour autant avec la plus grosse part du gâteau : Batyote (11 890 €) et PaySafeCard_ (12 566 €) grapillent de sérieuses miettes et ciaopirla (14 000€) s'offre la cerise... en terminant pourtant quatrième.

EVENT 7 NO LIMIT HOLD'EM 100 € - 1 700 inscriptions (341 re-entries) - Prizepool 170 000 €
Vainqueur - no_data : 33 127 €

EVENT 8 NO LIMIT HOLD'EM 6-MAX 20 € - 6 435 inscriptions (1 566 re-entries) - Prizepool 115 830 €
Vainqueur - 3betLevrette : 12 989 € (après deal)

labaronne59 s'offre la vie de château

labaronne

C'est sur l'Event 12 que le plus gros gagnant de la soirée s'est distingué. En remportant 33 150 € (dont 11 394 € de bounties), labaronne59 confirme l'étendue de son talent cartes en mains. Le joueur avait déjà brillé en octobre dernier en s'imposant sur le High Roller pour 17 307 €. Snoop420Dre (2e, 14 532 € + 3 126 €) et Schnapsclick (10 721 € + 1 237 €) montent sur le podium.

Le premier tournoi en Zone 30 de cette édition a attiré 1 306 inscriptions et sacré nousallons pour 12 048 €. SmilleThHero (7 823 €) et kolinje (5 700 €) passent à un cheveu du titre. Sur l'épreuve 11 en PLO, Darunia72 a mis 7h43 pour terrasser ses adversaires et empocher le magot de 6 385 €. JonnnSnowww ne sait peut-être pas grand chose, mais il se débrouille avec quatre cartes : il termine runner-up pour 4 180 €.

EVENT 9 - ZONE 30 50 € - 1 306 inscriptions (320 re-entries) - Prizepool 58 770 €
Vainqueur - nousallons : 12 048 €

EVENT 11 - POT LIMIT OMAHA 20 € - 1 858 inscriptions (445 re-entries) - Prizepool 33 444 €
Vainqueur - Darunia72 : 6 385 €

EVENT 12 - KNOCKOUT 100 € - 2 626 inscriptions (503 re-entries) - Prizepool 236 340 €
Vainqueur - labaronne59 : 21 756 € + 11 394 € (bounties)

lions prend sa part

lions

Joli succès pour les épreuves de rattrapage de cette première journée. 7 and 7 et 2Many0utch se sont régalés de bounties sur les Events KO, remportant respectivement 7 817 € et 8 479 €. 2Many0utch est au passage le premier vainqueur de la vingtième édition, puisqu'il a décroché son titre à 1h12 du matin, en un peu plus de deux heures. Rapide et efficace. Sur le costaud Event 15, lions a prouvé qu'il était au sommet de la chaîne alimentaire en s'offrant 14 488 € pour sa victoire, tandis que Royalis n'a mis que 2h25 pour attraper le pompon à 5 681 € de l'Event 17.

EVENT 14 - KNOCKOUT SEMI-TURBO 10 € - 7 888 inscriptions (1 711 re-entries) - Prizepool 70 992 €
Vainqueur - 7 and 7 : 5 817 € + 2 000 € (bounties)

EVENT 15 - 6-MAX SEMI-TURBO 50 € - 1 647 inscriptions (268 re-entries) - Prizepool 74 115 €
Vainqueur - Iions : 14 488 €

EVENT 16 - KNOCKOUT TURBO 20 € - 3 356 inscriptions (495 re-entries) - Prizepool 60 408 €
Vainqueur - 2Many0utch : 5 300 € + 3 179 € (bounties)

EVENT 17 - NO LIMIT HOLD'EM TURBO 10 € - 3 598 inscriptions (488 re-entries) - Prizepool 32 382 €
Vainqueur - Royalis : 5 681 €

High Five, Colossus, Mini Event, Monster Million et PLO Highroller : les flights sont lancés

Première fournée de joueurs assoifés de prizepools délirants sur les Days 1A et 1B des premiers tournois en mode "flight" du festival. En tout, on a déjà recensé 13 878 entrées pour le High Five, 3 649 pour le Colossus, 5 067 pour le Mini Event et 1 298 sur le tout-nouveau-tout-beau Monster Million. Pas de panique, vous avez encore largement le temps de vous inscrire sur les nombreux Days 1 qui restent à jouer. Du côté du PLO Highroller, le tournoi le plus cher de la soirée a rassemblé 112 inscriptions, pour atteindre 106 400 € de prizepool. C'est tensa91 qui mène la course avec plus de 300 000 jetons en attendant la reprise des hostilités à 20 heures. En tout, ce sont deux millions d'euros qui sont à se partager sur ces tournois. À vous de jouer pour récupérer votre part !

Le classement général

C'est forcément RYVER.MAX qui fait la meilleure opération au leaderboard de la soirée en remportant l'Event Surprise. Il faudra d'ailleurs le surveiller de près, car avec l'intégralité des buy-ins offerts, il risque fort de marquer des points supplémentaires tout au long du festival. Le marathon est officiellement lancé.


Leaderboard complet des Winamax Series XX

Le programme du lundi 8 janvier

Deuxième fournée de Days 1 pour le High Five, le Colossus, le Mini Event et le Monster Million. Rendez-vous à 16 heures pour le Day 1C du High Five et du Colossus, puis à 20 heures pour les Days 1C du Mini Event et du Monster Million et pour les Days 1D du High Five et du Colossus.

Il y aura du No Limit Hold'em à toutes les sauces pour cette deuxième journée. À 18 heures, rendez-vous sur le Monster Stack 20 € (50 000 € garantis) et sur le Knockout 6-max (10 €, 50 000 € garantis). Puis à 20 heures, ce sera en Zone 30 (10 €, 50 000 € garantis), en Knockout 6-max (50 €, 170 000 €) et en Mix Max (20€, 70 000 €).

C'est le Jour J pour les amateurs de tête à tête avec le Heads'up Championship programmé à 21 heures. Attention, pas de late registration : pour profiter des 40 000 € de dotation minimum pour un buy-in de 300 €, il faudra être à l'heure. Même consigne pour l'Event 29 à 23 heures en mode Heads'up Deglingos (20 €, 20 000 € garantis).

Les aficionados de variantes vont trouver leur bonheur avec l'Event 22 en PLO5 à 20 heures. Pour un buy-in de 50 €, il promet 25 000 € de dotation minimum. Et si vous êtes à l'aise avec les variantes, ne manquez pas le tournoi de 8-game de 22 heures en semi-turbo (30 €, 10 000 € garantis).

Les plus pressés pourront sprinter à 22 heures sur l'Event 27 5 € Rebuys en 6-max (50 000 € garantis) et à 23 heures sur l'Event 28 10 € Knockout (40 000 € garantis).

Bonne chance à tous !

Consultez l'offre tournois complète des Winamax Series XX

La liste complète des gagnants des Winamax Series XX

Le bonus de dépôt WSERIES20 est valable jusqu'au 18 janvier. Profitez-en !

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
BenjoDiMeo
Reporter Winamax
Reporter Winamax


Inscrit le: 06 Juil 2007
Messages: 33928

MessagePosté le: 05/01/2018 17:48   Sujet du message: Votre week-end sur Winamax Répondre en citant Signaler un Abus

Votre week-end sur Winamax

Les dernières qualifs WiPT, des vidéos et streams de qualité, les derniers Expressos Talisman, mais surtout la déferlante Winamax Series: préparez-vous pour l'un des plus gros week-end poker de l'année.

Vous n’en pouvez plus de les attendre, et on vous comprend. Dimanche, dès 16 heures, c’est le coup d’envoi officiel des Winamax Series XX. La première journée s’annonce particulièrement mouvementée avec, d'entrée de jeu, un programme choc : 17 tournois et un minimum de 1,1 million d’euros de dotation totale, si on ne comptant que les tournois qui se termineront dans la soirée. Pour bien vous préparer à l’impact, on a recensé quelques conseils de pros du Team Winamax dans un article consacré à cette soirée de lancement.

Parmi les nombreux astres qui zèbreront le ciel de la première soirée des Winamax Series, le Sunday Surprise pourrait bien être celui avec le plus de bonheur dans sa traînée. Avec une dotation astronomique d’au moins 150 000 € et une invitation aux 147 tournois du festival pour le vainqueur (soit une enveloppe de plus de 10 000 €), ça vaut le coup de faire un vœu, non ?

Qui dit soirée de lancement des Winamax Series dit Multiplex Poker exceptionnel dimanche soir, avec une tonne de tournois prestigieux à suivre du coin de l'oeil pour notre trio d'animateurs de choc Jay Pee/Harper/Steven. Trois larrons qui accueilleront un Pierre Calamusa que l'on attend en grande forme, un mois après sa belle demi-finale au PSC Prague. Pour ne rien rater, branchez-vous à partir de 20 heures sur nos ondes, et restez attentif pour ne pas manquer l'un des nombreux tickets à gagner tout au long de la soirée.

Le Winamax Live Stream est de retour en 2018 et pour fêter ça, il reçoit lundi soir un de ses meilleurs clients : Pierre Calamusa. Le trublion du Team Winamax vous attend pour une soirée de MTT évidemment consacrée aux Winamax Series. Un tournoi privé est déjà en ligne pour venir vous mesurer au VietF0u (tentez de deviner le mot de passe ! Il sera révélé en direct de l'émission) et de nombreux tickets et freebets seront à gagner tout au long de la soirée.

Pour les cinq ultimes apprentis requins de la Top Shark Academy, la dernière ligne droite vers la grande finale a démarré jeudi dernier, avec une première série de heads-up fratricides. Ce samedi à partir de 19 heures, Geoffrey, Rayane, Adrien, Nils et François remettent le couvert pour huit nouveaux matchs forcément lourds d'enjeux. Vous voulez suivre les matchs en direct ? Tapez simplement "Top Shark" dans le moteur de recherche de notre logiciel et admirez le spectacle !

Il vous reste deux soirées pour jouer les dénicheurs de trésors et partir en quête de l'Expresso Talisman. De 18 à 23 heures vendredi et samedi, emparez-vous du joyau magique et doublez tous vos gains pour faire grossir une cagnotte qui dépasse les 169 000 € !

Si la caravane du Winamax Poker Tour ne reprend la route que la semaine prochaine avec une maxi-étape lyonnaise que l'on attend de pied ferme, les qualifications, elles, n'attendent pas. Deux tournois Tremplin pour Bordeaux et Lille vous attendent ainsi dimanche à 20 heures en plus de deux satellites payants pour la Grande Finale (10 € Rebuys et 100 € freezout). ATTENTION : les Tremplins organisés mercredi soir pour les étapes freeroll de Lille, Clermont-Ferrand, Troyes, Bordeaux et Nice seront les DERNIERS de la saison 2017/2018 ! Passé cette date, il sera trop tard.

Numéro 1 GPI en novembre, premier de la All-Time Money List espagnole en décembre et maintenant premier du classement Player of the Year 2017 : il paraît que le meilleur joueur de poker de la planète porte un W rouge et qu'il s'appelle Adrián Mateos. ¡Felicidades campeón!

Vous hésitez encore à aller voir Le Grand Jeu au cinéma ? Notre critique maison est allé faire un tour dans les salles obscures pour vous offrir un long article sur cette énième tentative de mariage entre poker et septième art. Une bonne manière de voir pleuvoir des millions avant de partir à votre tour à la chasse aux billets sur les tables des Winamax Series.


Guillaume Diaz revient sur les mains clés de sa victoire en haute altitude sur le High Roller des Winamax Series XVIII


Davidi Kitai fait son bilan annuel sur le blog du Team Winamax. Alors, c'était un fiiiin bon cru cette année 2017 ?

Il était le premier à vous souhaiter la bonne année depuis les tables du 6-max Championship à 10 000 $ des WSOP. Davidi Kitai sera de retour dans la nuit de dimanche à lundi avec une nouvelle livraison de Dans la Tête d'un Pro. En attendant, il n'est pas trop tard pour (re)voir le deuxième épisode de cette saison 2017-2018 consacré au Génie belge. Enjoy!




Bonne chance à tous et bon week-end sur Winamax !

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Flegmatic_
Reporter Winamax
Reporter Winamax


Inscrit le: 15 Avr 2015
Messages: 875

MessagePosté le: 05/01/2018 15:15   Sujet du message: Répondre en citant Signaler un Abus

Adrián Mateos est le joueur de l'année 2017 !

C'est désormais officiel : au terme d'une année exceptionnelle, l'Espagnol est le Player of the Year 2017 selon le classement GPI. ¡Felicidades campeón!

Ce qu'il y a de bien lorsque vous comptez au sein de votre équipe professionnelle un joueur comme Adrián Mateos, c'est que chaque  mois offre une nouvelle occasion de fêter quelque chose. Fin novembre, nous sabrions le champagne pour célebrer l'accession du Madrilène à la place de numéro 1 mondial du classement Global Poker Index. Mi-décembre, on tirait le feu d'artifice pour saluer deux premières places supplémentaires : celles de la All-Time Money List espagnole et du classement Player of the Year, qui détermine le meilleur joueur sur une année civile.

Mais avec encore deux semaines de compétitions et potentiellement quelques tournois à disputer, Adrián pouvait encore se faire dépasser, notamment par son concurrent numéro un, l'Américain Bryn Kenney. Moins d'un mois plus tard, la chose est tout ce qu'il y a de plus officielle : le membre du Team Winamax Adrián Mateos est le Joueur de l'Année 2017 !

Il y a du beau monde dans ce Top 10

Un titre honorifique ô combien prestigieux qui vient récompenser douze mois absolument exceptionnels. De janvier à décembre, le jeune Espagnol - il n'a que 23 ans, rappelons-le ! - a sillonné le globe, collectant 37 places payées - la majorité d'entre elles des tables finales - entre les Bahamas, Macao, Las Vegas, Monte-Carlo, Barcelone, Punta Cana ou encore Prague, pour plus de 5,8 millions de dollars de gains ! Arrivé en octobre au sein du Team, aux côtés de son compère italien Mustapha Kanit, l'Espagnol a surpassé toutes les attentes placées en lui, pour devenir, selon les chiffres, le meilleur joueur de poker en activité sur la planète.


Les cinq meilleurs résultats d'Adrián en 2017 selon le classement POY



Avec ces trois objectifs majeurs atteints en 2017, on ne peut maintenant souhaiter à Adrián qu'une seule chose pour 2018 : se maintenir tout en haut de la hiérarchie mondiale. Un travail de longue haleine qui va demander à Amadi_17 moult efforts et des milliers d'heures autour des tables du monde entier. Une conquête permanente qui reprend dès ce week-end aux Bahamas avec le Super High Roller à 100 000 $ du PCA, qui promet de donner d'emblée le ton de cette nouvelle année.

Bonne chance, et encore félicitations Adrián !

Le classement GPI Player of the Year 2017
Le classement GPI général

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Flegmatic_
Reporter Winamax
Reporter Winamax


Inscrit le: 15 Avr 2015
Messages: 875

MessagePosté le: 04/01/2018 18:22   Sujet du message: Répondre en citant Signaler un Abus

[Ciné] ''Le Grand Jeu'' se contente d'un min cash

Chic, Hollywood s'intéresse de nouveau au poker ! Une bouse de plus, ou une perle rare ? Ni l'un ni l'autre, selon notre critique.

Le Grand Jeu démarre par une chute. Celle de Molly Bloom, 20 ans, lancée à pleine vitesse sur une piste de ski de bosses verglacée aussi raide que l'arête d'une des pyramides de Gizeh. Ce jour-là, la jeune Molly n'est qu'à quelques secondes et trois sauts acrobatiques de décrocher sa place au sein de l'équipe olympique américaine pour les Jeux de Salt Lake City. Une belle revanche sur la vie, huit ans après avoir avoir dû subir une lourde opération pour redresser sa colonne vertébrale, et s'être vue fermement conseiller de ranger ses skis au placard. Mais une branche de pin située là où il ne fallait pas en décide autrement, défait sa fixation gauche et envoie Molly valser dans le décor.

Le dernier plan de cette scène d'introduction parfaitement montée et soigneusement calibrée pour les standards du film de divertissement américain nous la montre le visage en sang, inconsciente, comme laissée pour morte. Remplacez la neige par un rutilant coupé Cadillac, la piste de ski par le parking d'un casino et vous n'êtes pas loin de la puissance évocatrice des premières minutes de Casino. Sauf que, la suite le démontrera, un Aaron Sorkin passant derrière la caméra, ce n'est pas encore Scorsese : son Grand Jeu n'a pas les armes pour s'asseoir à une table de high stakes.

Un scénariste acclamé...

Crédit photo : variety.com

Ce fameux Grand Jeu, rebaptisé ainsi dans nos contrées par des marketeux jamais en panne de fausses bonnes idées, est l'adaptation du livre Molly's Game, mémoires de la sus-citée Molly Bloom. Au début des années 2000, cette dernière a laissé derrière elle une prometteuse carrière de skieuse puis des études de droit à Harvard pour organiser des parties de poker privées réunissant une bonne partie de ce qu'Hollywood puis New York comptent de gens riches et/ou célèbres prêts à s'offrir une bonne grosse montée d'adrénaline. Une période faste qui ne durera qu'un temps : presque inévitablement, Molly sombre dans la drogue et se retrouve sans le savoir mêlée à la pègre russe et italienne de NYC, apparaissant en même temps dans le radar d'un FBI qui attendra sagement son temps avant de l'assigner en justice pour tenter de la priver de tout ce pour quoi elle s'est battue. En clair, une énième "incroyable histoire vraie" sur le mode rise and fall dont aiment à se repaître les tabloids et les grands pontes des studios américains.

Derrière cette adaptation, on retrouve le scénariste adulé Aaron Sorkin, qui passe pour la toute première fois à la réalisation. Homme de théâtre à ses débuts, le New-Yorkais bascule vers le grand écran au début des années 1990, avant de connaître une première consécration au carrefour de l'an 2000 avec la série À la Maison Blanche (The West Wing en V.O.), qu'il monte sur pied avant de signer le scénario des quatre premières saisons. Du bureau ovale de Washington, Sorkin passe en 2010 au campus de Harvard, pour raconter la génèse de Facebook dans The Social Network : le succès du biopic doit autant à sa construction narrative et ses dialogues qu'à la réalisation de David Fincher. À presque 50 ans, Aarson Sorkin acquiert enfin la reconnaissance mondiale et continue de croquer le portrait de révolutionnaires : Billy Beane pour le baseball dans le génial Le Stratège (ou Moneyball) et Steve Jobs pour... bon, vous savez, dans le beaucoup moins génial et sobrement intitulé Steve Jobs. Le tout, en mettant en chantier une deuxième série dans l'univers des chaînes d'infos en continue américaine, The Newsroom, qui ne rencontre malheureusement pas son public et s'arrête au bout de deux saisons et demie.

...mais un réalisateur qui se cherche

Disons le tout net : le Sorkin réalisateur n'a pas le talent du Sorkin scénariste. Là où certains profitent de leur premier film pour tenter un maximum de choses (quitte à trop en faire), lui se contente de piocher quelques gimmicks repérés au fil de sa carrière, sans que n'apparaisse un style qui lui serait propre. Déjà cité, Scorsese est sans nul doute l'influence numéro 1 avec, en héritage principal, une voix off omniprésente façon Les AffranchisCasino ou Le Loup de Wall Street. Sauf que, comme un Jordan Belfort en plein bad trip au volant de sa Lamborghini, dans Le Grand Jeu, on frôle l'overdose. La voix off est partout, jusqu'à nous lire un titre d'article de journal parfaitement visible à l'écran ou nous décrire précisément chacune des actions qui se déroulent sous nos yeux. Comme si Sorkin avait peur du silence, ou que le spectateur ne soit pas capable de ressentir les émotions jouées par un Jessica Chastain par ailleurs impeccable (nous y reviendrons).

Dommage, puisque Sorkin n'avait pas besoin d'en faire autant pour nous rappeler qu'il s'agit d'une adaptation d'un ouvrage qui apparaît d'ailleurs à de nombreuses reprises dans le film - le livre a été écrit entre la période new-yorkaise de Molly Bloom et son procès - ou pour servir un scénario en tous points fidèle aux productions précédentes de son auteur. Dialogues à tiroir, répliques ciselées qui fusent comme des balles de ping-pong, allers-retours temporels : le coup de crayon de Sorkin se ressent à fond dans Le Grand Jeu, au point que l'on commence à distinguer certaines ficelles un peu épaisses. On pardonnera également difficilement une dernière partie beaucoup plus faible, où l'avocat joué par Idris "Stringer Bell" Elba - parfait personnage de faire-valoir à l'épaisseur toute relative - résume 2h20 de film en un monologue mielleux de deux minutes, juste avant que la prophétique figure du père tyrannique-mais-juste (Kevin Costner), dont l'adultère originel est à la base de tous les maux, ne débarque comme un cheveu sur la soupe jouer les rédempteurs. Enfin, si la scène finale, en forme de bouclage de boucle, permet à Sorkin de tenter de s'attribuer la paternité du fall and rise, l'astuce a plus valeur de clin d'oeil plus ou moins bien troussé que de réel renversement de paradigme. En clair, ça prête à sourire, mais ça ne réinvente pas la roue.

Ce flim n'est pas un flim sur le pokler

Crédit photo : princepoker.com

Toutes considérations cinématographiques désormais écartées, attaquons-nous maintenant au coeur du sujet : Le Grand Jeu est-il un film sur le poker ? Vous l'avez compris en lisant l'intertitre ci-dessus, la réponse est clairement non. Certes, le sujet tourne autour d'une organisatrice de parties privées, d'abord légales puis beaucoup moins, mais l'idée fondatrice du projet a toujours été de parler de Molly Bloom et non pas du jeu lui-même. "Si vous êtes un joueur de poker, vous allez aimer les scènes de poker, mais ce n'est pas un film sur le poker," prévenait Sorkin en août dernier sur le site d'Entertainment Weekly.

Il n'avait qu'en partie raison. Si vous êtes joueur, il y a de fortes chances que les rares coups développés dans le film vous fassent au mieux hausser un sourcil, au pire vous prendre la tête dans vos mains. En tête, ces deux scènes épinglées notamment par l'éminent Mike Sexton sur Twitter. D'un côté celle où, sur le flop d'un pot à 2,1 millions de dollars, un joueur relance à 300 000 après que son voisin de droite a misé.... 200 000, chose évidemment impossible en No-Limit Hold'em. De l'autre, celle tout aussi invraisemblable où le pigeon de la table jette sur la rivière ce que Molly nous annonce comme étant les nuts. Difficile d'imaginer un joueur tellement mauvais qu'il ne se rend pas compte qu'il possède un jeu imbattable. Un bluff réussi, pourquoi pas, mais encore faut-il qu'il soit réaliste. Fâcheux, d'autant que les infographistes ont mis le paquet niveau visuel, avec des animations chiadées dignes des meilleures retransmissions télévisuelles de ces dernières années et une volonté pédagogique indéniable pour ne pas faire décrocher même le plus complet des néophytes.

Molly's film

Clairement, la véritable star de Molly's Game n'est autre que Molly elle-même. Il est peut-être présomptueux de dire que Jessica Chastain tient son Erin Brokovich, mais la rousse incendiaire met le feu à la pellicule. Celle qui n'est apparue devant les yeux du grand public qu'en 2011, après avoir été dénichée par Terrence Malick pour son Tree of Life - on peut au moins remercier ce film pour ça - a fait du chemin depuis, pour se montrer aujourd'hui sur près de neuf plans sur dix de SON film. "Elle prend le métrage sur son dos et le porte jusqu'au bout," confesse Sorkin à propos de la Californienne. On ne peut qu'être d'accord.

Sur le papier pourtant, Molly Bloom n'a pas franchement l'étoffe du héros "sorkin-ien." En grossissant volontairement le trait, on pourrait même la qualifier de simple opportuniste, qui a vu une occasion en or de s'enrichir sur le dos de quelques baleines du show-business. Avant de se retrouver à gérer la partie hebdomadaire de son premier boss, nouveau riche caractériel, elle ne connaît rien du poker, mais apprend sur le tas à la vitesse de l'éclair, réussissant parfaitement à se rendre indispensable, avant de monter son propre business. Parce qu'en compétitrice invétérée, elle ne supporte pas de perdre. Et comme elle le dit dans le film, "le meilleur moyen de se remettre d'une défaite, c'est de gagner." La partie de Molly n'a de sens que si elle la gagne, mais jamais sans bafouer la seule chose qui compte à ses yeux, son nom, qu'elle tient plus que tout à préserver de tout scandale sentimentalo-sexuel - le film nous le martèle suffisamment (Et gare à celui qui l'appelera "princesse").

Molly alone

L'histoire de Molly Bloom, c'est celle d'une femme qui réussit mieux que personne dans un monde qui n'est a priori pas le sien, envers et contre toutes les figures tutélaires masculines qu'elle rencontre sur son chemin : son père, son avocat (qui ne veut d'abord pas la défendre avant d'être convaincu par sa fille, qui érige Molly en modèle), son chef et ce personnage de Mister X incarné par Michael Cera, portrait à peine voilé de Tobey Maguire. Mais si vous savez, le Spiderman des films de Sam Raimi, alors au faîte de sa gloire, et qui a ensuite bien eu du mal à négocier le tournant des années 2010.

Bienfaiteur et pourvoyeur numéro un de nouveaux joueurs - il a notamment fait venir Leonardo DiCaprio (encore lui) et Ben Affleck - Maguire joue en même temps le rôle de l'enfoiré de service, qui s'arrange pour évincer Molly de ses parties lorsque celle-ci refuse de se plier à ses exigences. Un rôle finalement assez proche de la réalité - ou en tout cas de ce qui est écrit dans le livre - comme s'est amusé à comparer le site The Ringer. Mais comme le cite le film, à trop vouloir jouer les Circé, attirant les hommes dans son antre à grands renforts de nectar et d'ambroisie, le risque est grand de voir certains se transformer en cochons, personnifiés par ce vieux mafieux peu ragoûtant qui agresse violemment Molly chez elle dans un cauchemar tourné comme un fantasme mais bien réel.


Féministe, ce Grand Jeu ? Bien sûr, tout en ayant l'intelligence de ne pas vouloir à tout prix renverser le rapport de force, et la malice de nous le faire brièvement croire. Malgré tout, le message final, gentiment convenu, clâmant que Molly Bloom n'a, tout bien réfléchi, pas fait grand chose de mal en comparaison avec tous ces gros mafieux russes, peut faire rouler des yeux. Cette douce morale mise de côté, reste un divertissement agréable, bien mieux réussi devant que derrière la caméra. Pour conclure avec une métaphore pokeristique, Le Grand Jeu, c'est un peu ce joueur bruyant à table qui veut se faire passer pour un degen mais qui ne s'engage vraiment qu'avec les nuts. Il a l'air impressionnant lors des premiers niveaux, avant que l'on se rende compte qu'il est parfaitement inoffensif.

Crédits photos (sauf mention du contraire) : allocine.fr

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Flegmatic_
Reporter Winamax
Reporter Winamax


Inscrit le: 15 Avr 2015
Messages: 875

MessagePosté le: 04/01/2018 18:21   Sujet du message: Répondre en citant Signaler un Abus

[Ciné] ''Le Grand Jeu'' se contente d'un min cash

Chic, Hollywood s'intéresse de nouveau au poker ! Une bouse de plus, ou une perle rare ? Ni l'un ni l'autre, selon notre critique.

Le Grand Jeu démarre par une chute. Celle de Molly Bloom, 20 ans, lancée à pleine vitesse sur une piste de ski de bosses verglacée aussi raide que l'arête d'une des pyramides de Gizeh. Ce jour-là, la jeune Molly n'est qu'à quelques secondes et trois sauts acrobatiques de décrocher sa place au sein de l'équipe olympique américaine pour les Jeux de Salt Lake City. Une belle revanche sur la vie, huit ans après avoir avoir dû subir une lourde opération pour redresser sa colonne vertébrale, et s'être vue fermement conseiller de ranger ses skis au placard. Mais une branche de pin située là où il ne fallait pas en décide autrement, défait sa fixation gauche et envoie Molly valser dans le décor.

Le dernier plan de cette scène d'introduction parfaitement montée et soigneusement calibrée pour les standards du film de divertissement américain nous la montre le visage en sang, inconsciente, comme laissée pour morte. Remplacez la neige par un rutilant coupé Cadillac, la piste de ski par le parking d'un casino et vous n'êtes pas loin de la puissance évocatrice des premières minutes de Casino. Sauf que, la suite le démontrera, un Aaron Sorkin passant derrière la caméra, ce n'est pas encore Scorsese : son Grand Jeu n'a pas les armes pour s'asseoir à une table de high stakes.

Un scénariste acclamé...

Crédit photo : variety.com

Ce fameux Grand Jeu, rebaptisé ainsi dans nos contrées par des marketeux jamais en panne de fausses bonnes idées, est l'adaptation du livre Molly's Game, mémoires de la sus-citée Molly Bloom. Au début des années 2000, cette dernière a laissé derrière elle une prometteuse carrière de skieuse puis des études de droit à Harvard pour organiser des parties de poker privées réunissant une bonne partie de ce qu'Hollywood puis New York comptent de gens riches et/ou célèbres prêts à s'offrir une bonne grosse montée d'adrénaline. Une période faste qui ne durera qu'un temps : presque inévitablement, Molly sombre dans la drogue et se retrouve sans le savoir mêlée à la pègre russe et italienne de NYC, apparaissant en même temps dans le radar d'un FBI qui attendra sagement son temps avant de l'assigner en justice pour tenter de la priver de tout ce pour quoi elle s'est battue. En clair, une énième "incroyable histoire vraie" sur le mode rise and fall dont aiment à se repaître les tabloids et les grands pontes des studios américains.

Derrière cette adaptation, on retrouve le scénariste adulé Aaron Sorkin, qui passe pour la toute première fois à la réalisation. Homme de théâtre à ses débuts, le New-Yorkais bascule vers le grand écran au début des années 1990, avant de connaître une première consécration au carrefour de l'an 2000 avec la série À la Maison Blanche (The West Wing en V.O.), qu'il monte sur pied avant de signer le scénario des quatre premières saisons. Du bureau ovale de Washington, Sorkin passe en 2010 au campus de Harvard, pour raconter la génèse de Facebook dans The Social Network : le succès du biopic doit autant à sa construction narrative et ses dialogues qu'à la réalisation de David Fincher. À presque 50 ans, Aarson Sorkin acquiert enfin la reconnaissance mondiale et continue de croquer le portrait de révolutionnaires : Billy Beane pour le baseball dans le génial Le Stratège (ou Moneyball) et Steve Jobs pour... bon, vous savez, dans le beaucoup moins génial et sobrement intitulé Steve Jobs. Le tout, en mettant en chantier une deuxième série dans l'univers des chaînes d'infos en continue américaine, The Newsroom, qui ne rencontre malheureusement pas son public et s'arrête au bout de deux saisons et demie.

...mais un réalisateur qui se cherche

Disons le tout net : le Sorkin réalisateur n'a pas le talent du Sorkin scénariste. Là où certains profitent de leur premier film pour tenter un maximum de choses (quitte à trop en faire), lui se contente de piocher quelques gimmicks repérés au fil de sa carrière, sans que n'apparaisse un style qui lui serait propre. Déjà cité, Scorsese est sans nul doute l'influence numéro 1 avec, en héritage principal, une voix off omniprésente façon Les AffranchisCasino ou Le Loup de Wall Street. Sauf que, comme un Jordan Belfort en plein bad trip au volant de sa Lamborghini, dans Le Grand Jeu, on frôle l'overdose. La voix off est partout, jusqu'à nous lire un titre d'article de journal parfaitement visible à l'écran ou nous décrire précisément chacune des actions qui se déroulent sous nos yeux. Comme si Sorkin avait peur du silence, ou que le spectateur ne soit pas capable de ressentir les émotions jouées par un Jessica Chastain par ailleurs impeccable (nous y reviendrons).

Dommage, puisque Sorkin n'avait pas besoin d'en faire autant pour nous rappeler qu'il s'agit d'une adaptation d'un ouvrage qui apparaît d'ailleurs à de nombreuses reprises dans le film - le livre a été écrit entre la période new-yorkaise de Molly Bloom et son procès - ou pour servir un scénario en tous points fidèle aux productions précédentes de son auteur. Dialogues à tiroir, répliques ciselées qui fusent comme des balles de ping-pong, allers-retours temporels : le coup de crayon de Sorkin se ressent à fond dans Le Grand Jeu, au point que l'on commence à distinguer certaines ficelles un peu épaisses. On pardonnera également difficilement une dernière partie beaucoup plus faible, où l'avocat joué par Idris "Stringer Bell" Elba - parfait personnage de faire-valoir à l'épaisseur toute relative - résume 2h20 de film en un monologue mielleux de deux minutes, juste avant que la prophétique figure du père tyrannique-mais-juste (Kevin Costner), dont l'adultère originel est à la base de tous les maux, ne débarque comme un cheveu sur la soupe jouer les rédempteurs. Enfin, si la scène finale, en forme de bouclage de boucle, permet à Sorkin de tenter de s'attribuer la paternité du fall and rise, l'astuce a plus valeur de clin d'oeil plus ou moins bien troussé que de réel renversement de paradigme. En clair, ça prête à sourire, mais ça ne réinvente pas la roue.

Ce flim n'est pas un flim sur le pokler

Crédit photo : princepoker.com

Toutes considérations cinématographiques désormais écartées, attaquons-nous maintenant au coeur du sujet : Le Grand Jeu est-il un film sur le poker ? Vous l'avez compris en lisant l'intertitre ci-dessus, la réponse est clairement non. Certes, le sujet tourne autour d'une organisatrice de parties privées, d'abord légales puis beaucoup moins, mais l'idée fondatrice du projet a toujours été de parler de Molly Bloom et non pas du jeu lui-même. "Si vous êtes un joueur de poker, vous allez aimer les scènes de poker, mais ce n'est pas un film sur le poker," prévenait Sorkin en août dernier sur le site d'Entertainment Weekly.

Il n'avait qu'en partie raison. Si vous êtes joueur, il y a de fortes chances que les rares coups développés dans le film vous fassent au mieux hausser un sourcil, au pire vous prendre la tête dans vos mains. En tête, ces deux scènes épinglées notamment par l'éminent Mike Sexton sur Twitter. D'un côté celle où, sur le flop d'un pot à 2,1 millions de dollars, un joueur relance à 300 000 après que son voisin de droite a misé.... 200 000, chose évidemment impossible en No-Limit Hold'em. De l'autre, celle tout aussi invraisemblable où le pigeon de la table jette sur la rivière ce que Molly nous annonce comme étant les nuts. Difficile d'imaginer un joueur tellement mauvais qu'il ne se rend pas compte qu'il possède un jeu imbattable. Un bluff réussi, pourquoi pas, mais encore faut-il qu'il soit réaliste. Fâcheux, d'autant que les infographistes ont mis le paquet niveau visuel, avec des animations chiadées dignes des meilleures retransmissions télévisuelles de ces dernières années et une volonté pédagogique indéniable pour ne pas faire décrocher même le plus complet des néophytes.

Molly's film

Clairement, la véritable star de Molly's Game n'est autre que Molly elle-même. Il est peut-être présomptueux de dire que Jessica Chastain tient son Erin Brokovich, mais la rousse incendiaire met le feu à la pellicule. Celle qui n'est apparue devant les yeux du grand public qu'en 2011, après avoir été dénichée par Terrence Malick pour son Tree of Life - on peut au moins remercier ce film pour ça - a fait du chemin depuis, pour se montrer aujourd'hui sur près de neuf plans sur dix de SON film. "Elle prend le métrage sur son dos et le porte jusqu'au bout," confesse Sorkin à propos de la Californienne. On ne peut qu'être d'accord.

Sur le papier pourtant, Molly Bloom n'a pas franchement l'étoffe du héros "sorkin-ien." En grossissant volontairement le trait, on pourrait même la qualifier de simple opportuniste, qui a vu une occasion en or de s'enrichir sur le dos de quelques baleines du show-business. Avant de se retrouver à gérer la partie hebdomadaire de son premier boss, nouveau riche caractériel, elle ne connaît rien du poker, mais apprend sur le tas à la vitesse de l'éclair, réussissant parfaitement à se rendre indispensable, avant de monter son propre business. Parce qu'en compétitrice invétérée, elle ne supporte pas de perdre. Et comme elle le dit dans le film, "le meilleur moyen de se remettre d'une défaite, c'est de gagner." La partie de Molly n'a de sens que si elle la gagne, mais jamais sans bafouer la seule chose qui compte à ses yeux, son nom, qu'elle tient plus que tout à préserver de tout scandale sentimentalo-sexuel - le film nous le martèle suffisamment (Et gare à celui qui l'appelera "princesse").

Molly alone

L'histoire de Molly Bloom, c'est celle d'une femme qui réussit mieux que personne dans un monde qui n'est a priori pas le sien, envers et contre toutes les figures tutélaires masculines qu'elle rencontre sur son chemin : son père, son avocat (qui ne veut d'abord pas la défendre avant d'être convaincu par sa fille, qui érige Molly en modèle), son chef et ce personnage de Mister X incarné par Michael Cera, portrait à peine voilé de Tobey Maguire. Mais si vous savez, le Spiderman des films de Sam Raimi, alors au faîte de sa gloire, et qui a ensuite bien eu du mal à négocier le tournant des années 2010.

Bienfaiteur et pourvoyeur numéro un de nouveaux joueurs - il a notamment fait venir Leonardo DiCaprio (encore lui) et Ben Affleck - Maguire joue en même temps le rôle de l'enfoiré de service, qui s'arrange pour évincer Molly de ses parties lorsque celle-ci refuse de se plier à ses exigences. Un rôle finalement assez proche de la réalité - ou en tout cas de ce qui est écrit dans le livre - comme s'est amusé à comparer le site The Ringer. Mais comme le cite le film, à trop vouloir jouer les Circé, attirant les hommes dans son antre à grands renforts de nectar et d'ambroisie, le risque est grand de voir certains se transformer en cochons, personnifiés par ce vieux mafieux peu ragoûtant qui agresse violemment Molly chez elle dans un cauchemar tourné comme un fantasme mais bien réel.


Féministe, ce Grand Jeu ? Bien sûr, tout en ayant l'intelligence de ne pas vouloir à tout prix renverser le rapport de force, et la malice de nous le faire brièvement croire. Malgré tout, le message final, gentiment convenu, clâmant que Molly Bloom n'a, tout bien réfléchi, pas fait grand chose de mal en comparaison avec tous ces gros mafieux russes, peut faire rouler des yeux. Cette douce morale mise de côté, reste un divertissement agréable, bien mieux réussi devant que derrière la caméra. Pour conclure avec une métaphore pokeristique, Le Grand Jeu, c'est un peu ce joueur bruyant à table qui veut se faire passer pour un degen mais qui ne s'engage vraiment qu'avec les nuts. Il a l'air impressionnant lors des premiers niveaux, avant que l'on se rende compte qu'il est parfaitement inoffensif.

Crédits photos (sauf mention du contraire) : allocine.fr

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
PonceP.
Reporter Winamax
Reporter Winamax


Inscrit le: 27 Avr 2017
Messages: 275

MessagePosté le: 04/01/2018 18:04   Sujet du message: Répondre en citant Signaler un Abus

Winamax Series XX : parés au lancement ?

Le Team Winamax vous lâche ses trucs et astuces pour cartonner sur les Series.

WSERIESXX

Les experts sont formels : un déluge de millions d’euros vous attend sur les tables du 7 au 18 janvier avec la XXe édition des Winamax Series. Il est bien assez tôt pour se préparer à l'évènement, d'autant que le festival commencera sur les chapeaux de roues dès dimanche avec une soirée de lancement au programme-choc. De 16 à 23 heures, 17 tournois vous attendent pour une dotation totale d’au moins 1,1 million d’euros. Et si on demandait quelques pro tips aux membres du Team Winamax avant d'attaquer cette dizaine de jours de défis ?

 "Tâchez de récupérer des fêtes pour reprendre un bon rythme quelques jours avant le début des épreuves, " préconise Romain Lewis, "on a toujours tendance à sous-estimer l'intensité des Series : il faut être prêt dès le premier dimanche et tenir le coup jusqu'à la dernière main du dernier jour." Terminée, la bamboche des fêtes de fin d'année, l'heure est aux bonnes résolutions. D'autant que les journées seront longues pour ces premières Series de 2018 avec deux tournois quotidiens à 18 heures et un premier dimanche qui démarrera dès 16 heures avec les Monster Start (10 € et 50 €, 100 000 € garantis pour les deux).

GuillaumeDiaz


Guillaume Diaz a quant à lui déjà planifié son emploi du temps : "Soyez astucieux pour vous organiser : il y a beaucoup de tournois en plusieurs jours, ce qui permet de prendre des jours de repos entre les Days 1 et 2. Avec les nombreux tournois 6-max programmés, il faut être en pleine forme pour jouer son A-game." Une consigne qu'il faudra suivre à la lettre dimanche lors des premiers Days 1 du High Five (5 €, 250 000 € garantis), Colossus (30 €, 500 000 € garantis), Mini Event (15 €, 150 000 € garantis) et du tout nouveau Monster Million (300 €, 1 000 000 € garantis).

 Amortissez le choc avec un bonus de dépôt special. Vous avez jusqu'au 18 janvier pour bénéficier d'un bonus de 50 % de votre prochain dépôt et jusqu'au 12 janvier pour recevoir vos tickets pour les Freerolls Series qui offriront 45 000 € de tickets à 150 € pour le Million Event. Un tournoi qui "s'annonce exceptionnel", selon Davidi Kitai, qui vous encourage à miser dessus. "Le niveau de jeu moyen du tournoi restera accessible avec un prizepool qui risque de battre des records." 

PierreCalamusa


 Vous pouvez imiter Pierre Calamusa, qui a choisi de "se concentrer sur les épreuves les plus prestigieuses et jouer tous les tournois au dessus de 100 €. Il faut jouer les tournois qui correspondent à votre bankroll sans trop vous éparpiller", ou bien être tout simplement "in dans tout" en tentant votre chance sur le premier Sunday Surprise des Series : son vainqueur sera invité sur l’ensemble des épreuves de l'édition pour une enveloppe totale d’une valeur de plus de 10 000 €, offerte en plus des 150 000 € de dotation minimum du tournoi !

 "Vous devez saisir votre chance de jouer les plus beaux tournois avec les Expresso Qualifier et les satellites," souligne Guillaume Diaz, "les prizepools des tournois Millions vont être délirants, il ne faut pas passer à côté !" Vous pouvez décrocher votre entrée à l’un des trois tournois Millions toute la journée sur nos Expresso Qualifiers : buy-in de 3 € pour le Million Event (ticket à 150 €), 6 € pour le Monster Million (ticket à 300 €) et 8 € pour le Highroller Million (ticket à 1 000 €). Une ribambelle de satellites "classiques" est également prévue tous les jours pour permettre aux plus frileux de plonger dans le grand bain sans risquer l’hydrocution.

DavidiKitai


 Consultez régulièrement le programme complet des Winamax Series pour préparer votre planning comme un pro et être sûr de ne rater aucun tournoi du festival. Le génie Belge insiste : "Choisissez-bien le tournoi qui vous correspond, et restez au calme chez vous pour pouvoir vous concentrer à 100 % !

Fermez les portes et les fenêtres et prévoyez quelques denrées à longue conservation : dimanche n’est que la première vague du raz-de-marée de la XXe édition des Winamax Series. En tout, 147 tournois vous attendent pour une dotation cumulée d’au moins 13 millions d’euros. Vous allez adorer que le ciel vous tombe sur la tête.

[img=40745,w=,h=]

Retrouvez le programme complet des Winamax Series XX
Profitez du Bonus Special Series
Qualifiez-vous sur les Expresso Qualifiers

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
PonceP.
Reporter Winamax
Reporter Winamax


Inscrit le: 27 Avr 2017
Messages: 275

MessagePosté le: 02/01/2018 11:23   Sujet du message: Répondre en citant Signaler un Abus

MTT : les résultats du 31 décembre

Et si la meilleure manière de terminer 2017 était de briller sur nos tables ? Découvrez les ultimes vainqueurs de l'année dernière.

Surprise

SUNDAY SURPRISE 10 € - 2 819 inscriptions (616 re-entries) - Prizepool 25 371 €

La douce odeurs de coquillages et de crustacés a hypnotisé 2 819 inscrits sur le tout dernier Sunday Surprise de 2017. Capitaine.A a bien mérité ses galons en s'imposant après six heures de jeu. Il pourra se la couler douce sur le sable de l'Afrique du Sud dans la bien-nommée Sun City pour une semaine à deux de sports nautiques. Un bon délire hors-saison, accompagné de 4 464 € de gains. misterdouble s'est fait doubler dans la dernière ligne droite et empoche 2 951 € tandis que 1MINUTPLZ est resté patient jusqu'à la troisième position (2 155 €).
Classement complet disponible ici.

HashemMelech et Choisi1Arabe étrennent 2018 en beauté

PierreCalamusa

Le tournoi le plus cher de la soirée est revenu à Choisi1Arabe, intouchable dimanche. Il a d'abord terminé sixième de l'After Work pour 270 € avant de s'imposer sur le HighRoller pour 4 600 € sonnants et trébuchants. Mage Machine prend la deuxième place (2 725 €) juste devant LeVietF0u, décidément très à l'aise sur ce tournoi depuis quelques jours. Le Team Pro remporte 1 850 € dix jours après sa première place (6 200 €) et six jours après une seconde place (3 508 €). Patron.

HashemMelech

Sur l'Xtrem, HashemMelech a profité d'un joli overlay pour s'emparer de 5 250 € devant A.B.Rips (3 250 €) et controlraise (2 400 €). On notera la quatrième place de jeudemots, qui signe une jolie double table finale avec sa sixième place sur l'Xtase et a totalisé 2 400 € de gains sur les deux tournois. L'Xtase est allé dans la poche de MiraQlous (2 825 €), devant TRES SOUVENT (1 900 €) et l'Académicien de la Top Shark LOVE IS ALL (1 350 €), qui se remet en jambes avant de repartir à la bagarre dès le 7 janvier pour la sixième semaine de la compétition.

Parmi les autres résultats, Richard Fish a trust la première place du Top 50 pour 1 798 €, -DonkeyKong- n'a pas glissé sur une peau de banane et termine premier de l'After Work pour 1 431 €), InKKQueeN a évité une grosse migraine de lendemain de réveillon sur la Fièvre et s'offre 3 222 € et LilooVegas s'est payé une sieste bien méritée après sa victoire sur le Digestif pour 2 813 €.

HIGHROLLER 300 € - 41 inscriptions (10 re-entries) - Prizepool 12 500 €
Vainqueur : Choisi1Arabe (4 600 €)

XTREM 100 € - 159 inscriptions (32 re-entries) - Prizepool 20 000 €
Vainqueur : HashemMelech (5 250 €)

miraculous

XTASE 100 € - 97 inscriptions (19 re-entries) - Prizepool 10 000 €
Vainqueur : MiraQlous (2 825 €)

TOP 50 50 € - 148 inscriptions (28 re-entries) - Prizepool 6 660 €
Vainqueur : Richard Fish (1 798 €)

Donkey

AFTER WORK 20 € - 315 inscriptions (52 re-entries) - Prizepool 6 000 €
Vainqueur : -DonkeyKong- (1 431 €)

LA FIEVRE 10 € - 1 948 inscriptions (442 re-entries) - Prizepool 17 532 €
Vainqueur : InKKQueeN (3 222 €)

Liloo

DIGESTIF 10 € - 1659 inscriptions (416 re-entries) - Prizepool : 15 000 €
Vainqueur : LilooVegas (2 813 €)

Bravo à tous nos gagnants et excellent début d'année à tous !

Consultez l'offre tournois complète de Winamax

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Flegmatic_
Reporter Winamax
Reporter Winamax


Inscrit le: 15 Avr 2015
Messages: 875

MessagePosté le: 29/12/2017 16:51   Sujet du message: Répondre en citant Signaler un Abus

Votre week-end sur Winamax

Avant de tourner la page de 2017, le dernier week-end de l'année vous promet son lot de surprises pour un réveillon au rythme du bruit des jetons.

Alors que la dernière session de l'année tombe le soir de la Saint Sylvestre, vous pensiez que le Sunday Surprise allait en profiter pour prendre enfin un petit week-end de vacances ? Que nenni ma bonne dame ! Le 31 décembre comme n'importe quel autre dimanche de l'année, le tournoi le plus surprenant de notre grille vous offre son lot de cadeaux hors du commun. Pour terminer l'année en beauté, l'ultime gagnant de 2017 s'envolera pour un séjour en Afrique du Sud, dans la bien nommée Sun City, le temps d'une semaine placée sous le signe des sports nautiques. Parfait pour ensoleiller votre réveillon de grinder.

Ce week-end, plutôt que de foncer dans des supermarchés beaucoup trop remplis faire vos dernières courses pré-réveillon, Winamax vous propose de partir à l'aventure en quête d'un joyau aussi précieux que potentiellement rentabe : l'Expresso Talisman ! Chaque jour de 18 à 23 heures, accomplissez des objectifs donnés sur nos tables de Sit&Go ultra-rapides ou éliminez des joueurs en possession de la babiole tant convoitée pour récupérer ce trésor qui doublera vos futurs gains tant que vous le tiendrez près de vous. Parce qu'on peut aussi profiter des derniers jours de l'année pour s'en mettre plein les poches.

Vous avez déjà coché les dates sur votre calendrier de chatons reçu en cadeau par tata Monique, comme à chaque Noël depuis 2007. Les Winamax Series XX feront déferler leur onde de choc sur la planète poker du 7 au 18 janvier prochains. Histoire de vous préparer à recevoir de plein fouet ces 147 tournois au programme, promettant pour rappel 13 millions d'euros garantis, nous avons mis en ligne dans la journée le traditionnel bonus vous permettant de récupérer 50 % de votre dépôt, dans une limite de 100 €. Mieux que cela, on ajoute 45 000 € de tickets pour le Million Event, à aller chercher via les trois Freerolls pour lesquels on vous offre vos invitations.

Parce que le Main Event et son rejeton le Mini Event ne prennent pas non plus de repos pendant les fêtes, les plus acharnés pourront tenter de décrocher leur qualification pour le Day 2 dès ce dimanche à 16 heures et 21 heures pour les lancements des Day 1A et 1B. Ceux épargnés par la gueule de bois attendront le lendemain (21h) ou se rabattront sur le Day 1D Turbo de mardi (18h30). Quelque soit votre journée de prédilection, une seule chose est sûre - au moins autant que nous basculeront en 2018 quand sonneront les douze coups de minuit dimanche -, il y a aura encore des gros sous à se faire !

Vous avez peur d'être largué lorsque ce pote de pote de pote qui bosse dans la finance vous demandera votre avis sur le Bitcoin dimanche entre deux verres ? N'ayez crainte, Romain Lewis a pensé à vous ! Pour le dernier article paru dans le blog du Team Winamax en 2017, le plus jeune des W rouges s'est penché sur ce fameux marché des cryptomonnaies qui fait couler tant d'encre depuis plusieurs mois. Une lecture indispensable pour laisser bouche bée votre auditoire, à grands renforts d'explications hyper techniques autour des Blockchains. Après cela, vous serez tranquille pour continuer à parler du froid qu'il fait en hiver et des pétrodollars du Paris Saint-Germain.

Dimanche dernier, vous trouviez sous le sapin un Davidi Kitai déguisé en Père Noël, pour son grand retour devant les caméras de Dans la Tête d'un Pro. Histoire de fêter comme il se doit le passage à 2018, attendez-vous à trouvez dès minuit, dans le fond de votre coupe de champagne, le second épisode consacré au Génie du Team Winamax, engagé sur le 6-max Championship à 10 000 $ des World Series of Poker, celui-là même où il avait terminé runner-up en 2016. L'année commence bien !


[img=40666,w=,h=]

Mais juste avant de passer à 2018, jetons ensemble un dernier petit coup d'oeil à une année pokeristique 2017 sans doute plus riche que jamais. Grosses perfs online, (nombreuses) nouveautés débarquées au cours des douze mois écoulés, tournois live records, Team Pro en très grande forme, contenus audio, vidéo et radio riches en qualité et en quantité : vous retrouverez tout cela compilé dans un long article récapitulatif qui met le paquet sur les liens et les photos pour vous faire revivre les plus grands moments de 2017. Et croyez-nous 2018 sera encore plus lourd !


De la part de l'ensemble des équipes de Winamax, bon réveillon à tous et meilleurs vœux 2018

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Flegmatic_
Reporter Winamax
Reporter Winamax


Inscrit le: 15 Avr 2015
Messages: 875

MessagePosté le: 29/12/2017 12:24   Sujet du message: Répondre en citant Signaler un Abus

Rétro 2017 : un an de poker avec Winamax

Et si on jetait un dernier coup d’œil à 2017 avant de trinquer à la nouvelle année ?

Quand on ne voit pas une année passer, c'est souvent bon signe. En 2017, on vous en a fait voir de toutes les couleurs, tous les jours et toutes les nuits. Que vous soyez un aficionado du poker en live, avec de vraies cartes et jetons, ou un grinder assidu en MTT online, vous avez forcément croisé la route de Winamax au cours des douze derniers mois. En attendant de passer à la suite (elle s'annonce tout aussi riche), on fait le point sur notre année. Sur votre année.

MTT : c'est tous les jours la fête

Pour espérer rentrer dans le Top 10 des plus belles performances de 2017 en tournoi, il fallait aller chercher les six chiffres, si l'on en juge par le tableau ci-dessous... et il ne fallait pas louper le rendez-vous des Winamax Series : neuf des dix plus grosses "gagnes" de l'année ont été accomplies lors du festival quadrimestriel (si si, ce mot existe) emblématique de Winamax.


Avec 364 épreuves programmées au cours des mois de janvier, avril et septembre, et presque 36 millions d'euros distribués en trois éditions (un record qui sera probablement encore dépassé en 2018 : dans quelques jours débutera la vingtième édition, avec un garanti global inédit de 13 millions), les Series restent donc année après année un rendez-vous incontournable pour les amateurs de MTT en ligne. Elles plaisent aussi bien à ceux qui viennent chercher des gros fields et des grosses dotations que ceux qui aiment sortir des sentiers battus et s'éclater sur des formats exotiques tels que le Deuce to Seven, le Razz, l'Omaha High-Low ou le PLO à 5 cartes, que les joueurs Français ne trouveront nulle part ailleurs dans le paysage du poker .FR. Au milieu de cet océan d'Events, quelques nouveautés à retenir, comme l'instauration des tournois Championship à 300 €, et, en septembre, l'arrivée d'un second tournoi garantissant un million de dotation, le Highroller Million, portant le total de "Million Event" à quatre sur l'ensemble de l'année. Et dire que le Monster Million débarque en janvier, créant pour la première fois une trilogie de tournois à sept chiffres sur un même festival !

Est-ce à dire qu'hors des Winamax Series, point de salut pour les amateurs d'énormes dotations ? L'année 2017 a prouvé tout le contraire, avec le lancement de deux nouveaux festivals online. Cet été, vous avez ainsi pu partir en quête d'un des 74 bracelets mis en jeu sur les Mini-WSOP, réplique à l'échelle 1/100e des World Series of Poker, avançant au même rythme que les Championnats du Monde de Vegas (50 jours d'épreuves quotidiennes !) et offrant la même profusion de variantes et de tarifs (de 5 à 1 000 € l'entrée). Une grande première dont nous ne sommes pas peu fiers, et que vous semblez avoir apprécié : plus de 25 000 inscriptions enregistrées, 2,2 millions d'euros distribués, et un paquet de performances remarquées : les doublés de Ramols78 (Event 5 et 57) et Numb&Encore (Event 40 et 50), la victoire d'Adrien "Ragnarok235" Delmas sur le Highroller, et le sacre d'-Aquila- sur le Main Event.

Injustement boudée les années précédentes, la saison automnale s'est vue offrir à son tour une série de beaux tournois : c'était au tour du Winamax Circus de dresser son chapiteau de 104 épreuves. Un spectacle destiné en priorité aux petites bankrolls mais qui a créé de gros gagnants, distribuant plus de 4,2 millions d'euros (3 millions étaient garantis), tout en offrant à chaque vainqueur une plaque personnalisée à son nom. La plus belle d'entre elles fut remportée par TITAZ4WINA, vainqueur du Main Event pour près de 70 000 euros ("J'ai poussé un gros 'YES'", nous confiera t-il au lendemain de son sacre).

Après les bracelets cités plus haut, impossible de ne pas parler de bagues. En l'occurrence celle remportée par JuegoPerfect en début de mois, sur le Online Event complétant la programmation du WSOP-Circuit de Paris organisé au cercle Clichy-Montmartre, notre partenaire de toujours. Une bague qui vient agrémentée d'un énorme gain de plus de 135 000 €. Restons dans les gains à six chiffres avec l'homme qui s'est offert en mars la dernière Million Week en date (50 € l'entrée et une dotation éponyme), LeSouilleuse, pour un tout petit plus de 100 000 €. Preuve de l'incroyable densité de gros gagnants en 2017, il n'apparaît même pas dans notre Top 10 des perfs de l'année ! N'oublions pas non plus jonniii, vainqueur en février d'un Main Event costaud garantissant 500 000 €, pour près de 93 000 €, et 5cardplo, qui s'est adjugé deux semaines plus tard une version à 200 000 €.

En 2017, le Main Event a continué d'être un "gars sûr" au niveau des sommes distribuées, et a fêté un heureux évènement en novembre : l'arrivée d'un fils ! Répondant au nom plein d'à-propos de Mini Event, il se présente, comme son glorieux papa, en un tournoi flight hebdomadaire divisé en quatre Day 1 calés du dimanche au mardi, mais pour un tout petit prix de 15 € et un garanti tout ce qu'il y a de plus costaud de 50 000 €. Un nouveau-né que vous êtes nombreux à avoir déjà adopté, comme le prouvent nos articles récapitulatifs publiés le mercredi. En juin, vous accueilliez les tournois Zone 30 et leur concept original : offrir une moyenne fixe de trente blindes tout au long de l'épreuve, avec des blindes augmentant au rythme des éliminations. Et en octobre, vos mirettes ont apprécié de voir débarquer sur nos applis toute une ribambelle de nouveaux fonds de tables, donnant à chacun de vos tournois préférés un look unique. On me souffle dans l'oreillette que nos graphistes ne comptent pas s'arrêter en si bon chemin...

Tous ces gains mirobolants pâlissent en comparaison avec ce qu'ont engrangé les plus gros gagnants Expresso de l'année. Notre vénérable Sit&Go jackpot (quatre ans au compteur, déjà !) a fait un paquet de nouveaux heureux en 2017, sans que cela leur nécessite plus de quelques minutes d'efforts. Demandez à Numero23 : devant des centaines de spectateurs (dont ceux de notre chaîne Twitch, occupée ce soir-là par Pierre Calamusa) le fan de Mickael Jordan a remporté le deuxième Expresso 1 Million de l'histoire de Winamax en seulement 11 minutes et 49 mains. C'est arrivé un 23 janvier : un signe du destin ? "Mon premier réflexe a d'ailleurs été de réduire la fenêtre et de la rouvrir car je pensais avoir affaire à un bug !", nous dira t-il le lendemain. En septembre, la foudre miraculeuse à un million allait de nouveau s'abattre, permettant à KillAllPanda de rejoindre à son tour le club très fermé des gagnants à 800 000 €. Saluons aussi y-nesta-r (vainqueur de la table à 250 000 € le 2 septembre), nicoAA13 (auteur du même exploit deux semaines plus tard) et Loris10b, qui a vu apparaître une table à 100 000 € moins de 24 heures après avoir créé son compte Winamax...

Aussi simple qu'efficace, le format Expresso continue de faire rêver. En témoigne cette symbolique barre franchie en mars : l'arrivée du 100 000 000e Expresso. Elle a bien entendu été fêtée comme il se doit, avec 101 Lingots distribués aléatoirement sur les tables durant les deux semaines qui ont précédé l'arrivée du cent millionième.

Le Sunday Surprise vous a encore réservé son lot d’émerveillement tout au long de l’année avec des cadeaux toujours plus inventifs, offerts par Winamax en prime de luxe à des dotations toujours plus folles. On a battu les records dès le mois de janvier, avec l’Event Surprise 1 des Winamax Series : 17 433 inscriptions au total (re-entry inclus) pour un prizepool de 156 000 €, permettant à GetSomeFun31 de remporter plus de 20 000 €. Pas mal pour un tournoi à 10 € l'entrée ! En 2017, les petits génies en charge de trouver un nouveau cadeau chaque semaine ont fait de nouveau la part belle à l’évasion et au dépaysement, avec des voyages aux quatre coins de la planète : des vagues de Tarifa aux forêts tropicales de la Guadeloupe, en passant par Miami, la Laponie ou le Golfe d’Oman, entre autres destinations inoubliables. Côté swag, Valentin Messina a remporté en mai un costume sur mesure, tandis que la palme du cadeau le plus bling-bling revient à vezec en mars, qui s'est vu offrir… un véritable lingot d’or. A quand un Sunday Surprise agrémenté de Bitcoin ?

Pour vous offrir la vie de prince, on se devait de prendre soin de votre royal palais : en mai, GriggAs est parti pour une route des vins en Toscane. De son côté, Maxderlli s’est régalé avec une invitation à tester les 26 restaurants français pouvant se targuer de trois macarons au Guide Michelin. Quant à NO_VICES, il s’est offert un joli cadeau pour Noël avec une malle Hédiard de gourmandises de luxe. Enfin, nous n’allions pas vous priver des surprises dont la recette vous avait déjà régalé les années précédentes : invitation sur nos festivals online, voyages tous frais payés pour le SISMIX et les WSOP, et, last but not least, le fameux et envié statut de Red Diamond qui a été offert à trois veinards cette année : King-Killer, BraToViC et 10 10.

En 2018, comptez sur nous pour regorger d’originalité et d’inventivité : on espère bien continuer de vous surprendre et de vous faire rêver semaine après semaine.....

Sur Winamax, même les tournois gratuits permettent de gagner gros :

Pour la dixième année consécutive, le KING5 a suscité l'enthousiasme de milliers d'équipes (plus de 4 000 !), rêvant de partir à Las Vegas pour disputer en freeroll et entre potes le Main Event des WSOP. Après plus de trois mois de compétition, c'est l'équipe du grand méchant loup qui a collecté la plus grosse part des 200 000 € de prix mis en jeu.
En septembre, Om7n a empoché 10 000 € sans avoir à miser un centime au terme d'un Super Freeroll ayant rassemblé près de 30 000 participants.
Grande compétition étudiante, la Winamax Campus League a vu la victoire de BigZoowap. Le carabin de l'UFR Médecine Reims disputera aux frais de la princesse notre triplette d'évènements live organisés à Paris, au Maroc et en Irlande.

Live : toujours plus grand, toujours plus fun

Démesure. Que ce soit à Paris, Marrakech ou Dublin, c'est le mot qui caractérise le mieux cette année les évènements live organisés sous la houlette de Matthieu Duran, dotés depuis peu d'une application mobile dédiée (que nous conseillons de télécharger d'urgence, si ce n'est pas déjà fait). Avec respectivement 1 399 et 1078 entrées recensées (joyeux mélange de pros établis, d'amateurs issus des qualifications en ligne et en live, et de notre troupe de WIP, sportifs, chanteurs, acteurs, gamers et autres Youtubeurs passionnés de cartes et jetons), la Grande Finale du Winamax Poker Tour et le SISMIX (à qui notre rookie PonceP a écrit une vibrante lettre d'amour à la fin de son premier coverage pour Winamax) ont ainsi tous deux établi de nouveaux records d'affluence... que l'on espère bien voir tomber dès 2018 ! Et avec 2 592 joueurs rassemblés à la Grande Halle de la Villette en octobre pour lancer la nouvelle saison du WiPT, le record d'affluence pour un tournoi en France est lui aussi battu.

Quant au tournoi le plus fun de la planète, le Winamax Poker Open, il est carrément entré dans une autre dimension, en déménageant au CityWest, le plus grand hôtel d'Irlande, pour un offrir un WPO XXXXXL avec plus de 1 000 joueurs. Une grande première couronnée de réussite et de "premières fois", à commencer par la venue inédite du Boss Patrick Bruel, une compétition de footgolf sous un soleil radieux ou encore un tournoi d'Hippos Gloutons improbable et déjanté.
 



Vous le savez : nos évènements live sont souvent un bon gros prétexte à faire la fête et déconner. Ce fut encore vrai en 2017 : que ce soit au bord d'une piscine au son des mixes de Victor Choupeaux ou du soundsytem de Sinsémilia, derrière des tables de beer pong (n'est-ce pas messieurs les WIP Matthieu Péché et Gauthier Klauss ?), avec un hashtag #MIKenshort appelé à passer à la postérité, ou à l'occasion des indémodables Grand Quiz et autres Blind Test.

Mais parce que nos tournois live ne seraient rien sans leurs grands vainqueurs, rendons hommage à ceux qui ont marqué 2017 de leur empreinte. Un grand bravo, donc, au touchant Jérémy Saderne (WiPT) (qui nous a en plus accordé une longue interview une fois l'émotion retombée), au rouleau-compresseur Hugo Larachiche (SISMIX), qui a proprement écrasé une finale express et à sens unique, et au discret mais efficace grinder de l'ombre Otto Richard (Dublin), tout en calme et en mesure après la plus belle victoire d'une longue carrière.



Rendez-vous incontournable de la France des clubs, le Winamax Club Trophy a fêté en grandes pompes sa huitième édition en avril à l'hôtel Pullman de Paris, menant en bateau ses 220 qualifiés le temps d'une magique soirée en péniche le long de la Seine. Magique, commes les victoires de Jézabel et Clément en individuel et du Gambetta Poker Club au général.

Enfin, n'oublions pas de saluer nos fidèles partenaires live, à commencer par les World Series of Poker, pour lesquels vous avez été nombreux à vous qualifier sur nos tables online (une exclusivité française), le casino Es Saadi de Marrakech, hôte du SISMIX, et le Cercle Clichy-Monmartre, qui a une fois de plus affiché complet pour la Grande Finale du WiPT en mars, avant d'organiser en décembre un très réussi festival WSOP Circuit.

Le Team entre dans une nouvelle dimension

"Rendez-vous en 2017 : si tout se passe bien, cela pourrait bien être l'année où Winamax se tournera vers des horizons encore jamais explorés auparavant..." C'est par ces mots que se terminait notre bilan de l'année 2016. Vous vous en doutez, en écrivant cela, nous avions en tête l'union de l'Espagne, l'Italie, le Portugal et la France pour la création d'un grand marché européen du poker en ligne, l'affaire ayant été officialisée sur le papier quelques mois plus tôt par les gouvernements de ces quatre pays. Perdu : à l'heure où 2017 se termine, ce mariage à quatre se fait encore attendre (mais, si l'on peut se permettre un truisme : nous n'en avons jamais été aussi proches !) Cela n'a pas empêché Winamax de rendre publiques ses intentions pour le marché européen, avec l'intégration au sein du Team Pro de deux nouveaux joueurs de classe mondiale : rien de moins que les numéros 1 espagnols et italiens, Adrián Mateos Diaz et Mustapha Kanit.

Annoncée en grandes pompes à l'occasion du coup d'envoi de la saison 2017/2018 du Winamax Poker à la Grande Halle de la Villette, la nouvelle a fait parler de Winamax dans le monde entier. Il faut dire qu'avec respectivement 10 et 4,5 millions de dollars de gains de carrière en live, le recrutement de ces deux terreurs, qui affichaient déjà un palmarès conséquent au moment de rejoindre l'équipe (victoires WSOP, sacres sur les tournois les plus chers et relevés du monde, tables finales par dizaines), représentait un sacré coup médiatique. Par-dessus le marché, il est rapidement devenu clair que les deux recrues n'avaient aucune intention d'en rester là. Durant les deux mois qui ont suivi son recrutement, Adrián a ainsi enchaîné par pas moins de 11 tables finales sur 4 continents, décrochant deux nouvelles victoires au passage (à Macao, pour son premier festival en tant que Team Pro, puis Punta Cana, en République Dominicaine) et empochant 2,6 millions de dollars en huit semaines seulement. Résultat : à 23 ans seulement, Adrian termine l'année 2017 avec une triple couronne : numéro 1 mondial au classement Global Poker Index (l'ATP des joueurs de poker), numéro 1 mondial au classement Player of the Year, et numéro 1 au classement des gains en Espagne !

Au moment où il s'autorisait un coup d'œil nostalgique dans le rétroviseur à l'occasion de son dixième anniversaire, le Team Winamax est donc entré dans une nouvelle dimension. Avant cela, les raisons de se réjouir n'avaient pas manqué tout au long de l'année, en live comme en ligne, pour ce groupe plus que jamais soudé (rédigé par Harper, le loufoque compte-rendu du séminaire annuel de l'équipe en est la preuve). En devenant en avril le premier joueur de poker de l'histoire à remporter un tournoi à 30 000 pieds d'altitude, au bord d'un vol reliant Hong-Kong à la Suisse, Guillaume Diaz mériterait sa place dans le Guinness Book of Records. Une performance en forme d'arbre qui cache la forêt : nos pros ont été très performants sur Winamax tout au long de l'année. Durant l'été, on a dit "au revoir" à un Alexandre Luneau décidant d'arrêter sa carrière de joueur pro après avoir atteint trois Top 10 lors des WSOP mais, deux mois plus tôt, l'équipe avait pris du poids avec les arrivées de deux des meilleurs joueurs de la nouvelle génération, des grinders ayant déjà tout gagné (ou presque) sur Winamax, promis à un bel avenir en live : Romain Lewis et Ivan Deyra. Ce dernier remportera en décembre sa troisième bague WSOP-Circuit, avec une deuxième victoire consécutive sur l'épreuve de Heads up.

En janvier, la sixième édition du concours Top Shark nous a permis de découvrir un nouveau compétiteur de grand talent : Aladin "Tm4betlight" Reskallah, à qui Florian Decamps a passé le témoin après une année passée en immersion avec le Team. A Las Vegas, Gaëlle Baumann a joué, et gagné l'un des coups de poker les plus médiatisés de l'année face à Vanessa Selbst, encore plus que celui qui permis à Davidi Kitai de se qualifier pour la finale du PS Championship Monte Carlo en mai. À Marrakech, Kool Shen et Pierre Calamusa nous ont régalé avec un podium en commun sur le High Roller, tandis que Sylvain Loosli a fait de nouveau parler la poudre à Barcelone, avec une victoire sur l'épreuve de PLO, rapidement suivie par une finale sur le High Roller des WSOP Europe.

Avec 48 billets publiés sur le blog en 2017, le Team Winamax a continué de partager semaine après semaine ses tribulations, ses humeurs, ses rêves, ses envies, ses coups de gueule. La grande variété des sujets abordés cette année prouve que nos pros manient aussi bien la plume que les jetons. Certains se servent avant tout de l’exercice pour tirer des bilans à intervalles réguliers ou se fixer des objectifs pour l’année, tandis que d’autres en profitent pour revenir sur un évènement marquant, comme la perf’ au-dessus des nuages de Guillaume DiazRéjouissantes turbulences »), ou lorsque Gaëlle Baumann s’est retrouvée sous le feu des projecteurs aux derniers WSOP, l'instant d'un extraordinaire coup de poker qui a fait le tour de la planète poker en l'espace d'une demi-heure (« Un carré et le temps s’est arrêté »). Cette année, on s'est aussi régalé de précieux conseils stratégiques, dont Alexandre Luneau s’était fait le spécialiste (« Pour une saine approche de la variance », « Bien choisir son sizing »). Sylvain Loosli nous a également éclairé sur l’overbet (« Un outil indispensable ») tandis qu’Aladin Reskallah s’est attaqué au vaste sujet des ranges (« Donne-moi ton range, je te dirai qui tu es »).

Parce qu'il n'y a pas que le poker dans la vie, nos pros n'oublient pas de nous parler d'eux, et c'est souvent loin des tables qu'ils nous offrent leurs meilleurs articles. Témoin l’émouvant billet d’un Davidi Kitai comblé après avoir passé la bague au doigt de Caroline (« La poursuite du bonheur »), ou les aventures de Pierre Calamusa, qui mériteraient un sitcom en plusieurs saisons : que ce soit pour narrer ses histoires de coeur (« Full sentimental ») ou ses déboires médiatiques (« Comment j’ai bullé Secret Story »), LeVietF0u trouve toujours le ton juste pour décrisper nos zygomatiques. Même les journées a priori banales deviennent passionnantes sous la plume de nos pros, tel ce covoiturage mouvementé vécu par Gaëlle Baumann Bad beat en Blablacar ») ou un déplacement professionnel risqué de Sylvain Loosli Le plus gros bluff de ma carrière »).

Autant de tranches de vie qui vous font pénétrer dans l’intimité de nos Team Pro et vous permettent de partager les émotions de leurs vies high variance. Comme le dit un proverbe arabe : « Chaque jour de ta vie est un feuillet de ton histoire que tu écris. »

Vidéos, streaming, radios : quantité et qualité
 

 


C'est votre série poker préférée, vous la réclamez tout au long de l'année, vous nous dites toujours qu'on en fait pas assez, nous vous avons écouté : jamais autant d'épisodes de Dans la Tête d'un Pro n'ont été diffusés en une seule année. On a compté : il y en a eu 22 au total. Un autre record a été battu dans la foulée cette année : celui du plus grand nombre d'épisodes consécutifs centrés sur le même joueur. En effet, l'incroyable parcours de Davidi Kitai sur le 6-max à 10 000 $ des WSOP 2016 méritait bien douze épisodes nerveux et tendus comme le meilleur des thrillers. Entièrement tournées à Las Vegas, les deux saisons mises en lignes au cours de 2017 furent aussi l'occasion de voir les débuts devant la caméra d'Alexandre Luneau, Ivan Deyra et Romain Lewis. Tournée il y a deux semaines à Prague, la prochaine saison sera l'occasion de revenir sur le parcours de Pierre Calamusa sur le dernier PS Championship de l'histoire.

Cette profusion de nouveaux épisodes de DLTDP pourrait presque faire éclipser les Winamax Live Sessions, son petit frère centré sur le cash-game : elles aussi réalisées par les équipes de R2D2, "filmeurs" officiels de Winamax depuis 2007, elles sont apparues neuf fois au cours de l'année, d'abord à la TV (une grande première : c'était sur SFR Sport) puis sur Internet. On y a croisé un Team Pro en grande forme, croisant le fer en 10 € / 20 € face à un mélange de figures connues du circuit (Bruno Fitoussi, Leo Margets), de réguliers du cercle Clichy-Montmartre, et de WIP trop contents de pouvoir tenter de coller un bad beat à des pros (Daniel Riolo, Jérôme Rothen, Benjamin Castaldi...)
 




Le Team Winamax, ce n'est pas qu'une histoire de bracelets, de High Rollers, et de course aux titres et aux dollars. Toute l'année, nos pros se font un plaisir de vous affronter régulièrement (en live comme en ligne, notamment via les Défis Team Pro : LeVietF0u en Deglingo, les variantes avec MIK22, du cash-game avec Gaëlle Baumann...), mais surtout de vous aider à progresser. C'est la simple ambition de la Poker School (qui se décline aussi en live avec les Master Class organisées sur le Winamax Poker Tour). Cette année, notre vidéothèque s’est enrichie de 25 nouveaux épisodes, avec toujours l’accent mis sur la pédagogie et la profondeur technique. Les Vidéos de Pros ont abordé des sujets précieux pour leurs spectateurs : entre les séries de reviews de Pierre Calamusa sur le Grand Tournament et de son acolyte Aladin Reskallah sur la Fièvre, les vidéos ultra-techniques d'Alexandre Luneau pour vous faire maîtriser les nouvelles variantes jusqu’au bout de l'index, et les cours stratégiques de Gaëlle Baumann, Sylvain Loosli et Ivan Deyra sur des sujets aussi variés que l'utilisation d'un "solver", les Expresso ou le PLO5, jamais votre temps de cerveau disponible n'aura été mieux rentabilisé. Une collection de pépites techniques qui s'étoffe un peu plus d'année en année.
 



Un tout nouveau format de vidéo est également apparu au mois de décembre : le Winamax Replay. Pour le premier épisode, Pierre Calamusa a décortiqué la table finale du prestigieux Million Event des Winamax Series XIX au travers d'un panaché de situations passionnantes, réalisé sur notre tout nouveau replayer. Un outil sur lequel nos géniaux développeurs ont particulièrement bossé en fin d’année pour le rendre aussi simple d’accès qu’ergonomique. D'ailleurs, les replays des finales du Main Event, du Grand Tournament et des principaux tournois de Winamax (Million Event, Highroller Million, WSOP-C Online Event) sont désormais mis en ligne de manière systématique, dès le lendemain des tournois, et complets avec les cartes révélées. Une mine d’or d’informations dont il ne faut surtout pas se priver.

Avec un rythme désormais hebdomadaire et des spectateurs de plus en plus nombreux, le Winamax Live Stream est devenu au fil de l’année un rendez-vous incontournable pour votre lundi soir. Chaque semaine, les Team Pro se relayent sur nos ondes pour tenter de claquer une belle perf' MTT en direct, tout en vous dévoilant les secrets les plus enfouis de leur stratégie de tournoi. Ce fut aussi l’occasion de rencontrer nos deux WIP spécialistes du streaming, BestMarmotte et Xari, pour leur grande première sur nos antennes, ou de nous accompagner dans les dernières lignes droites des tournois les plus prestigieux de l'année (Million Event et Highroller Million, WSOP-C Online Event), commentés en direct jusqu'au bout de la nuit. Des heures de bonne humeur, voire de franche rigolade, qui ont conquis leur public, et une émission en constante évolution qui vous promet de nombreuses nouveautés pour son retour en 2018.

Avec 79 émissions en direct (dont 16 diffusées depuis Las Vegas, au coeur des WSOP, et une à Marrakech pendant le SISMIX), et une tripotée de live streams à Dublin, au Cercle Clichy-Montmartre et à la Grande Halle de la Villette, le Multiplex Poker vous a accompagné durant tous les temps forts de l'année, en live comme en ligne. En 2017, nous avons fêté les cinq ans de l'émission avec une émission débordant d'invités et de fous rires, on a parlé cinéma avec Katell Quillévéré (réalisatrice de Réparez les Vivants) ou Seth Gueko et Xavier Durringer (avec lesquels Kool Shen a tourné cet été en Thailande). On a freestylé avec Busta Flex et Zoxea, on a dunké avec Jacques Monclar, et on a même fait un débat politique avec MIK22 et les auditeurs. En attendant une année 2018 qui s'annonce révolutionnaire pour notre bonne vieille émission de radio (pourra-t-on encore l'appeler "radio" l'année prochaine ? Vous en saurez plus très bientôt), plongez-vous dans les archives sur notre chaîne Soundcloud.

Tout comme le Team Pro, la section "Reportages" de notre site a fêté ses dix ans cette année. Avec des "coverages" réalisés sur quatre continents et un total de 130 journées passées à vous raconter le circuit sous toutes ses coutures (les amateurs comme les pros), nos couvreurs ne semblent montrer aucun signe de fatigue. Outre les reportages réalisés sur nos tournois live, on retiendra de cette année un beau séjour à l'autre bout du monde à Macao - une première pour nous - en compagnie du Team presque au complet, magnifié par les clichés de Caroline Darcourt, l'éclatante victoire de Kalidou Sow à Prague, ou la découverte de Rozvadov, plus grand casino d'Europe perdu au fin fond de la campagne Tchèque. Et comme chaque année, nous avons accordé aux World Series of Poker la place qu'ils méritent dans nos colonnes, avec cinq reporters se relayant pour assurer 50 jours de reportage consécutifs. Une épopée marquée par de multiples perfs de joueurs bien connus de nos services (ElkY, Fabrice Soulier, Victor Choupeaux, Guillaume Diaz...) et achevée en apothéose par la meilleure perf de l'histoire du poker Français sur le Main Event, avec quatre pointures du circuit en demi-finales (Valentin Messina, Benjamin Pollak, Antoine Saout, Alexandre Réard), deux d'entre eux atteignant la dernière table !

Merci ! Et si on ne se revoit pas : à l'année prochaine !

Il ne nous reste plus qu'à vous souhaiter un excellent passage vers 2018, en espérant que votre Réveillon soit meilleur que celui-ci.

Faites-nous confiance pour frapper au moins aussi fort l'an prochain : si tout se passe comme prévu, le bilan que nous publierons dans 365 jours devrait être deux fois plus long que celui que vous venez de lire. Détendez-vous, je plaisante. Mais c'est vrai qu'on a environ 250 projets dans les tuyaux. On ne va pas s'ennuyer, quoi. Comme d'habitude, en fait. Allez, salut !

Benjo, Flegmatic & PonceP

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
PonceP.
Reporter Winamax
Reporter Winamax


Inscrit le: 27 Avr 2017
Messages: 275

MessagePosté le: 27/12/2017 12:23   Sujet du message: Répondre en citant Signaler un Abus

Expresso Talisman : vos gains doublés jusqu'au 6 janvier

Votre âme de chasseur de trésors va se réveiller : décrochez un Talisman pour doubler vos gains en Expresso !

Talisman

Sortez votre plus belle paire de bottes, accrochez un fouet à votre ceinture et coiffez vous d'un chapeau à large bord : fin d'année rime avec aventurier sur les tables Expresso.

Du 27 décembre au 6 janvier, l'Expresso Talisman est donc de retour sur Winamax après une première campagne : 205 Talismans seront à décrocher tous les jours entre 18 et 23 heures. Tous les types d'Expresso sont concernés, quelle que soit la variante (NHLE ou PLO), quel que soit le buy-in (de 1 à 100 € l'entrée). Tous les joueurs s'emparant d'un Talisman verront leurs gains doublés sur l'Expresso suivant, et conserveront leur précieux trophée en cas de victoire.

ExpressoTalisman

Vous me demanderez : comment l'attraper, ce fameux Talisman ? Très bonne question. Il va vous falloir : 1/ être rapide (il n'y en aura pas pour tout le monde !), et 2/ bosser un peu, en remplissant les objectifs d'une "course". À chaque heure sa course, de 18 à 23 heures : les conditions de chaque course (nous en avons créé six au total, cliquez ici pour consulter la liste dans le détail) seront affichées sur le lobby au moment de vous inscrire, comme sur l'image ci-dessus. Selon l'heure, vous devrez par exemple gagner 3 Expresso x4 pour remporter la course, gagner 4 Expresso consécutifs, ou encore tomber 9 fois de suite sur un Expresso x2.

En ce qui concerne facteur rapidité evoqué plus haut : les Talisman n'étant pas disponibles en quantité illimité, il faudra se dépêcher. Leur quantité variera en fonction de l'heure, de la variante et du buy-in. Exemple : entre 18 et 19h sur les Expresso NLHE à 1€, le Talisman reviendra aux 20 premiers remplissant l'objectif proposé. A 20h, sur les Expresso NLHE à 5€, ce sont 5 Talisman qui seront distribués aux 5 joueurs les plus rapides. Et ainsi de suite. Pour consulter la grille de repartition quotidienne des Talisman, consultez les deux tableaux sur cette page.

Vous n'avez pas été assez rapide ? Il vous reste un deuxième moyen de gagner un Talisman, autrement plus jouissif : en éliminant un joueur possédant un Talisman ! Ceux-ci seront facilement repérables, puisque leur Talisman sera affiché au dessus de leur pseudo.

TalismanLobby

Vous l'aurez compris, posséder un Talisman peut être synonyme de jackpot si vous tombez sur un gros multiplicateur aussitôt après avoir décroché le trophée. Rêvons un peu : vos gains peuvent théoriquement monter jusqu'à 1,6 million d'euros en cas de victoire avec Talisman sur le plus gros jackpot de la plus grosse limite ! OK, soyons honnêtes, la chose n'a que peu de chances d'arriver. Mais il y a tout de même moyen de bien se faire plaisir jusqu'au 6 janvier, quel que soit votre buy-in de prédilection. En revanche, toute élimination signera la perte de votre Talisman, au profit du vainqueur de l'Expresso sur lequel vous avez été battu. Vous pouvez consulter le lobby à tout moment pour vérifier le nombre de Talismans en circulation.

Allez hop, on oublie la sieste de digestion de tous ces plats trop riches de Noël : la chasse au trésor a commencé !

Retrouvez toutes les infos sur l'Expresso Talisman

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
PonceP.
Reporter Winamax
Reporter Winamax


Inscrit le: 27 Avr 2017
Messages: 275

MessagePosté le: 26/12/2017 12:44   Sujet du message: Répondre en citant Signaler un Abus

MTT : les résultats du 24 décembre

Découvrez les veinards qui se sont offerts de jolis cadeaux sur nos tournois ce week-end : après tout, on n'est jamais mieux servi que par soi-même.

surprise

SUNDAY SURPRISE 10 € - 2 399 inscriptions (499 re-entries) - Prizepool 21 591 €

C'est NO_VICES qui a le mieux rempli sa chaussette pour ce 24 décembre. En un peu moins de six heures, il s'offre les 3 889 € de la victoire, accompagnés d'une malle de gourmandises Hédiard. Champagne, vin, truffes et foie gras, notre champion de la semaine va pouvoir s'en mettre plein la panse pour célébrer comme il se doit son exploit. _AirAlgerie- passe à un cheveu des mignardises mais se consolera avec les 2 543 € de la deuxième place, tandis que mounchos91 grimpe sur le podium (1 991 €).
Classement complet disponible ici.

vice

C'est pour la petite bourgeoisie1 qui boit du champagne

bourgeoisie

La plus prestigieuse victoire de ce week-end est à mettre au crédit de bourgoisie1 : il s'impose face à 89 adversaires sur le HighRoller et s'adjuge les 7 347 € de la première place, le plus gros gain de la soirée. Les autres tournois ont souffert du réveillon de noël, en témoignents de nombreux overlays. LetsGoHome a ramené le trophée de l'Xtrem à la maison, avec 4 990 € en bonus, ADjaMi80 remporte la même somme sur l'Xtase, VaTaFak a mis la main sur les 2 420 € promis au vainqueur du Top 50, bblaackjaack doit savoir compter les cartes puisqu'il s'impose pour 3 213 € sur l'After Work, et Kodiyk a fait péter le thermomètre en remportant 4 502 € sur la Fièvre.

HIGHROLLER 300 € - 90 inscriptions (21 re-entries) - Prizepool 25 200 €
Vainqueur : bourgeoisie1 (7 347 €)

letsgohome

XTREM 100 € - 173 inscriptions (42 re-entries) - Prizepool 20 000 €
Vainqueur : LetsGoHome (4 990 €)

XTASE 100 € - 173 inscriptions (40 re-entries) - Prizepool 20 000 €
Vainqueur : ADjaMi80 (4 990 €)

TOP 50 50 € - 191 inscriptions (24 re-entries) - Prizepool 10 000 €
Vainqueur : VaTaFak (2 420 €)

blackjack

AFTER WORK 20 € - 597 inscriptions (120 re-entries) - Prizepool 15 000 €
Vainqueur : bblaackjaack (3 213 €)

LA FIEVRE 10 € - 2 472 inscriptions (552 re-entries) - Prizepool 25 000 €
Vainqueur : Kodiyk (4 502 €)

Consultez l'offre tournois complète de Winamax

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
PonceP.
Reporter Winamax
Reporter Winamax


Inscrit le: 27 Avr 2017
Messages: 275

MessagePosté le: 22/12/2017 17:02   Sujet du message: Répondre en citant Signaler un Abus

Votre week-end sur Winamax

Un Sunday Surprise gourmand, des tournois pour gagner gros et le retour des Winamax Series : vous allez passer un Noël féerique sur Winamax.

Surprise

Cette année, pourquoi ne pas allier deux délicieux péchés mignons pour la soirée du 24 décembre ? Le poker et la bonne bouffe ! Le vainqueur du Sunday Surprise de Noël remportera ainsi une malle concoctée par l'épicerie fine Hédiard, remplie de dizaines de produits de luxe dont la liste (disponible en intégralité en cliquant sur l'image ci-dessus) fait déjà friser la crise de foie. Rendez-vous dimanche à 20h30 !

TopShark

Avec déjà cinq semaines de compétition dans les pattes, nos Académiciens de la Top Shark se sont vus accorder une pause bien méritée. Après les éliminations de Nicolas "Warnerman" et Raphaël "jennaelle", évincés après le repéchâge de Nils "6nilon9" au terme d'un scrutin serré, ils ne sont plus que cinq à pouvoir rêver de succéder à Aladin Reskallah en devenant le nouveau Top Shark. Reprise des hostilités pour les deux dernières semaines de la compétition (réputées comme étant les plus éprouvantes) à partir du 4 janvier. D'ici-là, nous souhaitons de joyeuses fêtes de fin d'année à nos aspirants requins.

Qualifier

La nouvelle fracassante a bouleversé la planète poker et son onde de choc a balayé sur son passage : non, ce n'est pas l'Armaggedon, mais bien les Winamax Series, qui sont de retour pour une XXe édition avec un programme choc. Au total, 13 millions d'euros minimum seront distribués, répartis sur 147 tournois de 5 à 1 000 €, avec de nombreuses nouveautés, dont des tournois quotidiens à 18 heures et l'apparition du MONSTER MILLION, un tournoi à 300 € de buy-in et 1 000 000 € de dotation prévu dès le début du festival. Avec l'incontournable MILLION EVENT (150 € de buy-in) et le retour du HIGHROLLER MILLION (1 000 € de buy-in), vous pourrez donc tenter votre chance sur trois tournois à un million d'euros de prizepool garanti. En attendant le coup d'envoi des premières épreuves dans une semaine, vous pouvez dès à présent vous qualifier en quelques clics pour les "Million", via nos Expresso Qualifiers Winamax Series : 3 € l'entrée pour remporter votre siège pour le MILLION EVENT, 6 € pour le MONSTER MILLION et 20 € pour le HIGHROLLER MILLION.

MiniEvent

Le Main Event et son petit frère nouveau-né Mini Event ne s'absentent pas pour les fêtes et sont de retour dès dimanche. Avec leur structure deepstack et quatre Day 1 étalés de dimanche à mardi, les deux tournois phares de Winamax vont de nouveau faire des heureux et vous permettre de bien garnir le pied du sapin. Le premier promet 100 000 € de dotation garantie pour un buy-in de 150 €, tandis que sa version Mini promet 50 000 € de dotation pour 15 € de buy-in. Vous pouvez dès maintenant vous qualifier à moindre frais pour les deux tournois sur la foule de satellites disponibles. Rendez-vous dimanche à 16 heures pour le Day 1A, 21 heures pour le Day 1B, lundi à 21 heures pour le Day 1C et mardi, à 18h30, pour le Day 1D Turbo.

Blog

Pour son nouveau billet sur le Blog Winamax, Guillaume Diaz s'est livré à un rituel auquel tout bon joueur qui se respecte doit se plier en fin d'année : dresser le bilan ! Vous commencez à connaître volatile38 : il a toujours à coeur de bien faire les choses. C'est donc coiffé d'une casquette d'expert comptable qu'il a choisi d'aborder son récap' de 2017, en revenant sur son année grâce à dix chiffres clés. Une prise de recul qui lui a d'ailleurs plutôt réussi puisqu'il s'est illustré quelques jours après la publication de son article en terminant runner-up de notre Main Event pour 18 000 €. Cette jolie performance lui a permis de réaliser un objectif dont il parlait dans son billet : dépasser la barre des 100 000 € de gains online cette année.

Kalidou

Le lundi 18 décembre restera gravé dans les mémoires : à l'occasion du PS Championship de Prague, le tout dernier PSC, avant le grand retour du circuit EPT, c'est le français Kalidou Sow qui s'est imposé face à un parterre relevé de 854 adversaires. Il remporte 675 000 € et offre enfin, après de trop nombreuses seconde places ces dernières années, une victoire et un nouveau héros pour tous les fans de poker de l'hexagone. It Feels Sow Good...

DLTDP

C'est au tour de Davidi Kitai de s'installer devant l'objectif indiscret des caméras de Dans la Tête d'un Pro sur un tournoi qui lui avait  souri l'an passé : le 10 000 $ 6-max Championship des WSOP, le tournoi sur lequel il nous avait tant fait vibrer en terminant runner-up de l'édition 2016. En attendant de découvrir les pérégrinations du génie Belge dans ce nouvel épisode, disponible dans la nuit de dimanche à lundi à une heure du matin, vous pouvez vous délecter du troisième et dernier épisode consacré à Alexandre Luneau sur ce même tournoi.



Nous vous souhaitons à tous d'excellentes fêtes de fin d'année ! Profitez-en un maximum, mais gare aux excès... En fait non, lâchez-vous, et à l'année prochaine.

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Flegmatic_
Reporter Winamax
Reporter Winamax


Inscrit le: 15 Avr 2015
Messages: 875

MessagePosté le: 18/12/2017 12:44   Sujet du message: Répondre en citant Signaler un Abus

MTT : les résultats du 17 décembre

Un Sunday qui fleure bon la magie de Noël, des réguliers en forme sur le Highroller et des gros gagnants comme s'il en neigeait : retour sur une très belle session dominicale.

SUNDAY SURPRISE 10 € - 8 194 inscriptions (1 826 re-entries) - Prizepool 73 746 €

C'est Noël - un peu - avant l'heure pour x_freeman42 ! En plus des 11 065 € qu'il a réussi à faire entrer dans sa hotte - après un deal avec DonEmilio (2e, 9 814 €) -, le grand vainqueur de notre tournoi surprise va s'envoler au pays du gros monsieur barbu, la Laponie ! Balade en traîneau tracté par des rennes, safari en motoneige : l'homme libre va pouvoir retomber en enfance le temps d'une semaine remplie à ras bord de cadeaux.
Classement complet disponible ici.

BombaLaCapes dynamite le Highroller

Le plus gros vainqueur de cette dernière session dominicale en date, c'est lui : BombaLaCapes. Il lui a fallu batailler pendant plus de sept heures sur le Highroller, pour s'emparer des 16 033 € à la gagne, au nez et à la barbe de IA_ORANA, runner-up pour un autre gain à cinq chiffres, 10 300 €. Derrière, les habitués des gros buy-in étaient de sortie, avec un casting de rêve autour de la table finale, mahmuttt88 (3e, 7 548 €) devançant notamment ItsHAPPening (5e, 4 272 €), MAMARAZZI (6e, 3 060 €) et Fortysix N2 (7e, 2 208 €). En parallèle, l'XTREM et l'XTASE sont tombés dans l'escarcelle de Merci quiiii et nomoreplo, respectivement récompensés à hauteur de 11 697 et 9 606 €.

HIGHROLLER 300 € - 234 inscriptions (61 re-entries) - Prizepool 65 520 €
Vainqueur : BombaLaCapes (16 033 €)

XTREM 100 € - 587 inscriptions (127 re-entries) - Prizepool 52 830 €
Vainqueur : Merci quiiii (11 697 €)

XTASE 100 € - 477 inscriptions (93 re-entries) - Prizepool 42 930 €
Vainqueur : nomoreplo (9 606 €)

ZerwatA roi de la Fièvre

Dimanche soir, le plus gros tournoi à 10 € du monde (près de 60 000 € de dotation encore hier) s'est conclu par un arrangement à trois, qui a finalement vu ZerwatA s'octroyer la victoire et la plus grosse part du gâteau (8 312 €), devant Aurimaso (2e, 6 654 €) et Elfara88 (3e, 7 286 €). Presque au même moment, Choisi1Arabe sortait vainqueur de son duel au sabre laser face à DARKMAAAUL (2e, 4 342 €) sur le Top 50, remportant du même coup les 6 980 € de la première place. Jolies sommes également pour LauraDB, titrée sur l'After Work pour 5 910 €, et PICTOUT47, grand gagnant du Cocktail (3 401 €), après avoir trinqué avec son dernier adversaire welwel30001 (2e, 3 215 €).

TOP 50 50 € - 726 inscriptions (128 re-entries) - Prizepool 32 670 €
Vainqueur : Choisi1Arabe (6 980 €)

AFTER WORK 20 € - 1 720 inscriptions (323 re-entries) - Prizepool 30 960 €
Vainqueur : LauraDB (5 910 €)

LA FIEVRE 10 € - 6 560 inscriptions (1 578 re-entries) - Prizepool 59 040 €
Vainqueur : ZerwatA (8 312 €, après deal)

LE COCKTAIL 5 € - 4 959 inscriptions (1 056 re-entries) - Prizepool 22 315 €
Vainqueur : PICTOUT47 (3 401 €, après deal)



Reste du monde : plus de 5 000 € pour ADjaMi80

Il y avait quelques sous à se faire sur nos autres tournois "brandés", à commencer par un Magnum qui a permis à ADjaMi80 de se mettre 5 058 € dans la poche, soit plus de 101 fois son investissement de départ. Par ailleurs, quelques jours après la sortie de The Last Jedi, Star Wars reste sur le devant de la scène grâce à la victoire de Darkvador842 sur le Tie Break tandis qu'un élu s'offre le Digestif.



MAGNUM 50 € - 511 inscriptions (104 re-entries) - Prizepool 22 995 €
Vainqueur : ADjaMi80 (5 058 €)

TEA TIME 20 € - 1 587 inscriptions (357 re-entries) - Prizepool 28 566 €
Vainqueur : Tomtok10 (2 716 € + 1 243 € de bounties)

FLIPPER 20 € - 1 148 inscriptions (204 re-entries) - Prizepool 20 664 €
Vainqueur : Buidhat (2 008 € + 1 477 € de bounties)

DERBY 20 € - 847 inscriptions (146 re-entries) - Prizepool 15 246 €
Vainqueur : DenLede7 (3 092 €)

DIGESTIF 10 € - 2 319 inscriptions (572 re-entries) - Prizepool 20 871 €
Vainqueur : -Elu- (3 222 €)

TIE BREAK 10 € - 1 948 inscriptions (422 re-entries) - Prizepool 17 532 €
Vainqueur : Darkvador842 (3 759 €)

TOTEM 5 € - 1 823 inscriptions (412 re-entries) - Prizepool 8 203 €
Vainqueur : 2Many0utch (1 603 €)

MULTIPLEX POKER € 2 € - 3 083 inscriptions (870 re-entries) - Prizepool 5 549 €
Vainqueur : Sharklot (504 € + 249 € de bounties)

Les principaux tournois Monster Stack

MONSTER STACK 50 € - 527 inscriptions (90 re-entries) - Prizepool 23 715 €
Vainqueur : menfaitt (5 197 €)

MONSTER STACK 20 € - 1 234 inscriptions (225 re-entries) - Prizepool 22 212 €
Vainqueur : Mister_bean (4 426 €)

MONSTER STACK 10 € - 2 317 inscriptions (492 re-entries) - Prizepool 20 853 €
Vainqueur : pASsTonChMiN (3 756 €)

MONSTER STACK 5 € - 3 597 inscriptions (805 re-entries) - Prizepool 16 186 €
Vainqueur : BonnieRotten (2 766 €)

Consultez l'offre tournois complète de Winamax

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Surveiller les réponses de ce sujet Précédente  1, 2, 3, ... 320, 321, 322  Suivante
Aller à la page :
Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Index des Forums -> Les News du Poker

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum
visit counter