Se connecter
S'inscrire





Le fil des News
Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Index des Forums -> Les News du Poker
Surveiller les réponses de ce sujet 1, 2, 3 ... 346, 347, 348  Suivante
Aller à la page :
Auteur Message
BenjoDiMeo
Reporter Winamax
Reporter Winamax


Inscrit le: 06 Juil 2007
Messages: 34120

MessagePosté le: 08/07/2020 14:21   Sujet du message: Répondre en citant Signaler un Abus

Top 5 : pourquoi le Main Event est irremplaçable



Il est surnommé le Big One, mais on pourrait aussi l'appeler le Only One. Retour sur ce qui fait du Main Event des WSOP un tournoi unique au monde.

« Par son histoire, ses enjeux fabuleux, sa structure, le Main Event des WSOP surpasse tous les rêves. Et c'est aujourd'hui ! » Ainsi tweetait le grand Michel Abécassis il y a quelques années, juste avant d'attaquer le tournoi que lui et des milliers d'autres avaient attendu pendant de longs mois. Cet été, son absence se fait cruellement ressentir, plus que n'importe quel autre évènement live. En temps normal, le Big One devrait actuellement vivre sa 51e édition au casino Rio de Las Vegas, rassembler la planète poker toute entière, jouer à fond son rôle de machine à fabriquer des rêves, et désigner le Roi du Poker de l'année 2020. Mais comme vous le savez aussi bien que nous, les hangars géants remplis à ras bord de milliers de gens venus du monde entier, ce n'est pas le genre de trucs qu'on peut sereinement envisager en ce moment. En lieu et place, les joueurs privés de live rongent leur frein en tentant de gagner des bracelets en ligne, devant leurs ordinateurs. Forcément, cela n'a pas le même goût et surtout, ce n'est pas accessible à tout le monde : seuls quelques états américains y ont accès, ainsi que les habitants des pays des marchés ".com" non régulés.

C'est un fait : il va falloir patienter un peu (jusqu'à l'automne ? Jusqu'en 2021 ? 2022 ? Difficile à dire) avant de pouvoir de nouveau goûter au plus gros et au plus beau tournoi du monde. Au-delà de l'affluence et des dotations faramineuses, qu'est-ce qui fait du Main Event un tournoi à nul autre pareil ? Si vous vous êtes déjà posé cette question, vous avez frappé à la bonne porte !

Une ambiance et une atmosphère uniques



N'importe quel joueur ayant eu la chance de le jouer au moins une fois vous le dira : quel que soit son pedigree, qu'on le dispute pour la première ou la quinzième fois, on n'entre pas sur le Main Event des WSOP comme sur un autre tournoi. C'est le plus beau et le plus gros de l'année, celui que l'on a tant attendu et que l'on peut enfin toucher du doigt. D'ailleurs, l'organisation ne se gêne pas pour le rappeler, avec une mise en scène à l'avenant que l'on ne retrouve nulle part ailleurs : une dizaine de minutes avant le coup d'envoi de chaque journée, résonne partout dans le Rio ce remix mythique de l'une des plus belles partitions d'Ennio Morricone (RIP). Le coeur s'emballe et la pression monte encore de plusieurs crans lorsque l'un des vainqueurs et/ou héros de l'une des précédentes éditions monte sur scène pour rappeler à chaque joueur le prestige de cette épreuve hors normes. À ce moment-là, tous constituent le noyau d'une planète poker qui n'existe que pour et par eux.



Et la grande machine se met en route, le Thunderdome (surnom donné au podium télévisé d'ESPN) s'illumine, les stars défilent puis disparaissent pendant que d'autres commencent à émettre leur lumière puis se mettent à briller de mille feux sous l'oeil des caméras. Les allées elles, ne désemplissent jamais, envahies de railbirds parfois plus stressés que les joueurs qu'ils soutiennent. Puis, lorsqu'il ne reste plus qu'une poignée de tables, c'est dans les gradins qu'ils se concentrent, avec leurs tee-shirts floqués et leurs champs de supporters créés spécialement pour l'occasion, qu'ils veulent à tout prix scander plus fort que le voisin, une pinte de bière tiède à la main, les yeux rivés sur la montagne de billets verts qui vient de faire son apparition sur la table. Only in America. Only in the Main Event. - Flegmatic

Les plus grandes stars du poker... et d'ailleurs



Comme toute superproduction made in USA qui se respecte, le Main Event des World Series of Poker se doit d'avoir un casting de haut vol, rempli de stars bankables. Alors, à chaque nouvelle édition, la question fait le tour des couloirs et des bancs de presse : quelle célébrité va se pointer cette année et concentrer tous les regards sur elle le temps d'une journée... ou parfois de seulement quelques heures, à l'image d'Aaron 'Jesse Pinkman' Paul (photo) en 2015, que nous n'avions même pas eu le temps de prendre en photo avant sa sortie. Si l'époque des Matt Damon, Ben Affleck, Edward Norton, Tobey Maguire, Kevin Garnett et autres superstars de football américain inconnues sous nos latitudes semble quelque peu révolue, quelques "A-listers" continuent de fréquenter le Main Event chaque année, comme Gerard Piqué, Jason Alexander (Seinfeld) et bien sûr Patrick Bruel. Chaque année, on se plait à arpenter les différentes salles du Rio pour essayer de dénicher un visage connu ou en espérant secrètement croiser cette vedette aperçue en ville quelques jours plus tôt.



Et puis bien sûr, il y a les légendes de notre jeu, dont l'aura brille encore un peu plus fort au moment du Big One, et qui sont pour la seule fois de l'année réunies sous le même toit et au même moment : on s'amuse à trouver les anciens Champions du Monde présents dans le field, on s'extasie devant une table TV rassemblant dès le Day 1 Daniel Negreanu et Jason Mercier (et notre Tapis_Volant national), on vibre comme jamais lorsque ce même Negreanu se rapproche de la table finale, on ne s'étonne même plus de voir Johnny Chan deep run le seul tournoi des WSOP qu'il joue chaque année, on attend désespérément l'arrivée de Phil Ivey, on pleure l'absence de Doyle Brunson (qui trouve le Main Event un peu trop long pour son âge), et on se délecte de ces fans transis capables d'attendre plusieurs heures dans le rail pour décrocher un autographe de Phil Hellmuth. C'est que (à moins de détenir les accès VIP qui vont bien), contrairement à n'importe quelle compétition sportive, concert ou avant-première de prestige égal, le poker et a fortiori le Main Event permettent d'approcher au plus près ses idoles, de se prendre en photo avec elles et même de discuter à table pendant parfois plusieurs heures. Une partie de ce fameux rêve américain, auquel chacun peut prétendre pour 10 000 billets verts. - Flegmatic

Partout, des amateurs en plein kiff



Qu’on ne s’y trompe pas : si ce sont les pros qui ont écrit la légende des WSOP, ce sont bien les amateurs qui l’alimentent, année après année. Sans la victoire en 2003 du plus célèbre d’entre eux, un comptable du Tennessee au nom prédestiné, les WSOP auraient-ils connu un pareil développement ? Serions-nous même en train d’écrire cet article aujourd’hui ? Certes, Chris Moneymaker (photo) ne fut pas le premier récréatif à remporter le titre suprême : tout juste un an plus tôt, il y avait eu Robert Varkonyi et dès 1979, un inconnu venu du Vermont nommé Hal Fowler avait battu les Texans avant de retomber dans l’anonymat.



De plus, sa victoire ne fut pas le seul facteur expliquant le formidable boom du poker observé durant les années 2000 : la diffusion du World Poker Tour à la télé et le développement du jeu en ligne y ont grandement contribué aussi. Mais il n’en reste pas moins que le sacre de Moneymaker, arrivé pile au moment le plus propice, a démontré à la planète entière que même aux plus hautes sphères, le poker était accessible à tous, pour peu qu’on disposait 1/ d’une connexion Internet et de quelques dollars à investir dans un satellite 2/ de beaucoup de motivation et aussi (surtout ?) de 3/ pas mal de chance.





Depuis Moneymaker (dont nous avons plusieurs fois raconté l’histoire, comme ici, et dont l’entrée dans le Hall of Fame en 2019 a suscité la controverse), ils sont des milliers à vouloir l’imiter chaque été. La plupart sans succès, bien entendu, mais pour nous observateurs, c’est un plaisir renouvelé chaque année que de voir éclore au grand jour de nouvelles personnalités, bien différentes les unes des autres, et de se demander qui sera « l’élu » de cette édition. En 2006, au plus fort du boom (le record de participation date de cette édition), Jamie Gold avait signé un run insolent dont on parle encore aujourd’hui, tordant régulièrement le cou au règlement avec un comportement parfois peu fair-play (mais toujours enjoué) et faisant tourner la tête à bien des pros grâce à un style de jeu ultra-aggro rappelant les meilleures heures de Stu Ungar. L’année suivante, Jerry Yang nous a offert un spectacle surréaliste : celui d’un homme de foi invoquant son Dieu en permanence, priant à voix haute à chaque coup à tapis. Le pire, c’est que ça a marché : Yang est reconnu comme l’un des vainqueurs les plus fishy de l’histoire du Main Event, l’un de ceux que seule une intervention divine pouvait permettre de gagner… Quand des pros disputant le Main Event pour la première fois nous disent "le niveau est le même que sur un 50 euros en ligne !", ce n'est pas une marque de condescendance mais la réalité : aucun autre tournoi à 10 000 dollars ne présente des styles de jeu aussi hétéroclites.





Pour marquer de son empreinte le Big One, un amateur n’a pas forcément besoin d’aller jusqu’au bout du tournoi. On se rappelle par exemple de l’édition 2009 et du clash des cultures entre Steven Begleiter, requin de la finance de Wall Street, et Darvin Moon (photo), le bûcheron du Maryland. Cette année-là, la classe ouvrière avait eu le dessus sur le capitalisme : Moon n’avait rendu les armes que tout à la fin, face à Joe Cada, tandis que Begleiter avait dû se contenter de la sixième place…



Plus récemment, John Hesp (photo) est instantanément rentré dans le Livre d’Or du Main Event : réalisant un vieux rêve en disputant le tournoi pour la première fois à l’âge de 64 ans, le retraité aux chemises flashy habitué des tournois à 10 £ de son casino du Yorkshire a navigué deux semaines durant avec bonhomie, atteignant la 4e place et s’attirant au passage la sympathie de la planète poker entière, qui ne demandait rien de mieux que de le voir triompher face aux pros !





Au-delà des personnalités individuelles que l’on voit éclore chaque année, c’est l’ensemble des amateurs en lice qui donne au Main Event sa saveur particulière. Malgré son prix d’entrée (inchangé depuis 1972 mais représentant toujours un investissement considérable), le Big One reste un tournoi somme toute assez démocratique, et le seul évènement à 10 000 $ l’entrée où les amateurs surclassent en nombre les pros. Les satellites, qui tournent en continu au Rio tout l’été (pour atteindre une frénésie délirante au cours des derniers jours avant le coup d’envoi), permettent à des tas et des tas de récréatifs de prendre part au tournoi de poker le plus prestigieux de la planète en ayant investi seulement 500 ou 1 000 $. Mais il y a aussi ceux, plus fortunés, qui paient comptant le buy-in chaque année, pendant que d’autres font des économies pour se l’offrir une seule fois dans leur vie.



On connaît aussi pas mal d'amateurs qui vendent des parts ou qui font de leur home game hebdomadaire un satellite au long cours : le joueur le mieux placé sur leur classement annuel est envoyé à Vegas, avec la promesse de reverser une partie de ses gains aux copains restés à la maison. Sur Winamax, le lancement en 2018 des Expresso WSOP (6 € l’entrée, qui dit mieux ?) a fait exploser le nombre de qualifiés "low cost", et depuis 2008 le KING5 envoie chaque année cinq amis à Vegas pour l’aventure d’une vie. Cela nous permet de vivre à chaque fois de beaux moments d'amitié. Un seul exemple : celui de Jean-Baptiste (photo), dernier rescapé de l’équipe des dézanuseurs toulousains, franchissant la bulle sous les yeux de ses 4 coéquipiers avec en main… trois jetons à peine ! Terminons avec une espèce un peu particulière, que l’on connaît bien : celle de ces travailleurs de l’ombre du poker qui assistent au Main Event chaque année… sans s'assoir à table. Témoin les journalistes Victor « TapisVolant » Saumont et Kevin « Harper » Noblat, qui ont fini par franchir le pas après des années en tant que « couvreurs ». Bien leur en a pris : leurs premières tentatives en 2016 et 2017 se sont soldées par des ITM, et des souvenirs gravés à jamais.





Chaque amateur approche le Main Event différemment, selon sa conception du poker (et de la vie ?) Il y a ceux pour qui c’est avant tout un jeu : on les voit se pointer vêtus d’un déguisement, et envoyer un 3-bet dès la première main avant de commander un cocktail. D’autres (plus nombreux) prennent le Main Event pour ce qu’il est : la partie la plus importante de leur vie, celle où il ne faut surtout pas se louper. Ceux-là enclenchent généralement le mode serrure : ils ne monteront probablement pas un gros tapis mais ils iront au Day 2, ce qui est déjà un joli accomplissement en soi, qu’ils fêteront avec une bière durant le dernier niveau de la journée – une tradition à laquelle peu de joueurs dérogent ! Sérieux ou pas, tous ces amateurs contribuent à donner au Main Event une atmosphère de carnaval : bariolé, cosmopolite et joyeux. En un mot : unique. - Benjo

Des bad beats qui n'ont pas le même goût





Vous l'avez certainement remarqué si vous suivez le blog du Team : Romain Lewis y raconte dans le détail son deeprun au Main Event des WSOP 2019 (60e sur 8 569 joueurs). En lisant le Bordelais, on s'en rend bien compte : sur le Big One, chaque coup prend une importance capitale. Romain en a fait l'amère expérience : très fourni en jetons, il a vu son rêve s'éteindre en quelques minutes, après avoir perdu trois coups inévitables. Peut-être la pire journée de sa vie à une table de poker... Un banal coinflip, un simple 50/50, bref un coup qu'il est presque normal de perdre, mais qui ici prend une saveur toute particulière, qui reste en bouche longtemps après avoir quitté le Rio. Demandez aussi à Daniel Negreanu, une légende qui a déjà tout vu, tout connu : après son élimination aux portes de la TF en 2015 (11e) suite à un coup plutôt standard, le Canadien est littéralement tombé à la renverse. La photo est instantanément devenue culte.





Mais ce n'est rien à côté de Matt Affleck, victime de l'un des plus gros bad beats de l'histoire du tournoi en 2010 : après son élimination en perdant le pot du chiplead à 15 joueurs restants sur un 80/20 contre le futur vainqueur du tournoi Jonathan Duhamel, le grinder a complètement craqué devant l'injustice, sous les regards compatissants de ses congénères :






On peut aussi citer Jean-Robert Bellande, qui a connu son lot de malheurs sur le Big One, avant de gagner son premier bracelet en 2018... D'autres, comme Phil Hellmuth, déjà bien énervés à la base, prennent les choses encore moins bien dès qu'une mauvaise carte tombe sur le flop dans le Main... Finalement, les coups perdus marquent encore davantage les esprits que les coups gagnés : qui a oublié l'incroyable setup à la bulle de la table finale officielle en 2018, avec comme protagoniste un certain Antoine Labat ? Mais le pire bad beat de l'histoire télévisée des WSOP restera sans doute le 80/20 perdu par Antoine Saout en 2008 contre Joe Cada, à 3 joueurs left, alors que le Français pouvait se retrouver large chip-leader en heads-up contre l'amateur Darvin Moon... Son seul petit hochement de tête en guise de réaction devant cette catastrophe forgera sa légende de joueur le plus flegmatique de l'histoire du poker. On ne lui aurait pas reproché de tomber à la renverse ! Terminons avec un autre bad beat culte, l'un de ceux qui ont (peut-être) modifié le cours de l'histoire du poker : Phil Ivey, victime de la tornade Chris Moneymaker en 2003 (avant de se prendre aussi un sale coup en finale cinq ans plus tard). Main Event ou pas, on se demande bien ce qui pourrait lui faire perdre sa légendaire pokerface. - Rootsah

La traque pour le dernier Français en lice





On nous le reproche parfois : notre reportage annuel en direct de Las Vegas accorde une très large place aux participants venus de France. Mettons les choses au point : ce choix n’est pas particulièrement dû à un patriotisme exacerbé de notre part - en vrai, on s’en fout un peu, de la provenance d'un joueur. Mais ce parti pris présente l’avantage de pouvoir vous offrir des articles et infos se démarquant du coverage officiel du géant PokerNews.com, dont les armées de reporters quadrillent chaque allée des salles Brasilia, Amazon et Pavilion et ne quittent pas des yeux les grands noms internationaux. Et puis, si on ne collait pas aux basques des Français, qui d’autre le ferait ? Cela fait bien longtemps que Winamax est le seul site couvrant l’intégralité des WSOP dans la langue de Booba ! En plus, sur le Main Event, nous ne manquons pas de matière : chaque année, ils sont quelque chose comme 150 ou 200 tricolores à prendre part au Big One. Le chiffre varie selon les éditions (en fonction de la santé des bankrolls de chacun, et des budgets de com’ des rooms françaises), mais est à chaque fois assez élevé pour largement contenter une équipe de seulement trois reporters.





Tout au long des deux semaines que durent le Main Event, notre approche évolue petit à petit. Sur les gigantesques Day 1A, 1B, 1C (voire 1D certaines années), c’est le mode « chasseur » qui prédomine : des kilomètres sont parcourus toute la journée dans les trois salles grandes comme des stades afin de dénicher l’intégralité des membres du clan, les prendre en photo, si possible échanger quelques mots et collecter les premières hand histories juteuses. Les habitués qui sont là chaque année sont faciles à trouver, mais il y en a aussi des tas que nous ne connaissons ni d’Eve ni d’Adam : ceux-là, on les découvre par hasard, quand leur accent les trahit au moment d’annoncer « rèze wouane fouzande »… ou tout simplement en consultant la liste des survivants du Day 1, où figure la nationalité de chacun.





À partir du Day 2 commence un long processus d’élimination. Heure après heure, des noms sont rayés de notre longue liste. Dans celle-ci, il y a de tout : des favoris, des pros du Team, des qualifiés que l’on connaît à peine, des anciens faisant leur come-back après plusieurs années d’absence, des amateurs avec des étoiles dans les yeux, des mecs pleins aux as qui se font plaisir, quelques célébrités en goguette. On essaie de se tenir au courant des progrès de chacun, cependant l’exercice reste très difficile : ils sont encore bien trop nombreux pour nos trois paires d’yeux. Mais en général, lorsque la bulle arrive, nous avons le décompte précis du nombre de veinards pouvant vivre ce grand moment, et chacun a eu droit à au moins une photo souvenir.





Après la bulle, le compte à rebours se poursuit, plus frénétique que jamais. À ce stade, le meilleur moyen de suivre les progrès de « nos » joueurs est de se poster devant le guichet où les éliminés se massent pour recevoir leur ITM. Une seule question suffit pour chaque malheureux que l’on croise : « Il s’est passé quoi ? » Souvent, cette conversation est pénible pour l’interlocuteur venant de voir ses rêves brisés, alors on ne s’éternise pas : un petit « Merci, et encore bravo ! » conclut l’échange après avoir pris note du coin-flip ou le bad beat. Mais parfois, on peut tailler le bout de gras un peu plus longtemps, si le joueur éliminé en a gros sur la patate et/ou nous est sympathique. Alors, ce joueur qui était encore inconnu une semaine plus tôt se transforme en un visage familier, que l’on saluera dès le Day 1 l'année suivante...





Une fois la seconde moitié du Main Event entamée (disons, à partir du Day 5), le field a enfin une taille humaine (moins de 400 joueurs, tous installés dans la même salle) et le clan Français peut généralement se compter sur les doigts des deux mains. Là, nous pouvons enfin consacrer à chacun le temps qu’il mérite, dérouler heure après heure les coups marquants, capturer sur pellicule leurs émotions, écrire leurs réactions. Exercice obligé chaque soir à partir de ce moment : la photo souvenir rassemblant tous les survivants français. Jamais quelque chose de facile car il y en a toujours qui sont pressés de sauter dans un taxi, mais avec un peu d’insistance nous parvenons généralement à nos fins. Cette photo regroupe souvent des joueurs qui ne se connaissent pas forcément tous. C’est l’occasion de nouer des liens, avec cette camaraderie facilitée par le fait que, hé, on est tous les deux en plein deep run, la vie est belle, non ?





C’est inévitable : arrive toujours un moment où il ne reste plus qu’un seul et unique Français en course. Parfois, cela se produit bien trop tôt, comme en 2015 où nous avons rangé nos affaires bien avant le Top 100, après l’élimination en 161e place de Paul-François Tedeschi. Mais plus souvent que jamais, ces dernières années nous avons eu le privilège de vibrer jusqu’aux derniers jours. À deux reprises, on a même dû revenir à Vegas en automne, grâce à Antoine Saout (2009) puis Sylvain Loosli (2013), les deux seuls Français finalistes du Main Event à l’époque où le système « November Nine » était en vigueur. Souvent, la fin de l’histoire est frustrante (Romain Lewis, 60e en 2019 alors qu’il était au sommet de son art) voire carrément cauchemardesque (Antoine Labat, 9e en 2018 après une terrible confrontation que personne n’a oublié, voir plus haut). Mais peu importe le résultat, l’histoire reste dans tous les cas mémorable et excitante. Exemple parfait : la finale 2016, gravée à jamais dans la mémoire du poker français avec le bis repetita d’Antoine Saout (5e) et la démonstration implacable de Benjamin Pollak (3e).





Peu importe le flacon, pourvu qu’on ait l’ivresse : qu’ils soient des amateurs en train de vivre un rêve éveillé ou des pros chevronnés, c’est à chaque fois le même plaisir, pour nous observateurs, de partager les joies et les peines du clan Français, et de se muer, le temps d’une douzaine de jours, en journalistes sportifs pas du tout impartiaux. Et nous en sommes convaincus, un jour nous aussi nous pourrons nous exclamer, un beau soir de juillet : « Après avoir vu ça, on peut mourir tranquilles ! » - Benjo

BONUS ! Les trucs qui ne nous manquent PAS





OK, les WSOP, c'est magique, c'est grandiose, blablabla... Mais il ne faudrait pas oublier l'envers du décor. Car parfois, il y a de quoi s'arracher les cheveux... Et c'est la même chose tous les ans ! Mais bordel, quand vont-ils enfin se décider à baisser cette satanée clim' dans les salles de poker du Convention Center, pour qu'on ne chope pas un rhume carabiné au bout d'une semaine ? (Réponse : jamais). On pourrait se consoler avec la bouffe, mais que nenni : le Rio, c'est grand, et on n'a pas toujours le temps de marcher jusqu'aux restos souvent blindés. Et si vous n'en pouvez plus des plats bio et très chers du food truck All American Dave (sans compter qu'il faut souvent attendre dix plombes pour se faire servir aux tables de jeu), il ne reste plus que la Poker Kitchen avec ses viandes et fritures bien grasses (dont les odeurs embaumaient les pauvres joueurs de la défunte Miranda Room jusqu'en 2018), avec toujours les mêmes recettes depuis 2012. Sans compter que parfois, les dinner-breaks sont programmés en plein milieu de l'après-midi...





Sinon, il ne faut pas être trop pressé pour attraper un taxi à la sortie du Rio après un Day 1 à 2 000 joueurs, et il vaut mieux ne pas avoir envie de pisser pendant les pauses du tournoi, sous peine de voir votre vessie exploser en attendant que tout le monde ait fait ses besoins... Bon, vous pouvez toujours grinder votre smartphone en attendant, mais attention au bad run : si après votre excursion aux WC il ne vous reste que 10% de batterie et que la panique s'empare de vous, une vendeuse au faux sourire pourrait bien vous refiler un beau chargeur à 80 dollars. Hors de prix, mais c'est à peu près la seule camelote utile que proposent les vendeurs postés dans les couloirs des WSOP !





En tant que reporters, vos serviteurs vivent aussi leurs moments de solitude : il faut parfois un charisme d'acteur américain et des talents de limier dignes de Columbo pour réunir tout le Team Winamax sur la photo de fin de journée. Des efforts qui peuvent être réduits à néant par un message laconique : "Oh, désolé, je suis déjà parti." Au contraire, d'autres aiment nous faire attendre : c'est bien beau de discutailler avec les croupiers, mais on pourrait la faire cette interview please, il est 1h du matin et l'article ne va pas s'écrire tout seul ! Parfois, on n'a même pas le droit à une réponse : allez donc demander à un joueur en tilt de raconter son dernier spew ou son dernier bad beat... Bon ok, on pourrait aussi leur foutre la paix, mais que voulez-vous, c'est le job. Bref, rien ni personne n'est parfait, mais c'est pas grave : on les aime quand même, nos WSOP. - Rootsah

Tous nos Tops 5 Poker

Et vous, en quoi le Main Event vous fait rêver ? Réagissez sur nos réseaux !

t @Winamax


in @Winamax


f Winamax


wtv Winamax TV


wtv Wam-Poker

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
m.arnou
Reporter Winamax
Reporter Winamax


Inscrit le: 17 Déc 2019
Messages: 82

MessagePosté le: 08/07/2020 11:19   Sujet du message: Répondre en citant Signaler un Abus

Batigol1926, en bon finisseur

Il a attendu la toute fin des prolongations pour la mettre au fond, mais le buteur remporte son plus prestigieux trophée en gagnant le Main Event, pour une prime de victoire de 28 119 €. Retrouvez ses plus belles actions en replay.


Il n'avait pas encore ouvert son compteur but cette année, mais ça valait le coup d'attendre : Batigol1926 a finalement trouvé le chemin des filets au bon moment, puisqu'il remporte ce qui peut être considéré comme la Ligue des Champions de notre grille de tournois réguliers, le Main Event, au terme d'une prestation de grande classe. Mais il aura fallu pour cela marquer le but en or au bout des prolongations, dans une finale à rallonge qui aura duré pas moins de 250 mains !

Pourtant, dès les premières minutes de la partie, on pensait que le match allait rapidement s'emballer, les tapis volant à tire-larigot : mais personne ne parvient alors à doubler. En bon renard des surfaces, c'est donc Batigol qui va débloquer la situation suite à une action pleine de malice : un limp en early (l'un de ses gri-gris préférés dans cette finale) avec une paire de Neuf, qui lui permet de flopper un brelan pour éliminer samysamy en 7e place. Un tir bien placé qui va refroidir les ardeurs des six derniers acteurs du match, les tentatives se faisant rares jusqu'à la sortie définitive de Royal Oak (6e pour 5 126 €), expulsé du tournoi par les As de chewwbacca, puis celle de Dr. System (5e pour 7 227 €), évacué sur civière suite à un tacle très appuyé de OnAvAnce, qui prend alors le brassard de capitaine de la table. Puis chewwbacca, décidément très sévère, sort un second carton rouge dans ce match pour JeanLuc123 (4e pour 10 168 €), qui doit à son tour rentrer prématurément aux vestiaires.

Toujours chipleader pour le 3-handed, notre buteur Batigol1926 tente alors de mettre la balle au fond une seconde fois, en partant à tapis avec As-Roi contre le As-Dame de OnAvAnce, couvert : mais son tir est stoppé miraculeusement sur la ligne, grâce à une Dame river inespérée pour son adversaire. Résultat ? Les rôles sont inversés, et c'est maintenant OnAvAnce qui mène au tableau d'affichage, Batigol1926 passant shortstack. Le goleador tombe même en dessous des dix blindes, mais parvient à renverser la situation en trouvant un double-up, les trois joueurs se retrouvant alors avec des stacks similaires : 0-0-0, la balle au centre. C'est finalement OnAvAnce qui va scorer le premier en éliminant rapidement chewwbacca (3e pour 14 285 €), qui rejoint le banc après avoir rendu une copie qui devrait satisfaire son entraineur.


Un mano-à-mano d'anthologie

On ne le sait pas à ce moment, mais alors que le duel final débute avec 14 millions de jetons chez OnAvAnce contre 10 millions chez Batigol1926, le match va basculer dans l'irrationnel : tout va se jouer au bout du bout dans le temps additionnel, puisque le heads up va durer pas moins de... 130 mains ! Pourtant, cela aurait pu tourner court : Batigol1926 trouve un double-up dès la 3e main, son adversaire tombant même à 7 blindes. Mais une nouvelle fois, le buteur ne parvient pas à tuer le match, laissant revenir son adversaire dans la partie, notamment suite à une action trop optimiste immédiatemment sanctionnée par un double-up à la main n°187. Mais on le sait, Batigol n'est pas homme à renoncer : il repart à l'assaut des buts adverses, et refait progressivement son retard avant de prendre l'ascendant sur son adversaire. Tombé à 15 blindes, OnAvAnce doit alors se rendre à l'évidence : il n'a plus d'essence, et finit donc par tenter la frappe du désespoir avec As-2 : mais Batigol1926 l'attend au coin du bois avec sa paire servie, terminant finalement cette finale comme il l'avait commencé, en trouvant un brelan de Neuf salvateur.

Finaliste du Prime Time et de l'AfterWork en juin, vainqueur du Rush Hour en mai et 3e du Highroller en mars pour un gain de 12 000 €, OnAvAnce ne soulèvera pas le trophée cette fois-ci mais se console avec une très belle prime de match à cinq chiffres, d'un montant de 20 049 € très exactement. Quant à Batigol1926, il remporte un titre inattendu : son seul résultat majeur en tournois sur Winamax restait une seconde place dans un Monster Stack à 10 € il y a une semaine. Mais ce joueur d'Expresso a su jouer sur sa forme du moment, et a montré qu'il savait aussi tout donner dans des parties interminables : une semaine après sa première perf', il encaisse donc une prime de victoire bien plus conséquente et ô combien méritée, équivalente à 28 119 €. Oui, un buteur ne meurt jamais : il dort.

Main Event du 5/6/7 juillet
1 288 entrées (dont 244 re-entries) - Prizepool : 146 832 €


Classement complet du Main Event

Si vous voulez donner un bon bol d'air frais à votre bankroll pour un été qui s'annonce torride, vous pouvez tenter votre chance chaque semaine dans le Main Event (100 000 € garanti au minimum) en échange d'un buy-in de 125 € (ou vous qualifier à moindre coût via nos satellites). Le Day 1A démarre le dimanche à 16h et est suivi par les Days 1B (dimanche à 21h), 1C (lundi à 21h) et Day 1D au format turbo (le mardi à 18h30), avant la dernière ligne droite, le Day 2 qui se joue le mardi à 21h. À moins que vous ne préfériez grinder la dernière journée des Summer Shots...

Le Main Event sur Winamax

Les pages à suivre :

t @Winamax


in @Winamax


f Winamax


wtv Winamax TV


wtv Wam-Poker

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Flegmatic_
Reporter Winamax
Reporter Winamax


Inscrit le: 15 Avr 2015
Messages: 1338

MessagePosté le: 06/07/2020 14:07   Sujet du message: Répondre en citant Signaler un Abus

MTT : les résultats du 5 juillet

Avec plus de 400 000 € distribués dès la première soirée, la session du dimanche soir est plus hot pendant les Summer Shots ! Le replay de la plus belle finale et tous les autres résultats majeurs sont dans notre récap'.

On sait bien que c'était dimanche, mais on espérait que vous ne feriez pas trop la teuf' en ce premier week-end de juillet, histoire de garder un peu d'énergie : et pour cause, comme nos pros vous l'auraient conseillé, il fallait être encore frais et dispo pour engloutir le premier jour des Summer Shots dimanche. 8 des 53 mélanges prévus jusqu'au 12 juillet ont déjà été avalés d'un trait, avec pas moins de 408 483 € distribués (sur un million garanti au total) et deux gains à 5 chiffres attribués. Pour le reste, on vous laisse déguster les autres résultats dominicaux dans notre gouleyant récap'.


Cet humble article est dédié au géant Ennio Morricone, compositeur de génie dont l'un de nos titres préférés, L'estasi dell'oro, dans sa version remixée, aurait dû résonner ces jours dans les salles du Rio pour accompagner l'arrivée des joueurs sur le Main Event des WSOP. Pas de World Series cet été, plus de Ennio : tout un symbole. Ciao Maestro!

Flyingfish92, la tête hors de l'eau

A priori, il ne fallait pas être un fish pour surnager dans l'Event 4 : le plus gros buy-in de la soirée (50 €), un garanti charnu de 100 000 € (finalement largement dépassé), un fied peuplé de sharks... Le vainqueur Flyingfish92 a donc dû déployer ses ailes pour éviter de finir croqué par ses prédateurs affamés. Résultat ? Il repart avec une belle récompense de 17 559 €, incluant 5 689 € de bounties. De quoi payer quelques mètres de shooters cet été pour celui qui s'était déjà approché d'un premier titre Wina Series en janvier dernier (4e de l'Event 25 pour plus de 6 000 € de gains) avant de terminer second du Highroller. L'occasion de vous offrir le premier replayer de ces Summer Shots :

EVENT 4 - NLHE - 6 Max - KO 50 € - 4 157 inscriptions - Prizepool 187 065 €
Vainqueur : Flyingfish92 - 11 569 + 5 689 € (bounties)

BetAirCallSa se défend bien

Cette première journée de Summer Shots a également été marquée par la belle réussite de l'Event 3, un NLHE Monster Stack à 10 € dont le garanti initial de 40 000 € s'est transformé en un prizepool près de deux fois supérieur, pour atteindre 78 507 €. Dans cette épreuve qui a enregistré 8 742 entrées, BetAirCallSa a su le mieux plaider sa cause, trouvant notamment un arrangement à l'amiable avec son dernier adversaire negro9848, qui se contente de 9 889 €. Déjà vainqueur du Commando en mai et finaliste du Prime Time en juin, BetAirCallSa obtient une première compensation à cinq chiffres, d'un montant de 12 089 €.

EVENT 3 - NLHE - 6 Max - Monster Stack 10 € - 8 723 inscriptions - Prizepool 78 507 €
Vainqueur : BetAirCallSa - 12 089 € (après deal)

Sur la Tete2WaM !

Six autres tournois ont rendu leur verdict dans ce Jour 1 des Summer Shots, à commencer par le premier tournoi au programme, qui est revenu à PinkyLOveRrr, qui a dû trouver un accord avec ses trois derniers concurrents pour finalement s'imposer et rafler 4 383 €. Après avoir prêté serment sur sa propre personne à la barre, Tete2WaM est lui sorti du tribunal plus riche de 3 549 € au bout de la plus longue plaidoirie de cette première soirée de Summer Shots (8h51 de jeu en PLO) qui sont pour rappel placés sous le signe des variantes. D'ailleurs, le premier tournoi mélangeant plusieurs d'entre elle (un 5-Game à 5 €) est revenu à Mbappe75018, un jeune espoir de notre room qui a fait son entrée Winamax la semaine passée. 

OSOBERANO, lui, avait déjà plus d'expérience avec des finales dans les Monster Stacks et l'After Work cette année : il remporte son premier titre d'envergure avec l'Event 6, pour plus de 9 000 € de gains. Même parcours pour Didou1963 (finaliste Monster Stack, Dernier Round et Last Longer en 2020), qui s'octroie 4 409 € dans l'Event 7, tandis que CoronaVinus n'a eu besoin que de 2h37 au maximum pour contaminer tous ses adversaires dans le Deglingos de 23 heures, ce qui lui rapporte 1 499 €.


Summer Shots : tous les résultats en un coup d'oeil

Le programme complet

Very good trip

10 ans, ça se fête ! Et pour marquer le coup et vous faire participer au dixième anniversaire de l'un de nos tournois emblématiques, le Sunday Surprise, on vous avait laissé choisir le cadeau de dimanche parmi les meilleurs de l'histoire de l'épreuve : entre les restos triplement étoilés, le voyage dans l'espace, le buste en bronze (et j'en passe), on ne savait plus où donner de la tête pour voter la semaine passée...

Finalement, on en revient toujours à notre jeu préféré : les fans de poker que vous être ont visiblement la nostalgie des Championnats du Monde (qui devaient se tenir actuellement à Las Vegas) puisqu'il ont plébiscité un voyage pour deux personnes à Sin City pour jouer deux tournois des WSOP ! Le voyage pour 6 personnes sur une île déserte n'a pas fait le poids en finale (après avoir battu "Votre poids en pièces de 1 €" en demies), tout comme le lingot d'or au tour précédent. Et histoire de pimenter son séjour déjà prometteur dans le Nevada (dès que les WSOP auront annoncé officiellement la prochaine édition), le vainqueur -PASQUA- encaisse plus de 11 000 € pour sa victoire. Tiens, tiens, ne serait-ce pas, à quelques centaines de dollars près, le prix d'entrée du Main Event des WSOP ?

SUNDAY SURPRISE SPECIAL 10 ANS 10 € - 16 280 inscriptions - Prizepool 146 520 €
Vainqueur : -PASQUA- - 7 997 + 3 020 €

Itsdamnt1me béni des dieux

Quand on commence une finale en tant que chipleader avec presque deux fois plus de jetons que son poursuivant direct au chipcount, on n'a pas le droit de passer à côté du dernier acte, d'autant plus sur le tournoi le plus cher de notre grille (1 000 € de buy-in). Itsdamnt1me. le savait, et n'a pas manqué l'occasion de conclure dans le Grand Tournament, qu'il remporte pour un très beau gain de 40 245 €. Son stack lui a permis d'assoir d'entrée son statut de patron de la table, avec notamment l'élimination de shiner87 en 6e place. Seul th1Wh0Kn0cks parvient à lui résister, avant de tomber très shortstack sur un setup contre PearJuice, qui l'achève quelques mains plus tard (4e pour 14 587 €).

Dans la phase de 3-handed, c'est le reg Limp4Value qui se refait une santé, s'emparant même du chiplead, avant que les forces en présence ne s'équilibrent. Il a donc fallu donc un nouveau setup pour faire la différence, Itsdamnt1me trouvant deux Rois contre le As-Dame de Limp4Value pour passer à plus de 2 millions de jetons, deux fois plus que PearJuice. Ce dernier se chargeait ensuite de finir Limp4Value  (3e pour 20 472 €), avant qu'un duel de haute volée ne s'engage, Itsdamnt1me prenant progressivement l'ascendant avant de conclure au bout de 61 mains d'un heads-up acharné. PearJuice, qui ne comptait aucun gain à 4 chiffres sur Winamax, brûle donc une étape en passant directement à un gain de 28 711 € (on imagine qu'il s'était qualifié sur nos sats), tandis que Itsdamnt1me, double vainqueur du Battle Royale, s'offre de quoi passer un bel été...

GRAND TOURNAMENT 1 000 € - 168 inscriptions - Prizepool 159 600 €
Vainqueur : Itsdamnt1me.- 40 245 €

Le retour du roi

À regarder la liste des meilleurs résultats chez nous de LeF4dsp_fr, on a la tête qui tourne à essayer de compter le nombre de finales atteintes sur le Highroller. Mais après une période faste entre 2018 et 2019, une deuxième perf' à cinq chiffres se faisait attendre. C'est désormais chose faite et avec la manière, sous la forme d'un énorme chèque de 19 245 €, qui pulvérise son plus gros gain précédent. Un jackpot obtenu après un peu plus de sept heures de jeu et face à 376 adversaires, dont le récent finaliste du Main Event Donkishot (4e, 6 934 €) et le fan du Tiger King ExoticJoe pour terminer, ce dernier empochant 13 710 € pour sa belle place de runner-up.

HIGHROLLER 250 € - 377 inscriptions - Prizepool 87 464 €
Vainqueur : LeF4dsp_fr - 19 245 €

Pas de comeback en revanche mais une véritable première triomphante pour Vidomina sur le Battle Royale... du moins sous ce pseudo. Runner-up de l'épreuve dix jours plus tôt pour un "petit" billet d'environ 2 500 €, il n'a cette fois pas fait dans la dentelle, ajoutant aux 7 150 € à la gagne 7 328 € en primes d'éliminations. Joli retour sur investissement également pour les deux joueurs sur le podium, les inconnus de nos services Phil0308 (2e, 7 150 € + 1 909 €) et PaymeAAFanta (3e, 5 071 € + 2 298 €).

BATTLE ROYALE 200 € - 505 inscriptions - Prizepool 92 920 €
Vainqueur : Vidomina - 7 150 € + 7 328 €

Pendant ce temps sur l'XTASE, 11LastChance ne laissant pas passer son ultime occasion de triompher, en faisant mieux que doubler les 3 058 € de la première place avec un total de 3 418 € de bounties. Même si au vu de son palmarès en tournoi, qui comprend notamment un bracelet Mini WSOP, le Prime Time, le Rush Hour et un package Side Events WSOP, quelque chose nous dit que ce n'est pas la dernière fois qu'on le verra. En parlant de Sin City, quelle meilleur transition pour glisser vers le sacre à 6 321 € de dr.vegasystm sur l'XTREM, au terme de presque 8h30 de lutte dans le désert du Nevada.

XTASE 100 € - 438 inscriptions - Prizepool 39 420 €
Vainqueur : 11LastChance - 3 058 € + 3 418 €

XTREM 100 € - 309 inscriptions - Prizepool 27 810 €
Vainqueur : dr.vegasystm - 6 321 €

On se calme et on compte les billets

La tension était à son comble dimanche soir sur les tables MTT mid stakes et ce n'est probablement pas TheMadBanana qui s'est chargé de détendre l'atmosphère sur le Rush Hour. Une folie pleine de potassium qui a fait glisser bon nombre d'adversaires, bananés à hauteur de 2 311 € de primes pour accompagner un pactole fruité de 2 208 €. Heureusement que T.Enerve.PAS était là pour calmer les esprits sur le Tea Time. Le petit doigt levé, cet habitué des Sit&Go Killer et autres Double or Nothing a siroté ses quelques 2 600 compagnons de tablée, réfrenant un à un leurs ardeurs avant de filer à l'anglaise avec un total de 5 400 €. À noter aussi la rafraîchissante poignée de main entre LEITE FRESCO et UnMarchombre sur l'After Work, les deux joueurs repartant bons amis avec respectivement 4 179 et 3 542 €.



Pluie de carré et bad beat à 10 000 € sont les deux mots-clés de cette nouvelle édition de notre Top 5 hebdomadaires. Vous avez vécu un coup similaire ? Envoyez-le nous sans plus tarder à multiplex@winamax.fr.


Happy 5th of July!

La fête nationale pour eux, c'était ce dimanche et notamment pour ALMUVI, qui s'est propulsé tout en haut du Top 50 pour la bagatelle de 5 167 billets verts. La virée nocturne de JM4BETLIGHT sur le Go Fast lui a aussi été profitable, avec 3 077 € engrangés sur la route. C'est toutefois un peu moins que CallMuckTY, dont la demande polie a été acceptée sur le Monster Stack 10 €, lui offrant sur un plateau 3 804  € en guise de récompense. Vous en voulez plus ? Alors le tableau ci-dessous devrait vous rassasier.


Bravo à tous pour vos perfs dominicales ! Ne perdez pas la main : les Summer Shots se poursuivent tout au long de la semaine, avec six nouveaux tournois entre 5 et 50 € l'entrée dès ce lundi soir. À très vite !


Tous les tournois Winamax

Les pages à suivre :

t @Winamax


in @Winamax


f Winamax


wtv Winamax TV


wtv Wam-Poker

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
m.arnou
Reporter Winamax
Reporter Winamax


Inscrit le: 17 Déc 2019
Messages: 82

MessagePosté le: 03/07/2020 15:27   Sujet du message: Répondre en citant Signaler un Abus

Votre week-end anniversaire sur Winamax

Winamax a 10 ans ! Pour fêter ça, on vous laisse choisir votre cadeau dans le Sunday Surprise, trinquer à notre santé dans les Summer Shots, et vous faire rincer aux frais de la maison dans le Super Freeroll. Un week-end de teuf en perspective !


Put*** 10 ans ! Aussi vieux que l'arrivée de Winamax sur le sol français (on vous en reparle quelques paragraphes plus bas), le Sunday Surprise fête cette semaine sa première décennie. Parce qu'on n'arrivait pas à choisir nous-même le cadeau d'exception à vous offrir, il a été décidé en plus haut lieu de vous laisser le choix entre 16 surprises d'exception, via plusieurs votes successifs. À l'heure où ces lignes sont tapées, il ne reste plus que quatre lots en compétition : un séjour pour 6 personnes sur une île déserte, le poids du vainqueur en pièces de 1 €, un voyage pour 2 à Las Vegas avec 2 tournois des WSOP offerts et un lingot d'or de 250 grammes. Foncez soutenir votre petit préféré via cette page, avant de revenir voter samedi à partir de 11 heures pour la grande finale. Le cadeau vainqueur sera connu dimanche peu avant le lancement du tournoi (20h30, 10 €), boosté qui plus est à hauteur de 100 000 € garantis. Et n'oubliez pas de lui souhaiter bon anniversaire !


Certes, l'été n'est pas encore torride mais on pense déjà à vous rafraîchir sur Winamax avec le coup d'envoi ce dimanche des Summer Shots ! Histoire d'inaugurer ce festival estival low stakes qui distribuera au moins un million d'euros jusqu'au dimanche 12 juillet, vous aurez le droit à 8 tournois uniques entre 2 et 50 € dont un gros 6-max K.O promettant au moins 100 000 €, une épreuve de PLO à 20 € et un 5-Game à 5 €. Parfait pour peaufiner votre jeu en variantes avant d'attaquer une semaine riche en verres engloutis cul sec. Santé !


Qu'y-a-t-il de meilleur que la gratuité ? Une gratuité qui distribue 100 000 € pardi ! Cela tombe bien, c'est exactement ce que promet le Super Freeroll. Mais pour en profiter, encore faut-il se qualifier pour le Day 2 du dimanche 30 août, et avant cela pour le Day 1, dont le prochain aura lieu ce dimanche à 21h. Alors avant de monter dans la grande roue, veillez à passer par les trois portiques de qualification, accessibles à tout moment du jour ou de la nuit. Allez bonne chance, on se voit tout en haut !


"L'important, c'est le voyage, pas la destination," dit le dicton. Et que le voyage fut beau depuis ce 1er juillet 2010, gravé dans les livres d'histoire comme le premier jour de l'histoire de Winamax.fr. 10 ans de poker, de paris sportifs et surtout de passion partagée avec vous, chaque jour un peu plus nombreux, cela méritait bien de nous y arrêter quelques minutes, pour se rendre compte du chemin parcouru et des grands jalons qui ont parsemé la route. Entre innovations de génie, festivals déjantés, titres de prestige et records en tous genre : venez vous balader dans le temps en notre compagnie.


Hey, on vous a dit qu'on avait 10 ans ? Parce que cet anniversaire, c'est aussi le vôtre, on continue de vous en faire profiter le plus possible avec un tout nouveau bonus de dépôt ! Le principe de ce bien nommé "Jackpot 10 ans" est aussi simple qu'efficace : il vous suffit de rentrer le code WINAMAX10 pour être éligible. 1 dépôt sur 5 est gagnant, avec à la clé des tickets de tournoi et des paris gratuits et 1 dépôt sur 50 est intégralement remboursé ! N'attendez plus et venez faire tourner la roue.


Monter des tonnes de jetons en un minimum de temps, Pierre Calamusa, champion des Days 1 sur les tournois live, sait faire. Mais monter la plus grosse bankroll possible sur une période d'un mois, voilà un défi bien plus compliqué : c'est pourtant ce à quoi s'attelle actuellement le pro Winamax dans son challenge Make your Bankroll Great Again. Après un départ en dents de scie, LeVietF0u tente de remonter la pente et de faire grossir son capital de départ (qui se montait à 100 €). Vous pouvez suivre ses progrès sur WamPoker, sur notre chaine Twitch où il streamera ses sessions vendredi et dimanche à 20h, ou pourquoi pas le retrouver aux tables de Winamax sur les tournois low stakes, gestion de bankroll oblige. Mais faites attention, Pierre a les crocs et compte bien réussir son challenge coûte que coûte...


Un autre pro du Team W sera sur le pont ce week-end : Adrien Delmas prendra en effet les commandes du Winamax Stream Gang ce samedi dès 20 heures, pour vous livrer les analyses poussées dont il a le secret lors d'une session MTT qui s'annonce fort instructive. Pour voir à l'œuvre le Top Shark 2018 sur les plus beaux tournois de notre grille, c'est ici que ça se passe.


La source d'inspiration numéro 1 d'Ivan Deyra "pour garder la confiance, la détermination et la rage de vaincre" ? Non, oubliez le Dalaï-Lama et le Mahatma Gandhi : ce qui branche et motive ValueMerguez depuis sa plus tendre enfance, c'est plutôt le bon vieux "peu-ra" des familles. Alors ce week-end, prenez le temps d'aller écouter la mixtape d'Ivan et d'aller faire un tour Sur [s]a Planète Rap.

À deux vitesses



Vous voulez mater un Ivan Deyra affûté comme jamais pour sa seconde table finale des WSOP 2019 ? Alors foncez sur son 6e Dans La Tête d'un Pro de l'été, entre préparation millimétrée et action calculée. Si au contraire vous aimez les coups éclairs sortis de nulle part, faites-vous plaisir avec notre Top 5 des mains de la semaine, où comme d'habitude les rivers magiques vont vous étonner (ou pas).

Bon week-end sur nos tables !

Les pages à suivre :

t @Winamax


in @Winamax


f Winamax


wtv Winamax TV


wtv Wam-Poker



Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
BenjoDiMeo
Reporter Winamax
Reporter Winamax


Inscrit le: 06 Juil 2007
Messages: 34120

MessagePosté le: 02/07/2020 13:26   Sujet du message: Répondre en citant Signaler un Abus

Winamax.fr : 10 ans de poker, de paris et de passion



On dit que l’important ce n’est pas la destination, mais le voyage. Winamax fête ses 10 ans sur le « .fr » : c’est un sacré bout de chemin que l’on a fait en votre compagnie ! En attendant de découvrir ce que nous réservent les 10 prochaines, jetons un œil dans le rétro.



1er juillet 2010 : Winamax part à l’assaut du « .fr » avec un tout nouveau logiciel entièrement développé en interne, après avoir été l’un des premiers opérateurs à obtenir l’agrément de la nouvelle Autorité des Jeux en Ligne (ARJEL).



4 juillet 2010 : Naissance du Sunday Surprise, tournoi dominical à 10 € proposant chaque semaine un cadeau exceptionnel, offert par Winamax en plus de la dotation. Il reste aujourd’hui le tournoi à petit buy-in le plus populaire du marché.

16 septembre 2010 : Premier festival live entièrement consacré à un format de plus en plus en vogue, le 6-max, le Winamax Poker Open attire 313 joueurs à Dublin. Il s’imposera rapidement comme « le tournoi le plus fun de l’année ».



10 novembre 2010 : La nouvelle série Dans la Tête d’un Pro réinvente la façon de filmer et raconter un tournoi de poker.

30 janvier 2011 : L’application Winamax pour iPhone et iPad est la première au monde à proposer du poker en argent réel.



7 mars 2011 : Winamax franchit la barre du million de joueurs inscrits.



1er mai 2011 : La première édition des Winamax Series distribue 1,3 million d’euros au cours de 24 tournois. 10 ans plus tard, ce sont 27,1 millions d’euros qui ont été gagnés sur les 195 tournois de la 27e édition…



6 novembre 2011 : Grand circuit live gratuit destiné aux amateurs de toute la France, le Winamax Poker Tour naît à Paris dans une Grande Halle de la Villette pleine à craquer : 2 000 joueurs en freeroll !

6 janvier 2012 : Winamax est le site de poker numéro 1 en France.

8 janvier 2012 : Première édition du Multiplex Poker, la radio en direct des tournois Winamax, écoutable directement depuis le logiciel.

27 janvier 2012 : Ludovic Riehl remporte la Top Shark Academy, concours de recrutement du Team Winamax qui deviendra une tradition annuelle.



22 avril 2012 : Davidi Kitai complète sa collection WSOP/WPT/EPT en remportant l’étape European Poker Tour de Berlin.

17 juillet 2012 : 6 mois après avoir rejoint le Team, Gaëlle Baumann manque d’une marche la table finale sur le Main Event des WSOP (10e sur 6 598)

25 novembre 2012 : Icône du hip-hop et fin joueur de poker, Kool Shen lâche un freestyle en direct du Multiplex Poker pour marquer son arrivée dans le Team. Peu après sera lancé La Fièvre, premier tournoi en ligne à disposer d’une ambiance sonore et d’une identité visuelle spécifique.



19 décembre 2012 : Avec Guns&Glory (puis plus tard les Gangs Guns&Glory), Winamax est le premier opérateur de poker à offrir un challenge poker calqué sur les jeux vidéo, avec des points d’expérience et récompenses honorifiques à collecter grâce à vos exploits sur les tables.



11 juillet 2013 : Winamax lance l’Expresso, Sit&Go à 3 joueurs ultra-rapide au prizepool déterminé aléatoirement. Rapidement, la quasi-totalité de la concurrence reprend l’invention à son compte. 7 ans plus tard, plus de 200 millions d’Expresso ont été joués...

5 novembre 2013 : Aux couleurs du Team Winamax, le « November Nine » Sylvain Loosli atteint la 4e place du Main Event des WSOP.

16 janvier 2014 : larceleur remporte 191 157 € sur le premier Million Event de Winamax.

2 mars 2014 : laguig décroche 30 000 € en gagnant la milliardième main de cash-game de Winamax.

11 avril 2014 : Winamax devient partenaire des World Series of Poker pour l’organisation de satellites en ligne. Une exclusivité en France !



21 mai 2014 : Quand poker rime avec teufs non-stop, DJ sets et pool parties débridées : le SISMIX met Marrakech en ébullition.

2 juin 2014 : Les paris sportifs débarquent sur Winamax.

24 octobre 2014 : Daniel Riolo présente la première édition du RMC Poker Show, émission hebdomadaire réalisée en partenariat avec Winamax.

14 novembre 2014 : Premier tweet de @WinamaxSport. 6 ans et 141 000 tweets plus tard, nos CM vont bientôt franchir les 500 000 followers…

6 juillet 2015 : Le cash-game se réinvente avec l’arrivée du Bingo.



24 octobre 2015 : lele7679 remporte la première table Expresso à 1 million d’euros.



8 mars 2016 : Cyril Georges devient à 20 ans le premier vainqueur du Winamax Poker Tour issu des qualifications freeroll.

10 juin 2016 : Avec Le Jeu de l’Entraîneur, Winamax est le premier opérateur français à se lancer sur le créneau très en vogue de la Fantasy League.

10 avril 2017 : Guillaume Diaz remporte le Highroller des Winamax Series… à 30 000 mètres d’altitude, à bord d’un vol Hong Kong- Zurich !



1er juin 2017 : Avec les Mini WSOP, on peut maintenant jouer les Championnats du Monde sur Winamax à petit prix… et remporter une réplique du bracelet !

9 janvier 2018 : Lancement de WinamaxTV : 40 heures de programmes hebdomadaires animées par une batterie d’experts sport et poker.



10 juillet 2018 : ¡Hola! ¿Qué tal? Winamax se conjugue désormais en espagnol.

3 février 2019 : Grand architecte de la réussite de Winamax et catalyseur du Team dès ses débuts, Michel Abécassis fait ses adieux au poker pro, en direct sur Winamax TV.



1er avril 2019 : Avec MyMatch, vous pouvez désormais créer votre propre combiné sur mesure, avec jusqu’à 10 sélections possibles sur un seul match.

10 avril 2019 : La saison finale de Game of Thrones bat son plein. Sur Winamax, on peut parier chaque semaine sur le prochain personnage éliminé !

27 avril 2019 : Rassemblement annuel des plus de cent clubs et associations amateur partenaires de Winamax, le Winamax Club Trophy fête sa dixième édition à Paris.



20 mai 2019 : Premier festival organisé par Winamax en Espagne, le SISMIX Costa Brava bat le record du plus gros tournoi 6-max du monde.

3 juillet 2019 : Ceux qui trouvent que l’Expresso n’est pas encore assez rapide se ruent en masse sur l’Expresso Nitro.

5 et 13 juillet 2019 : João Vieira et Ivan Deyra offrent coup sur coup 2 bracelets WSOP supplémentaires au Team Winamax.



2 octobre 2019 : En partenariat avec Hasbro, l’Expresso s’habille aux couleurs du Monopoly.

19 novembre 2019 : Avec le Winamax Stream Gang, c’est maintenant 7 jours sur 7 que nos experts vous dévoilent leurs secrets de poker sur Twitch.

16 janvier 2020 : Borja Gross remporte la première édition de la Top Shark Academy espagnole.



8 mars 2020 : Greg alias « Truiton31 » explose le record du plus gros pari jamais gagné en France : un judicieux combo de 21 sélections qui lui rapporte 399 461 € !

16 avril 2020 : Le 3 Million Event des Winamax Series atteint 5,3 millions d’euros de dotation. Un record en Europe !

25 avril 2020 : Avec la diffusion de Poker Express sur M6, le poker fait son retour à la télévision française.

1er juillet 2020 : Chaque jour, 10 millions de mains de poker et 300 000 paris sont joués sur Winamax. Merci à tous pour votre engouement et votre fidélité !
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
m.arnou
Reporter Winamax
Reporter Winamax


Inscrit le: 17 Déc 2019
Messages: 82

MessagePosté le: 02/07/2020 09:40   Sujet du message: Répondre en citant Signaler un Abus

DosCoronas ivre de joie

DosCoronas se fait payer une tournée à 26 700 € en avalant cul sec son dernier adversaire Afrik1Allain. Revivez en replay le sacre de ce nouveau pilier du bar Winamax.


Il s'était déjà chauffé il y a deux semaines en prenant la 11e place de ce Main Event (tout en engloutissant dans le même temps le Highroller, pour un gain de plus de 6 000 €). Mais pour la dernière édition du tournoi en juin, DosCoronas a cette fois tenu le bar jusqu'à la fermeture en avalant l'épreuve pour la première fois de sa carrière !

Pour cela, celui qui avait commencé la finale en embuscade derrière les deux chipleaders Afrik1Allain et Devnirchevre est venu à bout d'une TF expéditive, longue de seulement 59 mains, mais qui a pourtant mis du temps à se décanter. En effet, il a fallu attendre le 25e verre pour que le shortstack yepatki, qui s'était pourtant refait une santé lors des premières gorgées, ne soit le premier à voir trouble et soit contraint de quitter la table à la 7e place (3 556 €), sorti par Houseum. Quelques mains plus tard, DosCoronas, qui se contentait jusque-là d'un grind discret, décide de coucher un premier compagnon de beuverie en remportant un gros setup contre Devnirchevre avec K[img=img_spade]K[img=img_diamont] sur un flop J[img=img_spade]5[img=img_spade]6[img=img_club] face à un tirage couleur et quinte chez son adversaire, qui détient 8[img=img_spade]7[img=img_spade]. Le turn 9[img=img_spade] et la river 3[img=img_spade] lui permettent finalement de se sortir de ce guêpier, grâce à une couleur supérieure qui le ramène sur les talons d'Afrik1Allain en tête du chipcount. Ce dernier se charge ensuite de virer à coups de pieds tomat0mozza (5e pour 7 091 €), tandis que pshhhhttt arrête de buller dès la main suivante (4e pour 9 978 €), renversé par DosCoronas.

Cela permet au nouveau chipleader de gober assez rapidement le pauvre Houseum (3e pour 14 019 € tout de même), une nouvelle fois avec une paire de Rois. Le heads-up, lui, ne pouvait pas être plus rapidement ingéré : dès la première main du duel, les deux derniers piliers du zinc partent à tapis ! Il faut dire que DosCoronas vient encore de se faire servir un verre bien rempli avec deux Dames, contre As-Roi chez son adversaire. Couvert, Afrik1Allain ne parvient pas à améliorer et conclut l'apéro en perdant le plus classique des coinflips, un setup difficille à digérer mais qui le laisse tout de même plus riche de 19 678 € (lui qui avait déjà signé deux perfs' à 5 chiffres lors des dernières Winamax Series). Le reg de Winamax termine ainsi en beauté un mois de juin qu'il avait débuté en trombe en gagnant en Expresso Nitro à 12 000 €...

Quant à DosCoronas, il peut lever son verre puisqu'il absorbe pas moins de 27 600 €, ce qui constitue le second plus gros gain de sa carrière sur Wina, lui qui s'était imposé lors du 6-Max Championship des Series d'avril pour plus de 37 000 €. De quoi s'envoyer un sacré nombre de bouteilles de la fameuse bière à la tequila cet été... Et si vous souhaitez observer en détail comment DosCoronas a retourné le bar, on vous laisse avec le replay de la finale ci-dessous :

Main Event du 28/29/30 juin
1 265 entrées (dont 239 re-entries) - Prizepool : 144 210 €


Classement complet du Main Event

Si vous aussi souhaitez commencer l'été du bon pied en remportant le tournoi hebdomadaire le mieux doté de notre grille (100 000 € garanti au minimum chaque semaine), vous pouvez tenter votre chance dès dimanche en échange d'un buy-in de 125 € (ou vous qualifier à moindre coût via nos satellites). Le Day 1A démarrera à 16h et sera suivi par les Days 1B (dimanche à 21h), 1C (lundi à 21h) et Day 1D au format turbo (mardi à 18h30), avant la dernière ligne droite, le Day 2 qui se jouera mardi à 21h.

Le Main Event sur Winamax

Les pages à suivre :

t @Winamax


in @Winamax


f Winamax


wtv Winamax TV


wtv Wam-Poker

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
m.arnou
Reporter Winamax
Reporter Winamax


Inscrit le: 17 Déc 2019
Messages: 82

MessagePosté le: 29/06/2020 12:41   Sujet du message: Répondre en citant Signaler un Abus

MTT : les résultats du 28 juin

Ils planent déjà en haut des charts toute l'année, mais ça n'empêche pas certains sharks de signer quelques-uns des premiers tubes de l'été sur Winamax ce dimanche. On vous offre même leur flow en replay.

Avec un tournoi qui s'est achevé peu après 3 heures du matin, on espère pour envie2KK qu'elle n'était pas trop pressante. Mais nul doute qu'avec un compte en banque enrichi de 10 078 € après avoir défait près de 7 600 adversaires, il n'a eu aucun mal à penser rapidement à autre chose. On imagine maintenant ses pensées tournées vers le Portugal, où il s'envolera prochainement avec la personne de son choix le temps d'un road trip dans la somptueuse vallée du Douro, entre Porto et Lisbonne, un verre de vin local dans une main, un pastéis de nata dans l'autre. Un verre que nous levons également à Olivier alias Oldstar33, régulier de nos tables et de nos festivals live, qui s'est invité en troisième place pour un gain de 5 449 €. GG !


SUNDAY SURPRISE 10 € - 7 592 inscriptions - Prizepool 68 328 €
Vainqueur : envie2KK - 10 078 €

Du deal chez les ballas

Benjamin alias EN_VACANCES (photo) qui refait surface au début de l'été : quoi de plus logique ? Dimanche soir, l'un de nos plus emblématiques joueurs de MTT fut le principal animateur d'une finale de Highroller bouclée en moins de soixante mains mais qui s'est tout de même terminée à presque 3h30 du matin. Alors que l'observation était de mise, Benjamin a débloqué la situation sur un strike doublé d'un set-up, sortant MiroslvMecir (7e, 2 753 €) et nur_bech (6e, 3 905 €) grâce à une paire de Rois restée devant deux Dames et As-Dame. Mal en point au départ de la TF avec 17 petites blindes, MaHBe y allait ensuite de sa petite élimination, lui aussi avec une paire de Rois, poussant vers les cuisines Le-Traiteur (5e, 5 517 €). De quoi lancer ce qui sera le "match dans le match" de cette fin de HR.

Car derrière, en possession à lui tout seul de plus de la moitié des jetons en circulation, EN_VACANCES en profite pour dérouler, s'offrant le scalp de l'ex chip-leader DansLesRues (4e, 7 774 €) puis du short stack ninja Totality (3e, 10 934 €), aperçu en finale du Grand Tournament Funday deux semaines plus tôt. Largement en tête, Benjamin semble alors foncer droit vers un nouveau titre de prestige mais, dès la deuxième main du heads-up, MaHBe s'offre un double up pour rebattre les cartes. On imagine que c'est à ce moment-là que les deux joueurs décident de sceller un arrangement financier, EN_VACANCES s'assurant 17 357 €, avant d'envoyer son tapis avec une merguez que s'est empressé d'engloutir MaHBE, finalement victorieux pour 19 803 €. Pour la postérité, on vous laisse découvrir cela via le replayer ci-dessous.

HIGHROLLER 250 € - 424 inscriptions - Prizepool 98 368 €
Vainqueur : MaHBe - 19 803 € (après deal)

Six résultats en tournois depuis le début de l'année. Une victoire sur le Highroller début juin... et une seconde sur le Battle Royale pour terminer le mois. LaBaaaaaz ne vient semble-t-il pas souvent taper le carton chez nous, mais quand il le fait, il est du genre à le faire bien. Durant les quelques huit heures qu'a duré notre plus gros tournoi Knockout, il s'est livré à une véritable démonstration de force, accumulant pour 8 463 € de primes. À côté, les 7 755 € de sa première place ont presque l'air ridicules. Mais presque seulement. Face à lui en finale, aucun pseudo que nous avons reconnu, mais que cela ne nous empêche pas de féliciter respectivement les médaillés d'argent et de bronze, VacusBenie6 (2e, 7 755 € + 2 176 €) et Pey13 (3e, 5 503 € + 2 786 €), qui n'ont pas non plus lésiné sur les bounties.

BATTLE ROYALE 200 € - 549 inscriptions - Prizepool 101 016 €
Vainqueur : LaBaaaaaz - 7 755 € + 8 463 € (bounties)

MonkaaS a eu chaud

Après l'XTREM, l'XTASE ! Vainqueur du premier nommé il y a un mois, MonkaaS s'est offert sans sourciller ce dimanche son inséparable compagnon, ce qui lui rapporte la coquette somme de 8 600 €. Il s'agit de son plus gros gain sur notre site, juste devant les 7 227 € remportés début mai sur... l'XTASE, déjà. Ça valait bien quelques gouttes de sueur... Un tournoi de plus à ajouter au palmarès 2020 de celui qui a également gagné le Starter il y a quelques semaines.

Mimas, lui, s'était déjà illustré avec une 4e place sur le Prime Time il y a deux semaines. Cette fois, celui qui a choisi comme pseudo un satellite de Saturne (mais préfère visiblement le format MTT aux "sats" lorsqu'il s'agit de poker) s'octroie l'XTREM pour banquer le plus gros gain de sa courte carrière sur Winamax (7 230 €), lui qui compte à peine 50 MTT joués sur notre site (du moins sous ce pseudo). L'efficacité avant tout...

XTASE 100 € - 545 inscriptions - Prizepool 44 050 €
Vainqueur : MonkaaS - 3 701 € + 4 899 €

XTREM 100 € - 362 inscriptions - Prizepool 32 580 €
Vainqueur : Mimas - 7 230 €

kitesurfboy a le vent en poupe

Jusqu'ici, ses plus grosses finales avaient été atteintes sur le Starter en 2020, sans oublier une 29e place dans la dernière 3 Million Week qui lui avait rapporté plus de 6 000 €. Cette fois, kitesurfboy a volé encore plus haut dans la brise du Prime Time, qu'il dompte pour un gain 10 245 €. Un tournoi dont E6yperoff est un spécialiste, avec déjà deux titres à son palmarès et une seconde place sur une édition à 100 000 € garantis en mars : mais ce dimanche, il a préféré se servir sur un plateau le Tea Time, ce qui lui permet de déguster un gain de 4 774 €. Et tiens, devinez qui a d'ailleurs déjà gagné cette épreuve cette année ? XeStriX23X, vainqueur cette fois du Flipper pour une récompense de 4 105 €, et,qui avait terminé 3e d'un event Wina Series en mai (pour plus de 9 000 €, une somme qui reste son plus gros gain ever sur Winamax).

_Onetime_, lui, a décidément bien choisi son pseudo : déjà gagnant du Sunday Surprise en janvier (et d'un safari au Kenya) ainsi que d'un tournoi Winamax Series en avril, il s'adjuge cette fois l'After Work pour un gain de 5 227 € après un deal à deux avec son dauphin Martin201908. JLA68, lui, s'était jusqu'ici contenté de places d'honneur sur des 2 Million Events : il encaisse son premier chèque à 4 chiffres (7 085 €) après avoir calmé La Fièvre ce dimanche, lui aussi après un arrangement avec ses deux derniers adversaires. Quant à Doublejoke54, il n'était pas là pour rigoler sur le tournoi Pour La Daronne, qu'il conclut à la première place pour un gain de 2 559 €. Non mais sans blague.

PRIME TIME 50 € - 2 321 inscriptions - Prizepool 104 445 €
Vainqueur : kitesurfboy - 6 507 € + 3 738 €

TEA TIME 20 € - 2 463 inscriptions - Prizepool 44 434 €
Vainqueur : E6yperoff - 2 701 € + 2 073 €

FLIPPER 20 € - 1 680 inscriptions - Prizepool 30 240 €
Vainqueur : XeStriX23X - 1 907 € + 2 198 €

AFTER WORK 20 € - 1 745 inscriptions - Prizepool 31 410 €
Vainqueur : _Onetime_ - 5 227 € (après deal)

LA FIEVRE 10 € - 6 159 inscriptions - Prizepool 50 608 €
Vainqueur : JLA68 - 7 085 € (après deal)

POUR LA DARONNE 5 € - 6 293 inscriptions - Prizepool 28 318 €
Vainqueur : Doublejoke54 - 1 542 € + 1 017 €

Le Top 5 nous offre toujours des "backdoors" d'anthologie, et celui de la semaine passée ne fait pas exception à la règle. Si vous aussi vous avez vécu le fameux "one-outer" sur la river, n'hésitez pas à nous envoyer la main en question sur multiplex@winamax.fr.

Les premiers hits de l'été


Vainqueur du Shooter à 10 € dimanche dernier, AA moment a passé la vitesse supérieure cette nuit en gagnant cette fois un tournoi à 50 €, le Rush Hour, pour un gain supérieur à 4 000 €. Succeeding a également été inspiré sur son choix de pseudo, puisque cet adepte des Expresso touche son plus gros gain en tournois sur Winamax (5 885 €) en s'adjugeant le Top 50. Une récompense près de deux fois supérieure à celle de PrinzOfDTO, titré dans le Go Fast après avoir notamment dominé le pro Winamax Borja Gross alias Timotyy en finale (5e). Mais qu'on se rassure : ce gros régulier de Winamax, vainqueur du Main Event en janvier pour près de 30 000 €, a déjà connu l'ivresse des gains à 5 chiffres...

BombaHumana n'a pas explosé en vol dans le Monster Stack à 20 €, tandis que ROYauMAX, malgré un re-entry, a bien boosté son taux de retour sur investissement sur Winamax en gagnant le Night Club pour plus de 3 000 € de gains. NZ Hero a lui eu besoin d'un deal pour bien assimiler le Digestif, alors que Project AYA a récolté une belle somme dans le Cocktail (1 996 €), de quoi faire un joli don à l'association éponyme. RicardVirink a gagné de quoi s'envoyer quelques petits jaunes en remportant la bataille Le sud Vs le reste du monde


Félicitations pour vos perfs' dominicales ! On vous souhaite autant de réussite cette semaine sur nos tables, notamment lors d'un Sunday Suprise anniversaire à ne pas manquer...

Tous les tournois Winamax

Les pages à suivre :

t @Winamax


in @Winamax


f Winamax


wtv Winamax TV


wtv Wam-Poker

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Flegmatic_
Reporter Winamax
Reporter Winamax


Inscrit le: 15 Avr 2015
Messages: 1338

MessagePosté le: 26/06/2020 13:48   Sujet du message: Répondre en citant Signaler un Abus

Votre week-end sur Winamax

Un Sunday Surprise à la portugaise, LeVietF0u en quête d'American Dream, un shot d'Expresso, un tour de grande roue gratos et des W rouges en live : l'été sera chaud dès ce week-end sur Winamax !

Porto l’authentique ou Lisbonne la bouillonnante ? Avec le Sunday Surprise, vous n’aurez pas à choisir entre les deux destinations phares du Portugal : elles sont toutes les deux au programme d’un road trip d’une semaine sur la route des vins au cœur de la vallée du Douro, entre traditions et modernité.

« Je n’ai à offrir que du sang, des larmes de la sueur. » Engagé depuis une semaine dans un défi risqué, Pierre Calamusa prend volontiers des accents Churchiliens. C’est que les voies des low-stakes peuvent être impénétrables, même pour un pro ayant brillé aux sommets high-stakes. Après cinq soirées de grind sur les MTT à 1 €, LeVietF0u n’a pas encore réussi à faire véritablement décoller sa bankroll, mais sa motivation (palpable), et son sens de la pédagogie (inégalé) lui attirent tous les suffrages sur notre chaîne YouTube. Il nous le démontrera encore ce week-end avec deux nouvelles sessions estampillées Make Your Bankroll Great Again, programmées vendredi et dimanche (à partir de 20h).

Approchez, approchez, n'ayez pas peur, installez-vous dans la grande roue du Super Freeroll ! Au programme ce dimanche à 21h, un nouveau Day 1 toujours aussi gratuit en forme de porte d'entrée pour le Day 2 du dimanche 30 août. Vous n'avez pas encore réussi à décrocher votre siège ? Alors n'hésitez pas à passer par les trois autres attractions que représentent les trois Stades de qualification, accessibles à tout moment. Peut-être même avez-vous un ou deux tickets qui traînent dans un coin de votre compte. Enjoy the ride!

Il vous a régalé ces dernières semaines de ses vidéos pédagogiques via la Poker School. Ce samedi dès 20 heures, vous pourrez le voir jouer sa session en direct et lui poser vos questions : habitué des caméras, des MTT les plus chers de notre grille et grand prêtre des interactions avec le chat, Aladin Reskallah se produira pour votre plus grand plaisir sous la bannière du Stream Gang, évidemment sur Winamax TV.

Plus qu’une grosse semaine avant de goûter aux plaisirs frais et sucrés des Summer Shots, la semaine de tournois low-stakes et bariolés de Winamax. En attendant, on se jette sur les Expresso Summer Shots à 4 €, qualificatifs pour le Main Event à 50 € du festival, doté d’un alléchant garanti de 200 000 €.

Le récit de la folle aventure de Romain Lewis sur le Main Event des WSOP 2019 se poursuit sur le blog du Team Winamax avec cette semaine la cinquième partie de ce fameux Vegas qui [lui] colle à la peau. Au moment de retrouver notre héros, il ne reste plus que deux heures à jouer sur le Day 4 et le meilleur reste à venir... Bonne lecture !




Du rab' de merguez et un volatile au top


En plus de savourer bien grillé un deuxième épisode surprise de Dans la Tête d'un Pro derrière l'épaule d'Ivan Deyra sur le 3 000 $ fullring des WSOP, pourquoi ne pas profiter de ce week-end pour l'agrémenter d'une volaille tendre et en pleine forme, servie sur la table du Battle Royale. Après tout cela, le digestif est offert par la maison, sous la forme d'un Top 5 pétillant et acidulé, à faire frétiller les papilles. Bon appétit, bonne chance et bon week-end sur Winamax !


Les pages à suivre :

t @Winamax


in @Winamax


f Winamax


wtv Winamax TV


wtv Wam-Poker

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Flegmatic_
Reporter Winamax
Reporter Winamax


Inscrit le: 15 Avr 2015
Messages: 1338

MessagePosté le: 25/06/2020 10:08   Sujet du message: Répondre en citant Signaler un Abus

Bet2P0ney galope sur la Trilogy

Le plus gros gagnant de la semaine, c'est lui ! Revivez sa course effrénée vers le titre en replay et découvrez les deux autres vainqueurs des éditions à 15 et 5 €.

550 000 € promis, 650 000 € distribués : je ne sais pas pour vous, mais vu d'ici, cette Trilogy ressemble à une affaire rondement menée ! Tous tournois confondus, vous êtes ainsi 48 788 à avoir tenté votre chance le long des onze Day 1 programmés entre dimanche et mardi, permettant aux trois épreuves à 5, 15 et 50 € de tranquillement dépasser leurs dotations garanties avec, à l'arrivée, une jolie cargaison de gains plutôt sympathiques pour tous les finalistes. Regardons cela d'un peu plus près.

Inutile d'aller farfouiller tout au fond de nos archives : avec 28 minutes au compteur, chrono en main, le Day 3 du Trilogy à 50 € est incontestablement le plus court de l'histoire de Winamax. Est-ce à dire qu'il ne fut qu'une promenade de santé pour son vainqueur Bet2P0ney ? Plutôt tout l'inverse ! Dans le clan des petits tapis au départ de la finale avec tout de même une trentaine de blindes, il a d'abord fait le dos rond avant de surgir de son enclos par dessus la haie après une bonne centaine de mains. Entre temps, Lo Britini (7e, 3 314 € + 860 € de bounties) et EARTHQUAKE-1 (6e, 4 640 € + 628 €) avaient déjà quitté la scène et le 5-handed durait depuis plus de 80 mains, à la faveur de nombreux double ups de short stacks.

Et puis, tout s'est accéléré en deux mains : d'abord avec le bad beat infligé par JeaNegreanu au short stack ninja UarCroissant (5e, 6 497 € + 1 557 €) puis sur un set up entre les Rois de Bet2P0ney et les 10 de Vidomina (4e, 9 096 € + 1 100 €). Alors largement en tête, notre jeune canasson n'allait plus lâcher la tête de course, galopant à bride abattue vers le titre, sans oublier de récupérer au passage le bounty d'un JeaNegreanu (3e, 12 734 € + 2 034 €) cripplé par Mararthur1. Avec un avantage de deux jetons contre un, moins de vingt mains lui suffisent pour couper la ligne d'arrivée en tête face à ce dernier, reparti du champ de course avec un peu plus de 20 000 € dans sa besace, de loin son meilleur gain chez nous. Quand à Bet2P0ney, il pouvait s'offrir un tour d'honneur bien mérité et profiter ensuite tranquillement du reste de sa soirée. Il n'est même pas 20h30 et il vient de s'adjuger l'un de nos plus beaux tournois de l'été, pour un total de 27 844 €, dont 10 000 € de primes. Allez, on file regarder le replay de sa finale, et pas au petit trot.

TRILOGY 50 € - 7 446 inscriptions - Prizepool 335 070 €
Vainqueur : Bet2P0ney - 17 829 € + 10 015 € (bounties)

DrOohLaLa n'en croit pas ses yeux, et pourtant le champion du Trilogy à 15 €, c'est bien lui ! En forme ces derniers temps avec deux sacres sur le Ring et un Monster Stack 10 € entre fin avril et mi-juin, il est d'un coup monté de plusieurs crans, s'extirpant d'un field de presque 15 000 entrants pour s'emparer des 10 624 € à la victoire, agrémentés de 4 204 € de bounties. Titré sur un Show One des Series à 10 € deux mois plus tôt, Jean_Trantoi n'a rien pu faire en heads-up, mais dépasse lui aussi les cinq chiffres, avec un chèque final de 12 028 €.

TRILOGY 15 € - 14 229 inscriptions - Prizepool 192 091 €
Vainqueur : DrOohLaLa - 10 624 € + 4 204 €

Day 3 un peu plus classique sur la version low stakes à 5 €, qui s'est achevée aux alentours de 23h30 avec le triomphe d'AlbarTis. Troisième du Sunday Surprise en septembre dernier pour un peu plus de 5 000 €, il est parvenu à améliorer cette marque grâce à une gagne à 7 727 €, dont près de 1 300 € en bounties. Multi-titré en mid stakes depuis le début de l'année (Tea Time, Booster, Monsters Stacks), Regby77 se contente cette fois d'une deuxième place mais améliore également son meilleur résultat en MTT en faisant gonfler sa bankroll de 6 813 €. Enfin, petite pensée à la prudente LaSuedoise92, cinquième pour 2 342 €, qui n'a réussi à mettre la main que sur... 17 € de primes. Même pas de quoi s'acheter un meuble Ikea.

TRILOGY 5 € - 27 113 inscriptions - Prizepool 122 008 €
Vainqueur : AlbarTis - 6 429 € + 1 298 €

La suite ? C'est déjà tout de suite... ou presque ! Si les Summer Shots ne débuteront que le dimanche 5 juillet prochain, pour une semaine de festival à petit prix et forte en variantes, vous pouvez d'ores et déjà tenter de vous qualifier pour le Main Event à 50 €, qui aura lieu lors de la soirée de clôture, le 12. Pour ce faire, vous connaissez le principe : rendez-vous en Expresso et pour la modique somme de 4 € ! Bonne chance à tous.

Les pages à suivre :

t @Winamax


in @Winamax


f Winamax


wtv Winamax TV


wtv Wam-Poker

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Flegmatic_
Reporter Winamax
Reporter Winamax


Inscrit le: 15 Avr 2015
Messages: 1338

MessagePosté le: 22/06/2020 14:41   Sujet du message: Répondre en citant Signaler un Abus

MTT : les résultats du 21 juin

Le premier jour de l'été a frappé de son empreinte une session dominicale marquée par un soupçon d'overlay mais n'a pas empêché les têtes connues de triompher. Laissez entrer le soleil estival de notre récap'.

En pleine floraison au printemps avec une victoire sur le Grand Tournament suivie d'une finale sur la 3 Million Week, HomoErectus a prouvé dimanche soir qu'il pouvait également resplendir le premier jour de l'été. Sur un tournoi radicalement différent des deux précités, il est de nouveau monté tout en haut de la chaîne de l'évolution, s'offrant, une fois n'est pas coutume, un Sunday Surprise qui a généré un petit peu d'overlay, pour un gain de 10 724 €. Et haut, il va d'ailleurs pouvoir le rester le temps d'une session de découverte du flyboard, dans le cadre d'un voyage d'une semaine autour du Bassin d'Arcachon. Bon vol !

SUNDAY SURPRISE 10 € - 7 038 inscriptions - Prizepool 70 000 €
Vainqueur : HomoErectus - 10 724 €

Julien fait monter la Stroposoz

Énorme casting sur le podium de ce Highroller dominical ! Tous trois top regs parmi les top regs, PlageNudiste, Alexandra G et Julien Stropoli se sont disputés un trophée à 18 390 €. Presque une évidence pour les deux premiers au départ de la finale, assez nettement au-dessus de leurs cinq adversaires avec les deux plus gros tapis ; beaucoup moins pour le troisième, qui ne détenait qu'une petite quinzaine de blindes. Pourtant, seulement 68 mains plus tard, le titre tombait entre les mains de Julien.Strop au terme d'une TF rondement menée. Dès la 14e, il se replaçait au sein de la tête de course en poussant vers la sortie Gerardo1979 (7e, 2 333 €), avant que PlageNudiste ne sorte Tenebrus (6e, 3 317 €) et YoSoyElPadre (4e, 6 622 €). Entre les deux, Alexandra G y était également allé de sa petite élimination en s'offrant le scalp de Frederic1102 (5e, 4 694 €).

Le coup décisif a lieu sur la 44e main, avec un 20/80 tournant à l'avantage de Julien face à PlageNudiste, qui allait ensuite être achevé par Alexandra, pour une médaille de bronze lui rapportant 9 321 €. De nouveau en position d'underdog, avec 36 blindes contre 63, Julien Stropoli n'a cependant aucun mal à renverser la vapeur lors du heads-up final, remportant la majorité des coups avant de sceller sa victoire sur un ultime lancer de pièce. Vainqueur d'à peu près tout ce que notre site compte de tournois high stakes, Alexandra G se contente cette fois d'une seconde place à 13 099 €. Lauréat d'un Championship estampillé Series en avril, le vainqueur du Battle of Malta 2018 ajoute une nouvelle ligne de choix à son palmarès online et 18 390 € à sa bankroll. Découvrez sa démonstration grâce au replay ci-dessous.

HIGHROLLER 250 € - 353 inscriptions - Prizepool 81 896 €
Vainqueur : Julien.Strop - 18 390 €

Déjà onze ans que Steve Savidan a quitté les terrains de football, mais Savigol lui, continue de scorer sur les tables de Winamax. Même si dans les faits, cette victoire sur le Battle Royale ressemble plus à la naissance d'un palmarès, et de quelle manière ! Non content d'avoir dribblé 558 adversaires pour 7 906 € après un retour rapide aux vestiaires pour changer de crampons, l'ancien serial buteur de Valenciennes et Caen a passé nombre de petits ponts, roulettes et autres virgules pour laisser quelques défenseurs à terre et ramasser sur son passage 8 193 € de prime de match. On lui souhaite maintenant une carrière sur les terrains verts plus longue et fructueuse que celle de son illustre modèle.

BATTLE ROYALE 200 € - 560 inscriptions - Prizepool 103 040 €
Vainqueur : Savigol - 7 906 € + 8 193 € (bounties)

Avec un bec aussi imposant, facile d'engranger 4 169 € de bounties pour aller avec les 4 162 € à la gagne de l'XTASE. Enfin, facile lorsque l'on s'appelle ToucanDan (semble-t-il un nouveau pseudo) et que l'on est capable de triompher de pointures comme Y a 2 pandas (6e, 1 116 € + 907 €), R.Carlos.6 (5e, 1 562 € + 230 €) ou encore _JeSuisFou_ (3e, 2 937 € + 471 €). Des têtes connues, il y en avait aussi en finale de l'XTREM, comme Don.danbury (4e, 2 134 €) et surtout flushgordon9, troisième pour 3 038 €, mais ils n'ont cette fois rien pu faire contre 0penYourMlnd, qui leur a offert une leçon d'ouverture d'esprit tout en encaissant un chèque de 6 076 €.

XTASE 100 € - 503 inscriptions - Prizepool 50 000 €
Vainqueur : ToucanDan - 4 162 € + 4 169 €

XTREM 100 € - 296 inscriptions - Prizepool 26 640 €
Vainqueur : 0penYourMInd - 6 076 €

MaPetiteAmie en Prime Time

Un Prime Time avec de l'overlay, même minime, ce n'est pas un spectacle auquel on peut assister tous les dimanches. Déjà lauréate de ce même tournoi il y a un peu plus d'un an, MaPetiteAmie (enfin pas vraiment la mienne) a su en profiter cette fois-ci, pour faire main basse sur les 6 547 € promis au vainqueur, tout en les agrémentant de 4 939 € de primes. Une performance de choix, comme le prouvent les 702 € de bounties "seulement" encaissés par le runner-up Broke_ANTEur qui va pouvoir retourner chiner dans les vide-greniers. Autre overlay exceptionnel recensé sur la Fièvre, qui a souri au succulent BluffOzOliv, rassasié à hauteur de 9 288 € suite à un deal conclu avec TORRES.PT (2e, 7 171 €).

À noter également dans cette section "mid stakes" le nouveau globe de cristal remporté par MFourcade88 sur le Tea Time, lourd de presque 5 000 €, alors que cosinus a fini par trouver le bon angle d'attaque pour rafler les 4 723 € à la gagne de l'After Work. Enfin, IloveTechno a fait "honneur" à la Fête de la Musique en explosant le compteur de décibels sur notre tournoi dédié qui a presque doublé sa dotation initiale de 10 000 € : il engrange plus de 2 000 €, bounties compris, et recevra bientôt chez lui un ensemble de deux enceintes Xboy Stereo Xoopar, histoire de prolonger la fête au-delà du 21 juin.

PRIME TIME 50 € - 2 185 inscriptions - Prizepool 100 000 €
Vainqueur : MaPetiteAmie - 6 547 € + 4 939 €

TEA TIME 20 € - 2 267 inscriptions - Prizepool 40 806 €
Vainqueur : MFourcade88 - 2 556 € + 2 439 €

FLIPPER 20 € - 1 436 inscriptions - Prizepool 25 848 €
Vainqueur : PunterHunter - 1 660 € + 1 472 €

AFTER WORK 20 € - 1 432 inscriptions - Prizepool 25 776 €
Vainqueur : cosinus - 4 723 €

LA FIEVRE 10 € - 6 159 inscriptions - Prizepool 60 000 €
Vainqueur : BluffOzOliv - 9 288 € (après deal)

POUR LA DARONNE 5 € - 5 632 inscriptions - Prizepool 30 000 €
Vainqueur : Zigom2.0 - 1 974 € + 649 €

FÊTE DE LA MUSIQUE 5 € - 4 225 inscriptions - Prizepool 19 012 €
Vainqueur : IloveTechno - 1 168 € + 919 €


Vous avez déjà vu un joueur remporter un coup avec un full dans l'un de nos Tops 5 hebdomadaires ? Nous non plus, et ce n'est pas cette 91e édition qui fera exception. On attend toujours vos mains les plus loufoques à l'adresse multiplex@winamax.fr.


L'été a bien commencé pour eux aussi


Coup de chapeau tout spécial aujourd'hui à ALOKAFRE, qui est parvenu à vaincre MAMARAZZI (3e, 1 395 € + 891 €) puis Nicolas alias Cap Haddock (2e, 1 828 € + 146 €) pour sortir vainqueur d'un Rush Hour de costauds. Ce coupeur de têtes de série en profite pour signer son meilleur résultat chez nous, sous la forme d'un titre à 3 404 €. De son côté, DiSanti a dépassé les 5 000 € sur le Top 50 alors qu'un rare deal à cinq (!) a marqué la fin du Cocktail, signé entre jumper69 (5e, 933 €), -Souilleuse- (4e, 1 186 €), Byron Love (3e, 1 326 €), Love Dublons (2e, 1 249 €) et Franckvegas1 (vainqueur, 1 411 €). À la vôtre !


Bravo à tous nos champions de dimanche, bonne chance aux tables cette semaine et rendez-vous lundi prochain !


Tous les tournois Winamax

Les pages à suivre :

t @Winamax


in @Winamax


f Winamax


wtv Winamax TV


wtv Wam-Poker

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Flegmatic_
Reporter Winamax
Reporter Winamax


Inscrit le: 15 Avr 2015
Messages: 1338

MessagePosté le: 19/06/2020 14:06   Sujet du message: Répondre en citant Signaler un Abus

Votre week-end sur Winamax

Une Trilogy musclée, un Sunday Surprise aérien, un VietF0u en campagne, le plus beau des tournois gratuits et un Génie en direct : commencez bien l'été ce week-end sur Winamax !

Les 3 Mousquetaires, les 2BE3, Riri, Fifi et Loulou, les Totally Spies : c'est bien connu, pour former une équipe de choc, il faut être trois. Ô coïncidence, c'est exactement le nombre de tournois que proposera à partir de dimanche la Trilogy ! Jusqu'à mardi (et en attendant le Day 3 mercredi soir), onze Day 1 vous attendent sur chacune des trois épreuves à 5 € (100 000 € garantis), 15 € (150 000 €) et 50 € (300 000 €) pour une dotation totale de 550 000 € minimum. C'est le moment de crever l'écran.

Vous voulez aller plus haut, croire encore à l'avenir ? Vous pensez que vous pouvez voler, disons quelque chose comme douze mètres au-dessus des flots ? Alors le Sunday Surprise de dimanche (20h30, 10 €, 70 000 € garantis) est exactement celui qu'il vous faut. Dans le cadre d'une semaine tous frais payés au luxueux Hôtel du Bain d'Arguin, vous aurez l'occasion d'imiter Franky Zapata Tony Stark le temps d'une séance de flyboard au coeur de la Baie d'Arcachon. Sinon, pour vous remettre de vos émotions, une randonée en jet-ski autour de l'île aux oiseaux et une petite séance de relaxation au spa, ça vous va ?

Pierre Calamusa, futur présidentiable ? En attendant 2022, LeVietF0u est déjà en campagne. Le pro du Team Winamax s’est ainsi donné un mois pour vous convaincre qu’il est possible de monter une bankroll en ne jouant que des MTT, à partir d’un capital de 100 €. Son slogan : Make your Bankroll Great Again ! Plusieurs engagements forts ont été pris afin de récolter vos suffrages : une transparence totale (ses sessions seront streamées sur WinamaxTV, ses comptes de campagne publiés jour après jour) et la parole donnée aux électeurs. Rendez-vous dès maintenant sur Wam-Poker pour pronostiquer la bankroll de Pierre et remporter des goodies et des euros !

Il est de retour pour rythmer votre été : le plus gros tournoi gratuit de l’année, le bien nommé Super Freeroll. Vérifiez votre compte : vous avez déjà reçu vos tickets pour vous jeter dans le premier échelon de la bataille. vous avez jusqu’au 23 août pour franchir les 4 étapes avant la finale !

Attention, vous n'êtes pas prêts : jusqu'au 17 juillet, c'est un mois 100% Team Pro Winamax qui s'avance sur Winamax TV ! Pour lancer le bal de ce grand défilé qui verra passer devant la caméra Gaëlle Baumann, Adrien Delmas, Romain Lewis, Guillaume Diaz, Aladin Reskallah, Ivan Deyra ou encore Léo Lombardozzi, qui de mieux que leur mentor à tous (ou presque), le Génie Davidi Kitai. Entre deux sessions de Pierre Calamusa, Kitbul fera parler sa science du MTT samedi soir, à partir de 20 heures. Nul besoin de vous préciser de réserver votre soirée, on sait que c'est déjà fait.

Qu'on l'aime ou qu'on la déteste, ou tout simplement qu'on aime la détester, la Fête de la Musique a au moins le mérite de célébrer un double événement dont on ne se lasse pas : le jour le plus long de l'année et le début de l'été. Parce que nous aussi on aime marquer le coup, on vous propose à 20h15 ce dimanche 21 juin, un tournoi dédié à 5 €, garantissant 10 000 € ainsi qu'une enceinte Bluetooth pour ses sept finalistes. En guise de privilège, le futur vainqueur aura le droit d'en recevoir deux pour passer ses sons préférés en stéréo où qu'il soit. Parce que ne nous mentons pas : pour nous, la Fête de la Musique, c'est tous les jours.

Ça bouge au sein de l'univers des Gangs Guns&Glory ! Parce que vous étiez trop nombreux à végéter au Niveau 30, dernière frontière du classement général, nous en avons ajouté 15 supplémentaires, avec en plus de tout nouveaux blasons pour aller avec. Vous en voulez encore ? Alors le barème des points des Battles hebdomadaires aussi a été revu et corrigé, pour vous permettre d'engranger encore plus vite les points d'honneur. Ressortez les poings américains, les battes à clous et autres cannes-épées : la guerre des Gangs est relancée !

Pour faire face du mieux possible à cette situation si particulière qui ébranle la Terre entière depuis de longs mois, Borja Gross a puisé dans son expérience et sa méthodologie de joueur professionnel pour en tirer plusieurs leçons de vie. Le poker comme boussole : notre recommandation lecture pour ce week-end.




Video killed the radio stars


Alors qu'Ivan Deyra subit ses premières turbulences devant les caméras de Dans la Tête d'un Pro sur le 3 000 $ fullring des WSOP, Aladin Reskallah vous donne une nouvelle série d'exercices à appliquer pour devenir un As des MTT. Pendant ce temps, le Top 5 continue de faire ce qu'il sait faire de mieux : nous surprendre et nous catastropher avec des mains toujours plus improbables.

Bonne chance à tous et bon week-end sur Winamax !


Les pages à suivre :

t @Winamax


in @Winamax


f Winamax


wtv Winamax TV


wtv Wam-Poker

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Flegmatic_
Reporter Winamax
Reporter Winamax


Inscrit le: 15 Avr 2015
Messages: 1338

MessagePosté le: 15/06/2020 14:20   Sujet du message: Répondre en citant Signaler un Abus

MTT : les résultats du 14 juin

Un Sunday Funday à plus d'un million d'euros et une victoire surprise au fil de l'eau furent les temps forts de cette session dominicale, avec en bonus une finale de Grand Tournament à découvrir en replay.

Il s'agit sans conteste d'une première : la barre du million d'euros a été dépassée pour cette dernière édition en date du Sunday Funday ! Précisons tout de même un détail qui a son importance : pour la première fois, un quatrième tournoi avait transformé le trio magique Highroller/Battle Royale/Prime Time en quatuor, et non des moindres, puisqu'il s'agissait du Grand Tournament, au prix d'entrée abaissé pour l'occasion de 1 000 à 500 €.

À un prix pareil, les "top regs" de notre room s'en sont donnés à coeur joie, se réunissant à plus de 560 pour faire passer la dotation garantie de 150 000 € à 267 430 € ! Dans un contexte pareil, les astres étaient alignés pour qu'une tête connue finisse par l'emporter et ce fut le cas avec la victoire de flushgordon9 (Ah-ah!). Titré sur le Main Event en décembre dernier et détenteur d'un titre Winamax Series, il ajoute à son palmarès l'une de nos épreuves les plus convoitées après ce que notre ancien consultant NBA sur Winamax TV Jacques Monclar aurait sans doute qualifié de "match de traînard". En clair, et pour ceux qui ne seraient pas très branchés basket, il a majoritairement fait la course derrière le long des 211 mains d'une finale qui s'est achevée à 5h10 du matin, se montrant d'abord très discret avant d'éliminer l'autre régulier FroschFeind (6e, 5 149 € + 2 221 €).

C'est ensuite en spectateur qu'il assiste à l'élimination de oliswingerz (5e, 7 259 € + 1 116 €) par Astico76, pour mieux reprendre du poil de la bête en remportant un lancer de pièce crucial contre directrelief, qui tombe alors à 12 blindes. Une situation précaire de laquelle ce dernier s'extrait rapidement, en sortant en deux temps Totality (4e, 10 212 € + 4 606 €). Remonté à 30 blindes, il entame alors une formidable remontée, remportant la majorité des coups pour se poser en incontestable chipleader.

Pendant ce temps, cripplé à moins de 10 BB, flushgordon9 revient une énième fois dans la course, grâce à un double up suivi par l'élimination d'Astico76 (3e, 14 347 € + 2 511 €). Légèrement derrière d'une dizaine de blindes, il faut moins de 25 mains à flush pour renverser la vapeur et s'emparer des 20 137 € à la gagne, agrémentés de 22 645 € de bounties. Pour son 45e tournoi chez nous seulement (ou du moins sous ce pseudo), directrelief repart de son côté avec un joli chèque de 27 327 €. On vous laisse apprécier cette finale haute en couleurs avec le replayer ci-dessous.

GRAND TOURNAMENT 500 € - 569 inscriptions - Prizepool 267 430 €
Vainqueur : flushgordon9 - 20 137 € + 22 645 € (bounties)

Ils étaient venus, ils étaient tous là dimanche soir sur le Highroller pour assister à une nouvelle impressionnante prestation scénique du grand C. Aznavour. Au terme d'une finale où nous n'avons pas reconnu grand-monde et qui s'est achevée exactement en même temps que celle du Grand Tournament, l'homme aux plus de 70 ans de carrière est allé s'emparer du disque de diamant pour un montant de 43 286 €. De quoi vivre un peu plus que la vie de bohème et pourquoi pas s'envoler au pays des merveilles.

HIGHROLLER 125 € - 2 095 inscriptions - Prizepool 238 830 €
Vainqueur : C. Aznavour - 43 286 €




Comme souvent, la palme de la plus grosse dotation et du tournoi le plus long de la soirée est revenue au Battle Royale, qui est passé à seulement quatre entrées de dépasser les 300 000 €. FoolYouTwice lui, n'en a eu besoin que d'une pour transformer son billet de 100 € en mirobolant gain de 31 888 €, dont 13 233 engrangés en tant que primes d'éliminations. Pas mal pour un joueur à qui nous ne connaissions jusque-là aucune référence. Sur son chemin, il s'est notamment défait d'un certain SeptGeckos, plus connu sous son ancien pseudo de pulsar83, l'ami Jean-Robert Autran. Vaincu au pied du podium, il s'est offert un total de 12 537 € qui semblait le contenter amplement. GG !

BATTLE ROYALE 100 € - 3 331 inscriptions - Prizepool 299 790 €
Vainqueur : FoolYouTwice - 18 655 € + 13 233 €

Enfin, bouclons cette partie Sunday Funday avec une dernière énorme perf' signée Lufky, qui a multiplié par 863 son investissement initial de 25 € sur le Prime Time, pour encaisser un jackpot de 21 583 €, après avoir signé un joli carnage bon pour 8 661 € de bounties. Même ACTIONFREAAK, croisé la semaine dernière en finale du Main Event, et quatrième pour 7 611 €, n'a rien pu faire.

PRIME TIME 25 € - 10 179 inscriptions - Prizepool 229 027 €
Vainqueur : Lufky - 12 922 € + 8 661 €

Anais bientôt sur les berges

Une semaine à six entre amis sur une péniche voguant au fil du Canal du Midi. On ne va pas se mentir : après de longs mois de confinement à la maison, on en rêve tous. Mais lors des prochaines semaines, il y en a un(e) seul(e) qui va pouvoir en profiter avec cinq de ses potes et c'est Anais Bergue, vainqueur d'un Sunday Surprise au fort accent chantant du sud-ouest. Peut-être même que cette joyeuse troupe va pouvoir profiter d'une partie des 12 156 € glanés en même temps après presque sept heures de lutte. Bonne croisière !

SUNDAY SURPRISE 10 € - 9 117 inscriptions - Prizepool 82 053 €
Vainqueur : Anais Bergue - 12 156 €

Une extrême extase

Ladouceiris vainqueur de l'XTASE : difficile de trouver une victoire plus apaisante que celle-ci. Mais apaisante sur le papier seulement puisque dans le même temps, la championne n'a pas fait dans la dentelle, faisant mieux que doubler les 4 110 € à la gagne avec 4 528 € de primes. Le runner-up c00LAnDeAdLy en sait quelque chose, lui qui n'a touché "que" 892 € de bounties. Sur l'autre tournoi en X de notre grille, saluons également le sacre de Pipeplaster pour 8 414 €, pour accompagner sur le manteau de sa cheminée ses nombreux trophées remportés sur le Highroller, le Battle Royale, le Top 50 ou l'XTASE.

XTASE 100 € - 622 inscriptions - Prizepool 55 980 €
Vainqueur : ladouceiris - 4 110 € + 4 528 €

XTREM 100 € - 431 inscriptions - Prizepool 38 790 €
Vainqueur : Pipeplaster - 8 414 €

Habillés pour la nuit

Remporter le Tea Time en pyjama, c'est possible, comme vient de le prouver n1ghtclothez. Dans la tenue la plus confortable qui soit, il a glissé 3 276 € sous son oreiller, tout en garnissant son matelas de 2 218 € de primes. Dans un tout autre ordre d'idée, Bar-AK-frite va pouvoir commencer à financer l'ouverture de son food truck avec les 3 654 € remportés sur le Flipper, tandis que Artem.dnep s'est offert un bon petit After Work à 5 677 €. N'oublions pas enfin l'un des rares deals de la soirée, signé sur la Fièvre entre GNT777X et Kan Abyss. Tous deux passés par la case re-entry en début de tournoi, ils n'ont pas eu à regretter leur décision pour avoir renfloué leur bankroll de respectivement 10 268 et 8 989 €.

TEA TIME 20 € - 2 938 inscriptions - Prizepool 52 884 €
Vainqueur : n1ghtclothez - 3 276 € + 2 218 €

FLIPPER 20 € - 1 768 inscriptions - Prizepool 31 824 €
Vainqueur : Bar-AK-frite - 2 018 € + 1 636 €

AFTER WORK 20 € - 1 744 inscriptions - Prizepool 31 392 €
Vainqueur : Artem.dnep - 5 677 €

LA FIEVRE 10 € - 7 800 inscriptions - Prizepool 70 200 €
Vainqueur : GNT777X - 10 268 € (après deal)

POUR LA DARONNE 5 € - 7 576 inscriptions - Prizepool 34 092 €
Vainqueur : Ch1nCh1ll0 - 1 915 € + 929 €


Quatre couleurs floppées sur la même main et un all-in préflop à 680 000 € se partagent les premières places de la 90e édition de notre Top 5 hebdomadaire. On attend les vôtres à multiplex@winamax.fr.


Here he goes again

Comment lui résister ? Troisième du Flipper pour un peu plus de 2 100 €, Mamma Mia est venu fredonner son petit air sur le Rush Hour, décrochant en un peu plus de trois heures une victoire à 5 651 €, dont plus de la moitié collectés en tant que bounties. Joli coup de filet également pour VincentHanna, qui a fait monté la température sur le Cocktail, coffré pour 2 455 € après avoir serré la main de son dernier adversaire Kitboule-Ev (2e, 2 260 €). Un pareil arrangement qui a aussi profité à Mindset.pGm et DTMWICND sur le Top 50, grimpés tout en haut des charts pour respectivement 5 739 et 5 116 €. Quant au reste des principaux résultats de la soirée, il se savoure à travers le tableau ci-dessous.


Bravo à tous nos champions de dimanche, bonne chance aux tables cette semaine et rendez-vous lundi prochain !


Tous les tournois Winamax

Les pages à suivre :

t @Winamax


in @Winamax


f Winamax


wtv Winamax TV


wtv Wam-Poker

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Flegmatic_
Reporter Winamax
Reporter Winamax


Inscrit le: 15 Avr 2015
Messages: 1338

MessagePosté le: 10/06/2020 10:32   Sujet du message: Répondre en citant Signaler un Abus

Victoire polémique pour Controversyy

Revivre en replay une victoire à plus de 40 000 € sur un Main Event qui a tranquillement dépassé les 400 000 € de prizepool, avec un Champion de Main Event WSOP en finale, ça vous dit ?

Vous avez aimé le Main Event soldé à 50 € de la semaine passée ? Il faut croire que vous avez encore plus adoré celui de cette semaine, exceptionnellement disputé dans le format le plus populaire de notre grille, le 6-max Knockout. Avec près de 3 700 entrées au compteur, vous avez réussi à plus que doubler une dotation garantie elle-même déjà multipliée par deux par rapport aux éditions classiques, pour la faire culminer à 419 520 € ! Preuve que notre historique tournoi flight hebdomadaire continue de séduire le plus grand monde.

Mais vous connaissez la règle : à la fin, il ne peut y avoir qu'un seul vainqueur. Et avec 499 prétendants sur la ligne de départ du Day 2 mardi soir, la compétition fut féroce jusqu'à 3h45 du matin, jusqu'à un duel final indécis tout du long. Sauf qu'avant d'en arriver là, encore fallait-il se faire une place de choix sur la dernière table et parvenir à y extraire son épingle du lot. Au moment de la réunification à sept, un joueur semblait en mesure de dicter sa loi aux six autres : le régulier PascalBrutal, récent runner-up du Grand Tournament et large chipleader du haut de ses 80 blindes, soit 30 de plus que son poursuivant direct xXrOkYXx. Au bout de très exactement 13 mains d'une TF démarrée tambour battant, ce dernier se chargeait de la première élimination, sortant LAFAMILY (7e, 4 786 € + 1 482 € de bounties) après que celui-ci a fait doubler le vainqueur du Main Event des WSOP-Europe de 2017 Martí Roca de Torres, alias ToxicBets. De quoi rééquilibrer les débats, avec cinq joueurs sur six au-dessus de la barre des 10 millions de jetons.




Il faut ainsi attendre la 36e main pour voir une nouvelle élimination, celle de xXrOkYXx (6e, 6 751 € + 4 258 €), tombé dans le piège tendu par PascalBrutal, qui en profite pour asseoir sa domination, en plus de se constituer un bounty conséquent. Il ne savait pas encore qu'il s'agissait du dernier qu'il allait collecter. Car une fois ACTIONFREAAK sorti en deux temps par ToxicBets (5e, 9 051 € + 1 339 €), ce fut au tour de ce dernier de s'avouer vaincu, sur un énorme lancer de pièce perdu contre 5banki. En streaming sur Twitch et alors qu'il avait commencé le Day 2 avec 11 BB, Martí termine donc sa belle aventure au pied du podium, pour un chèque total de 15 200 €.

À ce stade de notre article, vous noterez qu'un joueur n'a pas encore eu le droit d'avoir son pseudo cité en dehors du titre, et pour cause. Alors que le field est passé de sept à trois joueurs, Controversyy n'a fait grossir son tapis que d'un petit million de jetons, se contentant de rester discret, jouant les quelques mains potables que l'on voulait bien lui donner. Dos au mur avec 20 blindes et un tapis bien inférieur à ses deux derniers adversaires, il se réveille alors enfin, doublant contre PascalBrutal avant de le sortir un peu plus tard (3e, 18 743 € + 6 802 €) sur ce qui s'apparente à un setup. Parfait pour attaquer le heads-up final à égalité presque parfaite avec 5banki. Malmené, Controversyy inverse finalement la tendance sur un classique lancer de pièce, avant de finir le travail quatre mains plus tard.

Régulier des tournois entre 10 et 50 €, avec des succès sur la Fièvre, le Flipper, le Money Time et un titre K.O. Battles, 5banki fait grimper son nouveau meilleur résultat à 29 095 € tandis que Controversyy pulvérise également le sien. Sans aucun titre de référence chez nous mais finaliste de tournois de renoms comme Pour la Daronne, la Fièvre ou le Big Bang, il s'est offert 13 955 € de bounties pour compléter les 26 293 € à la gagne et atteindre 40 246 € de gains. Félicitations ! Découvrez son parcours sans faute via le replayer ci-dessous.

Main Event 200k 6-max K.O. du 7/8/9 juin
3 680 entrées - Prizepool : 419 520 €


Classement complet du Main Event

Après deux semaines de folie et de promotions spéciales en tous genres, le Main Event au format traditionnel doté de 100 000 € reprendra ses droits à partir de ce dimanche. Vous rêvez d'imiter nos derniers champions en date ? Tentez de vous qualifier toute la semaine pour décrocher votre ticket à 125 €. Le Day 1A démarre à 16h et s'en suivront les Days 1B (dimanche à 21h), 1C (lundi à 21h) et Day 1D au format turbo (mardi à 18h30), avant la dernière ligne droite, le Day 2 qui se jouera mardi à 21h.

Le Main Event sur Winamax

Les pages à suivre :

t @Winamax


in @Winamax


f Winamax


wtv Winamax TV


wtv Wam-Poker

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Flegmatic_
Reporter Winamax
Reporter Winamax


Inscrit le: 15 Avr 2015
Messages: 1338

MessagePosté le: 09/06/2020 09:37   Sujet du message: Répondre en citant Signaler un Abus

Expresso 1 Million : nuit de folie pour GayFrenchGuy

La 15e table à un million d'euros est tombée dans la nuit de lundi à mardi et notre W rouge Borja Gross était encore dans le coup ! 10 mains pour un jackpot, à découvrir sans plus tarder.

Vous faisiez quoi vous la nuit dernière à 3h52 du matin ? Eh bien pendant que vous dormiez du sommeil du juste ou rêviez de décrocher le gros lot sur Winamax ou ailleurs, trois petits veinards ont eu la chance de voir apparaître une certaine table aux parures d'or après avoir lancé un énième Expresso Nitro à 250 €. Vous savez, cette fameuse table avec six zéros qui était déjà tombée quatre fois cette année, assurant à ses trois participants de se partager un million d'euros.

C'est bon, vous êtes bien assis ? Tant mieux, puisque parmi les prétendants au premier prix gargantuesque de 800 000 € figure un homme qui s'était déjà retrouvé deux fois en pareille position, terminant d'abord troisième avant de décrocher la timbale quelques jours plus tard. Cet homme, vous l'avez reconnu puisqu'il porte un W rouge sur sa poitrine depuis près de six mois : le Top Shark espagnol Borja Gross alias Timotyy. On sait le Malaguène hyperactif sur nos Sit&Go Ultra Turbo les plus chers et le voici récompensé de son volume démentiel par une troisième table à un million : tout bonnement inédit ! Malheureusement pour lui, l'Andalou n'a pas réussi à imiter Tite-Bouille, auteur d'un doublé à 1,6 million en moins de six semaines entre mars et avril (voir plus bas).

Opposé à GayFrenchGuy et Ursula60, Borja n'a tenu que trois petites mains, le temps d'envoyer son tapis avec 5Carreau4Carreau, que n'a été que trop heureux de payer le premier avec son KPiqueQPique. C'est paradoxalement ce qui ressort de cette courte partie d'exactement dix mains : une confrontation entre habitués décorrelée de toute considération pécunière. Tout le monde semble avoir joué cette proverbiale "table d'une vie" comme s'il s'agissait d'un vulgaire x2. Comment expliquer autrement le shove de GayFrenchGuy dès la première main avec un maigre Roi-2 offsuit ? Qu'il joue pour 200, 500 ou 800 000 €, un bon joueur d'Expresso high stakes (et a fortiori en Nitro) se doit de respecter sa stratégie, de continuer à réfléchir en termes de ranges et de prendre la décision qui rapporte le plus sur le long terme. Quitte parfois à choquer l'observateur novice.

À ce petit jeu d'agressivité outrancière préflop, mieux vaut recevoir l'aide du croupier. Après avoir mis notre Pro hors d'état de nuire (le laissant tout de même enrichir sa cagnotte personnelle déjà bien garnie de 80 000 € supplémentaires), ce fan de Joe Exotic a pu enchaîner avec des mains qui s'apparentent à des premiums dans ce type de situation. À l'inverse, Ursula60 s'est retrouvé bien vite dépourvu et a rendu les armes avec la meilleure main qu'il a reçu sur ce faible échantillon : Roi-7 dépareillé. Sans rien faire ou presque, il est reparti (se coucher ?) avec un chèque de 120 000 € que beaucoup regarderaient avec des yeux envieux. Intouchable sur cet Expresso, parti à tapis à chaque fois en étant devant sans jamais passer derrière, GayFrenchGuy encaisse de son côté le plus gros gain possible sur Winamax : 800 000 €. Ça fait combien en tigres du Bengale ?

Expresso 100 € ou 250 € - Jackpots à 1 million d'euros
800 000 € pour le vainqueur

Tout un mois sans un Expresso à un million, cela commençait à faire long non ? Après l'improbable back to back de Tite-bouille, GayFrenchGuy devient ainsi le quatorzième joueur unique à faire sauter la banque. De quoi faire monter à cinq le compteur pour 2020, soit autant qu'en 2019... mais avec encore six mois à venir pour faire tomber le record. Comme diraient nos collègues traders en paris sportifs : la cote est grisée.

Expresso 1 Million : l'intégrale

Octobre 2015 : lele7669
Décembre 2016 : mojnmojn
Janvier 2017 : Numero23
Septembre 2017 : KillAllPanda
Mai 2018 : ggwpsirbai
Janvier 2019 : Armando13700
Septembre 2019 : Mes amis (Expresso Nitro)
Octobre 2019 : Mr NeverTilt
Novembre 2019 : S0Rigged
Novembre 2019 : Knuckl3s
Mars 2020 : Tite-bouille (Expresso Nitro)
Mars 2020 : Timotyy (Expresso Nitro)
Avril 2020 : kelly59242 (Expresso Nitro)
Avril 2020 : Tite-bouille (Expresso Nitro)
Juin 2020 : GayFrenchGuy (Expresso Nitro)

Les pages à suivre :

t @Winamax


in @Winamax


f Winamax


wtv Winamax TV


wtv Wam-Poker

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Flegmatic_
Reporter Winamax
Reporter Winamax


Inscrit le: 15 Avr 2015
Messages: 1338

MessagePosté le: 08/06/2020 13:01   Sujet du message: Répondre en citant Signaler un Abus

[Interview] Michaël Abiteboul : portrait du (plus tout à fait) jeune homme en feu

Acteur dévoué et joueur exalté, ce nouveau venu parmi nos WIP s'est livré au difficile exercice du double entretien poker et cinéma, avec plaisir, sans peur et sans tilt.

Faut pas pousser Mémé dans les orties (crédit photo James Weston).

Pour tous ceux qui ont dévoré Le Bureau des Légendes, il est le Mémé de l'excellente série d'Éric Rochant. Pour d'autres, il est Cédric, l'un des membres de l'étonnante et déjantée bande des Crevettes Pailletées. Pour beaucoup sûrement, il est cette tronche de cinéma que l'on repère vite au deuxième plan, en essayant de se rappeler où on a pu la croiser. Second rôle endurci le long d'une carrière théâtrale, cinématographique et télévisuelle qui s'étend maintenant sur plus de vingt ans, et fraîche recrue au sein de notre écurie des WIP (Winamax Important People), Michaël Abiteboul est avant tout un passionné doublé d'un grand curieux, qui s'investit pleinement dans tout ce qu'il fait. Rencontre avec un acteur (et futur producteur ?) qui assume parfaitement son (second) rôle, mais sans jamais faire de la figuration.

Bonjour Michaël ! Commençons par LA question que tout le monde se pose : tu joues sous quel pseudo sur Winamax ?

Snowball. Je sais que ce n'est forcément un nom qui inspire la terreur et le respect mais c'est mon pseudo de gamer depuis longtemps. Ça date du temps où je jouais à WarCraft. Et c'est l'un des Warriors dans le film du même nom de Walter Hill (NDLR : Les Guerriers de la nuit en V.F.).

La rencontre avec le poker s'est faite à quel moment ?

On a commencé à jouer avec des copains autour de 2004. Il y avait un premier mini-boom du poker à peu près à ce moment-là. Ça s'est fait naturellement puisque j'ai toujours aimé les jeux de plateaux et bien sûr, jouer avec mes potes. En revanche, sur Internet ça me paraissait beaucoup plus obscur. Et puis ces dernières années, j'ai quand même eu envie de progresser, d'étudier le jeu plus en profondeur, d'être moins en dilettante. Il y a une science derrière le poker, d'ailleurs quand j'entends des phrases du style "Moi, je joue à l'instinct," ça me fait toujours marrer.

Le confinement a aidé dans ce sens ?

Complètement. On se faisait environ deux tournois privés par semaine sur Wina avec mon groupe habituel, à savoir un ami auteur/producteur et des amis d'enfance à lui (des gens qui ne sont pas forcément tous dans le cinéma)... mais je me faisais dégager assez vite ! Les mecs sont des machines de guerre, ils jouent trop bien pour moi, et c'était déjà le cas à l'époque où on se retrouvait en live. Alors face à ça, je me suis plongé dans des livres, des vidéos, notamment celles de la Poker School et les Dans la Tête d'un Pro. Et puis il y a un bouquin qui me passionne en ce moment, je le dévore, ça s'appelle Le poker au-delà du hasard, c'est une histoire romancée, construite comme une fiction, mais qui est en même temps assez technique [NDLR : signé de l'excellent Alexis Beuve, aussi auteur du premier vrai bon livre de poker en Français, L'illusion du hasard]. Le livre suit le trajet d'un joueur confirmé qui en rencontre trois autres dans un cercle de jeu. Ils sont bien meilleurs que lui mais décident en quelque sorte de "l'épargner" et même de débriefer avec lui leur partie, en démontant pas mal de ses arguments et de ses idées reçues. Là-dessus, il vont ensuite lui proposer de lui apprendre chacun leur style de poker (grossièrement mathématique, risqué et psychologique), dans une sorte d'association qui rappelle un peu celle des Trois Mousquetaires avec d'Artagnan. À partir de là, le défi pour le héros sera de les battre un à un.

Quand tu sautes à la bulle d'un Double or Nothing.

Parfaite transition pour te demander quel type de joueur tu es, toi.

En ce moment je joue plus safe. J'essaie de plus comprendre la table, analyser la dynamique, le temps d'avancer de mon côté sur la maîtrise du jeu. D'ailleurs, en parlant de progression, j'ai fini par comprendre que le bluff ne sert pas à grand-chose, que l'on peut jouer au maximum sur les erreurs de ses adversaires. Et je connais moi-même très bien ce fameux moment de frustration où tu lâches le bon vieux "Pfff, put*** !" En tout cas une chose est sûre, je n'ai jamais autant joué que pendant le confinement. Je me suis pris de passion dernièrement pour les Double or Nothing. Se maintenir en vie sans chercher la gagne à tout prix, ça me parle. À l'inverse, sur les tournois, ce n'est pas fameux. J'ai un problème avec la durée, je préfère les formats courts. Mais globalement, il y a un vrai côté ludique sur Winamax qui me plaît beaucoup.

Et alors, des perfs à célébrer pendant ce confinement ?

Eh bien oui, j'ai gagné le Tea Time et j'ai fait troisième de La Fièvre ! Enfin ça, c'est dans mon pays imaginaire. [Rires] Au risque de décevoir... rien du tout ! Pourtant j'aurais adoré te répondre autre chose. Cela va prendre un peu de temps, mais j'ai envie de passer à un poker plus sérieux, plus travaillé. Mais ça ne me fait pas peur de m'y mettre maintenant : je viens de commencer la guitare, c'est dire !

Est-ce qu'il n'y aurait pas un parallèle à dresser entre le joueur de poker et l'acteur, notamment concernant le comportement à table, jouer à être quelqu'un d'autre ?

Au poker, il faut maîtriser ses nerfs et son image. Jouer au poker avec des acteurs peut être très marrant et/ou très éprouvant. Ça bluffe beaucoup, ça met des coups de pressions et il peut y avoir beaucoup de parlotte, d'enfume. C'est marrant mais ça peut brouiller une partie. Cela dépend aussi beaucoup contre qui tu joues : certains restent en représentation tout le temps, que ce soit à la table ou ailleurs. Je me dis parfois que cela doit être assez épuisant.

Le roi de la classe, style le grand playboy des fonds-marins.

Pendant presque trois mois, comme beaucoup d'autres, l'industrie cinématographique s'est arrêtée. Qu'est-ce que ça fait un acteur au chômage technique pendant tout ce temps ?

Pour être honnête, je me suis surtout employé à ne rien faire ! Un événement dans la journée, quel qu'il soit, c'était le climax. Plus sérieusement, j'ai aussi passé beaucoup de temps avec mon fils et c'était génial. Et pour le reste, j'ai fait comme beaucoup de gens : j'ai rangé, j'ai lu, j'ai regardé des films, j'ai fait de la guitare et j'ai joué au poker. Cela m'a quand même permis d'avancer sur un projet que je mûris depuis un an avec un de mes frères : monter notre boîte de production pour y développer des films et des séries. Au fil des années, à force de jouer, j'ai commencé à m'intéresser aussi à tout ce qui se passait hors-champ, de toute l'industrie autour qui permet à un moment précis de réunir un, deux ou plusieurs acteurs devant une caméra et, dans ce moment suspendu, de donner l'illusion du réel. Quand on y réfléchit deux secondes, c'est fou ce qu'il faut réunir de talents extrêmement pointus pour que les acteurs puissent "jouer" et oublier justement toute cette infrastructure qui les entoure. Chaque film nécessite des mois voire des années de préparation. Alors oui, j'adore jouer et j'adore mon métier d'acteur mais j'ai aussi envie d'accompagner un projet d'un bout à l'autre. Des premières lignes d'écriture jusqu'à la dernière retouche en post-production. Dans l'ensemble, j'ai l'impression qu'autour de moi, beaucoup de personnes ont pris le temps de remettre des choses en question sur leur vie. On a été obligé de prendre notre temps, de nous mettre sur pause, de réfléchir à nos envies, ce que l'on ne fait jamais ou en tout cas rarement en général. Je ne serai pas étonné de voir prochainement des changements de cap radicaux dans les vies de certaines personnes.

Maintenant que la situation semble évoluer dans le bon sens et que s'amorce un début de retour à la normale, quels sont tes projets pour le reste de l'année ?

Pour commencer, je dois reprendre fin juin un tournage qui a été interrompu mi-mars. Il s'agit de l'adaptation en fiction de l'Affaire Grégory Villemin, sous la forme d'une série pour TF1 qui s'appellera Une Affaire française. C'est un projet que je trouve très enthousiasmant, ambitieux et qui va porter un autre regard sur cette terrible histoire qui continue aujourd'hui de passionner et interroger les Français. On devait le terminer en mai, j'imagine que la fin s'annonce désormais plutôt pour septembre. En revanche, je n'ai pas encore beaucoup de visibilité sur le reste de l'été. Je serai au théâtre en décembre, au Rond-Point, pour The Normal Heart de Larry Kramer (le fondateur d'ACT UP, décédé récemment), une pièce en grande partie autobiographique qui raconte la montée en puissance du SIDA à New York dans les années 1980 et le combat de Ned Week, un écrivain activiste qui est un peu l'alter ego de Kramer. J'y jouerai Ben, le frère de Ned, joué lui par Dimitri Storoge, dans une mise en scène de Virginie de Clausade. Je suis hyper heureux de revenir au théâtre avec cette pièce. J'ai une formation classique et pendant mes 10-12 premières années dans le métier, c'est là où je me produisais principalement. Le cinéma et la télévision sont venus plus tard et je crois qu'il est bon de revenir régulièrement aux bases de notre métier, à savoir le jeu sur un plateau face à un public. Sans filet, sans deuxième prise, sans montage. Le jour d'une première, on a souvent la même sensation que l'on doit avoir dans un manège à sensation de fête foraine : "Mais bordel comment j'ai pu dire oui et me retrouver là ?" Et puis passé cette première fois, on en redemande !

Parmi la dernière vague en date de mesures qui ont été annoncées par le Premier Ministre figure la réouverture des cinémas le 22 juin. Qu'est-ce que ça t'inspire ? Les salles t'ont manqué ?

Ça m'a vachement manqué ! Avec mon fils on adore se lever tôt et partir en vélo ou en skate pour assister aux séances du matin au MK2 Bibliothèque. Et c'est ce qu'on fera, peut-être dès le 22 ou le 23, symboliquement. En tout cas ce sera un réél plaisir d'y retourner et d'y acheter des disques, des bonbons ou des trucs complètement inutiles (et donc formidables) dans la boutique. En général, j'essaie d'aller voir beaucoup de films. Les premiers films de réalisateurs français notamment, m'intéressent particulièrement. Après, ça c'est la version officielle. On adore aussi aller voir de bonnes grosses bouses où tout explose de partout ! Et parfois, mon fils a bien meilleur goût que moi : il est acteur également et a tendace à préférer les films d'auteurs. Et puis au-delà de ça, il y aura un vrai charme à retrouver les terrasses et avec un peu de chance les gens seront tellement content de se retrouver qu’ils seront un poil plus sympas les uns avec les autres. Moi y compris.

Sur la route du MK2.

Tu as été pompier dans Les Hommes du feu, docteur dans la série Les Bracelets rouges ou encore gendarme dans L'Intervention : c'est ta façon de rendre hommage au service public ?

La vérité c'est que c'est à chaque fois l'occasion de s'immerger dans un milieu qu'on ne connaît que de loin, de s'en imprégner. D'aller là où normalement on n'a pas le droit d'aller. De passer cette porte où il y a marqué : "Interdit au personnel non autorisé". Et ça permet parfois de se sentir un petit peu plus légitime, d'avoir de meilleurs réflexes ou automatismes. De ne pas débarquer comme une fleur le premier jour de tournage en attendant qu'on nous montre tout. Pour BAC Nord par exemple (NLDR : le prochain film de Cédric Jimenez, initialement prévu pour cette année, avec notamment Gilles Lellouche, François Civil et Karim Leklou), j'ai pu aller passer un peu de temps avec un copain des Stups et des gars de la BAC de Paris. À chaque fois, j'y vais sans a priori, je me fais discret, je regarde et j'apprends. Et puis c'est bien aussi d'échanger avec eux, de voir la complexité de leur quotidien. Ils sont en général curieux de notre métier et nous du leur et l'expérience est extraordinaire à chaque fois. Pour Les Hommes du feu de Pierre Jolivet, on a pu passer du temps et se former dans une caserne à Bram dans le Tarn, où on a ensuite tourné. Je ne voulais plus partir tellement je m'étais attaché à eux ! Le troisième jour de formation, la sirène a retenti en plein déjeuner : c'était un feu dans un champ de blé. J'ai entendu "Équipe-toi, tu viens avec nous !" J'ai mis dix secondes à réaliser et puis j'ai bougé mes fesses. Ça a duré six heures. Six heures dans leurs pas à courir, dérouler les lances et parfois en tenir une face aux flammes. J'en suis ressorti épuisé mais heureux... pour finir par un bizutage à la lance à incendie au retour à la caserne. Je faisais partie de la famille. Donc oui, pour tout ça, pour ce genre d'expériences, notre métier peut aussi être génial. Évidemment, il en faut en avoir envie. Parce que c'est du temps en dehors du tournage. Du temps que l'on donne, nous comme eux.

Who you gonna call?

Pour finir, une tradition : donne-nous ta table 6-max de rêve, avec en plus de toi, cinq personnalités, réelles ou fictives, qu'elles soient encore de ce monde ou non.

Haha, c'est difficile au débotté ! Alors il y aurait Desproges en face de moi qui préside, Jean-Pierre Marielle à ma droite, Jean Rochefort à ma gauche et enfin Victor Lanoux et Guy Bedos. Toute la bande d'Un Éléphant ça trompe énormément en fait (sauf Desproges qui est un joker), parce qu'on doit bien se marrer avec eux ! J'en parle au présent parce qu'évidemment ils sont éternels grâce au cinéma. Et puis j'ai une tendresse pour les seconds rôles qui sont aussi parfois des premiers. C'est formidable les seconds rôles au cinéma quand ils sont bien écrits, les méchants aussi d'ailleurs. Ça n'engage que moi évidemment, mais il peuvent être bien plus drôles à jouer dans certains films que les héros. Et si je pouvais monter une deuxième table dans un style complètement différent, je rêverais de me retrouver au milieu de ce fameux club de jeunes réalisateurs surdoués des années 80 : Steven Spielberg, Martin Scorsese, Brian De Palma, Francis Ford Coppola et George Lucas. Juste pour le plaisir de les entendre parler de cinéma entre eux.

Crédit photos : allocine.fr.

Les pages à suivre :

t @Winamax


in @Winamax


f Winamax


wtv Winamax TV


wtv Wam-Poker

Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Surveiller les réponses de ce sujet 1, 2, 3 ... 346, 347, 348  Suivante
Aller à la page :
Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Index des Forums -> Les News du Poker

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum
visit counter